La petite BD qui dit tout

Mamans épuisées: la faute à la "charge mentale"

Penser à tout, tout le temps: les femmes sont nombreuses à gérer seule l'organisation du foyer
Penser à tout, tout le temps: les femmes sont nombreuses à gérer seule l'organisation du foyer
Shutterstock

Par Christelle Brucker

Sur sa tablette graphique, Emma a gribouillé des scènes du quotidien. Le trait est grossier, le fond blanc, les personnages (des papas, des mamans et des enfants) mal proportionnés. "Je fais des dessins moches". La blogueuse dépouille volontairement ses BD. C'est avec ses mots qu'elle veut frapper.

Mercredi soir, Emma poste des inédits sur sa page Facebook. "Un sujet que je prépare depuis un moment!".

Ses bulles mettent en scène la "charge mentale", un concept de Nicole Brais, universitaire au Québec. La scientifique pointe "le travail de gestion, organisation et planification, incontournable et constant, dont le but est la bonne marche du foyer". Penser à tout, tout le temps: c'est cela, la "charge mentale".

Du bout de son stylet, l'illustratrice a touché des dizaines de milliers de femmes. 183.000 internautes ont partagé son manifeste. Le retentissement de sa petite BD est fou. Un mot revient au fil des 11.000 commentaires postés (par des femmes en majorité): "Merci."

"Tout ce qui est écrit, c'est ce que je vis"

Sandrine habite Metz. "Tout ce qui est écrit, c'est ce que je vis. Emma met des mots sur ce qui plombe le quotidien de beaucoup de femmes."

Les tâches matérielles ne sont que la pointe de l'iceberg
Les tâches matérielles ne sont que la pointe de l'iceberg
Shutterstock

Cette frontalière de 35 ans mère de deux enfants jongle toute la semaine. "Je prends les rendez-vous médicaux de la famille. Même ceux de mon mari! Faire tourner une maison, il n'imagine pas ce que c'est."

Les tentatives (multiples) de changer l'organisation n'y ont rien changé. Quand elle délègue, "c'est une catastrophe, j'ai deux fois plus à faire ensuite." 

Selon un rapport de l'INSEE (2015), les femmes assument deux tiers du travail domestique.

Ce chiffre diminue ces dernières années, mais sans que les hommes en fassent plus: en fait, les couples externalisent certaines tâches comme le repassage ou le ménage.

La "charge mentale" persiste. "Les hommes doivent apprendre à se sentir responsable de leur foyer", conseille la psychologue Catherine Serrurier citée par L'Express. "La clé, c'est le dialogue et un certain lâcher-prise."

"On a échangé les rôles du jour au lendemain"   

Chez Marie-France et Marco, résidents au Luxembourg, le dialogue a permis d'éviter le conflit. Il y a 7 ans, cadre hyperactif dans la finance, il souhaite ralentir. Elle, journaliste à temps partiel, accepte de nouvelles responsabilités et passe à temps plein. Le timing parfait.

"Je rentrais, j'avais mes problèmes de boulot. Je minimisais ceux du foyer. On a échangé les rôles du jour au lendemain. J'ai compris ce que mon épouse ressentait."

"Ce sont des tâches qui ne sont pas valorisées. Sans reconnaissance, cela amène des frustrations. On peut s'aigrir."

"Je participais déjà aux différentes tâches domestiques, mais préparer le dîner de temps en temps est une chose, faire à manger trois fois par jour et gérer toute la logistique des courses au quotidien en est une autre."

Aujourd'hui, le couple a trouvé un nouvel équilibre et Marie-France s'épanouit dans son métier.