Changer d'édition

Le vert met les petits plats dans les grands

Le vert met les petits plats dans les grands

Photo: Gerry Huberty
Lifestyle 6 min. 08.09.2018

Le vert met les petits plats dans les grands

Restaurateurs et magasins luxembourgeois commencent à surfer sur la vague «bio, local, végétarien et végan». Y compris à la Schueberfouer cette année.

Par Thomas Berthol

«Non merci, je suis végétarien». Qui n'a pas déjà entendu cette phrase lorsqu'on sert des invités? Autour de la table, les convives s'interrogent sur le «végétarisme», le «véganisme», voire le «flexitarisme». Les végétariens ne mangent ni viande ni poisson. Les végans ne consomment aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation c'est-à-dire ni oeufs, ni lait ni produits laitiers. Ils excluent aussi le cuir et la fourrure. Les flexitariens sont les personnes qui ont décidé de manger moins de produits animaux.

Une étude «TNS Ilres», publiée en janvier 2017, sur la consommation des résidents au Luxembourg, révèle que 85 % des consommateurs mangent de la viande, 6 % sont flexitariens, 3 % végétariens et 1 % végans. La même étude un an plus tard dit que la consommation de viande baisse de 10 %. Le nombre des flexitariens a triplé. Les végétariens passent de 3 à 2 %, tandis que la proportion de végans a doublé.

Un «nouveau train de vie» est lancé

«Le phénomène végan est apparu vers 2012 et a depuis progressivement augmenté», constate Camille Muller, un des créateurs du site luxembourgeois veginfo, pour l'association qui «vise à réduire la consommation de viande au Luxembourg». Il note toutefois qu'en Allemagne, il est plus facile de commander un plat végan.


Être vegan au Luxembourg : «Un monde 100% végétalien n'existera jamais»
Ils sont de plus en plus nombreux à cesser de manger viandes et autres produits issus de la production animale: on les appelle des végétaliens, ou "vegan". Mais c'est quoi être un vegan? Pourquoi en arriver là? Nous avons rencontré Thomas et Camille, deux vegans luxembourgeois depuis de nombreuses années.

Mais il se montre tout de même satisfait de la progression de l'offre au Luxembourg et que la carte du menu de certains restaurants classiques affiche une telle option. Il remarque que même le magasin Exki s'y est mis, alors que ce n'était pas le cas il y a deux ans. Il est désormais possible d'y trouver des sandwichs qui n'utilisent pas de produits animaux.

L'ancien secrétaire de la «Vegan Society Luxembourg» salue aussi l'initiative du restaurant Beet situé place Guillaume II: les burgers végétariens y sont devenus végans depuis un an. Il trouve surtout bien que le restaurant détaille uniquement ses ingrédients (quinoa, etc.) sans avoir besoin de revendiquer une étiquette végane.

Depuis 2009, le ministère de l'Agriculture décerne le «Bio-Agrar-Präis» pour récompenser des mérites dans l'agriculture biologique.

Le «Restaurant biologique et salon de thé» Casa Fabiana a gagné le prix du public cette année. Une formule végétarienne est inscrite à la carte. Le restaurant ouvert depuis 2010 est aussi engagé dans la lutte contre le gaspillage. Depuis le mois de mai, les clients peuvent emporter les restes du plat dans une «Ecobox». L'établissement prône une bonne alimentation, mais défend la convivialité en organisant des «tricot-thés».

Le restaurant «Naturata Resto & Café» ouvert depuis 2006 à Niederanven a remporté le prix du jury. La restauration se trouve juste au-dessus du magasin bio. Les végétariens et végans y trouveront aussi leur compte. Le restaurant utilise les produits labelisés de son magasin que ce soit pour le bio ou pour les végétariens et végans avec le «V-Label» européen. Pour obtenir ce label, il faut payer une licence annuelle et les frais d'inspection.

Le magasin qui souhaite bénéficier de ce label doit aussi déclarer la composition de tous ses produits, vérifiée ensuite par l'équipe du «V-Label». Certains produits n'ont pas besoin de cette étiquette comme les épices, l'eau minérale ou encore des légumes non traités.

Le restaurant luxembourgeois Rawdish, créé par Benito Florio et ses associés, confirme aussi cette «tendance». Lui préfère parler davantage de «nouveau train de vie». Après le restaurant du centre-ville ouvert en 2016, un second a vu le jour au début de cette année dans le quartier de la gare à la place de Paris.

Le principe de Rawdish consiste à proposer de la nourriture «100 %» clean pour les gens pressés. Au lieu de manger dans un fast-food classique, ils peuvent prendre des smoothies, salades, céréales, soupes prêts à la consommation.

Pour trouver un restaurant en un clic

Mais comment faire pour trouver ces restaurants et boutiques qui fourmillent au Luxembourg? Il est possible de recourir au site ou à l'application «Vanilla bean» créée en 2015 par Grünzeug, une start-up installée à Ravensburg en Allemagne. Cette application peut aussi être utilisée en France ou aux Etats-Unis. Plusieurs filtres sont disponibles sur l'application pour trouver la restauration à sa convenance: végétarien, végan, sans gluten et lactose, biologique, local et fair-trade.


Rawdish,Nourriture bio et végane. Foto:Gerry Huberty
Manger sain: une affaire qui roule
Depuis plusieurs années, nombreux sont les produits bio, vegan, 100% naturel à se répandre sur le marché alimentaire. Ils se multiplient dans les supermarchés, et même au Luxembourg, des boutiques spécialement dédiées à cette nouvelle façon de consommer sont créées et attirent les clients.

On peut y trouver le restaurant indien Nirvana, avenue de la Gare, qui sert uniquement des plats végans ou encore Oak, ouvert depuis janvier 2017 dans la rue Goethe à Luxembourg-ville, où le client peut se satisfaire avec des produits bios, locaux, sans huile de palme et gluten.

L'application et le site Happycow permettent également de trouver des restaurants végans au Luxembourg et à l'étranger. Le site Vipshopr, une «plate-forme d'échange des meilleures adresses et de conseils sympas pour les parents actifs» répertorie aussi les adresses incontournables pour manger bio au Luxembourg. Les deux gagnants du «Bio-Agrar-Praïs» en font partie. Dans cette liste figure aussi l'épicerie fine Mullebutz spécialisée dans les produits bio depuis 1989 et située au coeur de Bonnevoie.

La plate-forme recommande aussi le bio-snack Co-labor à Luxembourg, route d'Arlon. Celui-ci prépare des paniers de fruits et légumes frais et bio issus de leurs potagers de Beggen, Syren, Bertrange et Sanem. Ils peuvent être emportés sur place ou livrés. Au départ, cette initiative commence avec le projet pilote «De Grenge Kuerf» en 1998.

La production et commercialisation de légumes biologiques avaient comme but de fournir de nouveaux débouchés aux femmes rentrant sur le marché du travail. Ce projet a obtenu le soutien du ministère de la Promotion féminine.

La boutique Avocado à Niederanven suit le même principe avec la livraison de paniers bios. Dans ces paniers, le client obtient tous les ingrédients nécessaires pour ses recettes.

A la Schueberfouer, le restaurant «Am Stall» propose cette année pour la première fois des burgers végans.

Le phénomène végan ne s'illustre pas seulement dans nos assiettes, mais se manifeste aussi dans l'espace public. La marche pour les droits des animaux, le dernier week-end du mois d'août, comptait sensibiliser davantage de personnes à ce sujet.

Une conférence à ce sujet aura lieu du 6 au 9 septembre à la Kulturfabrik à Esch. L'événement traitera notamment des thèmes suivants: «La révolution végane est une révolution sociale» ou encore «Comment le big data peut aider à construire un monde végan». Le repas à la conférence sera bien sûr végan. L'accent sera aussi mis sur les produits locaux.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Manger sain: une affaire qui roule
Depuis plusieurs années, nombreux sont les produits bio, vegan, 100% naturel à se répandre sur le marché alimentaire. Ils se multiplient dans les supermarchés, et même au Luxembourg, des boutiques spécialement dédiées à cette nouvelle façon de consommer sont créées et attirent les clients.
Rawdish,Nourriture bio et végane. Foto:Gerry Huberty
Être vegan au Luxembourg : «Un monde 100% végétalien n'existera jamais»
Ils sont de plus en plus nombreux à cesser de manger viandes et autres produits issus de la production animale: on les appelle des végétaliens, ou "vegan". Mais c'est quoi être un vegan? Pourquoi en arriver là? Nous avons rencontré Thomas et Camille, deux vegans luxembourgeois depuis de nombreuses années.