Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: Un cœur en majesté
«J'ai toujours pensé à la place qui est la mienne, que je pouvais contribuer à mettre en lumière des causes difficiles» ne cesse de clamer avec une énergie et une détermination qui forcent l’admiration, la Grande-Duchesse.

La chronique de Stéphane Bern: Un cœur en majesté

© Cour grand-ducale / Sophie Margue
«J'ai toujours pensé à la place qui est la mienne, que je pouvais contribuer à mettre en lumière des causes difficiles» ne cesse de clamer avec une énergie et une détermination qui forcent l’admiration, la Grande-Duchesse.
Lifestyle 2 min. 23.03.2019

La chronique de Stéphane Bern: Un cœur en majesté

Cette semaine, notre chroniqueur nous parle de la grande-duchesse Maria Teresa et de son engagement pour les plus démunis.

Par Stéphane Bern

Etre une voix pour ceux qui n’en ont pas. Telle pourrait être le credo moderne des souveraines d’aujourd’hui qui ont dépassé leur simple rôle, certes utile, de super assistantes sociales au service des plus fragiles de leur pays, pour donner une plus grande consistance à une fonction non écrite et qu’elles doivent sans cesse réinventer.

La reine des Belges, Mathilde, est Ambassadrice de l’ONU au titre de Défenseur des Objectifs de développement durable, la reine Maxima des Pays-Bas multiplie les rencontres internationales comme représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies pour la finance inclusive pour le développement.

Enfin, notre Grande-Duchesse, qui est tout à la fois Ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco, Eminent Advocate for Children de l’Unicef, a initié le combat pour défendre les femmes victimes de violences sexuelles dans les zones de combat où le viol est devenu une arme de guerre.


Un anniversaire hors du commun
La Grande-Duchesse a accueilli vendredi des participantes du forum « Stand Speak Rise Up ! » à l'occasion de son anniversaire.

«J'ai toujours pensé à la place qui est la mienne, que je pouvais contribuer à mettre en lumière des causes difficiles» ne cesse-t-elle de clamer avec une énergie et une détermination qui forcent l’admiration. Notre souveraine est à l'initiative du forum international «Stand Speak Rise Up!», qui se déroulera mardi 26 et mercredi 27 mars, à l'European Convention Center du Kirchberg.

Deux journées pour sensibiliser sur la question délicate et taboue des viols de guerre et violences sexuelles dans les zones sensibles, et donner la parole aux victimes survivantes, et enfin mettre des actions en place pour lutter contre ce fléau.

L’enjeu du forum international «Stand, Speak, Rise Up!», une première mondiale, est essentiel. Trois Prix Nobel de la paix seront présents, le Dr Denis Mukwege, le gynécologue congolais qui «répare les femmes», la Yézidie Nadia Murad, ancienne esclave sexuelle, et le professeur bengalis Muhammad Yunus, connu pour son action en faveur de la microfinance.

Une cinquantaine de femmes survivantes viendront témoigner de ce qu’elles ont subi et participeront aux débats. On annonce même la présence de Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme.


La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.

D’ores et déjà c’est une victoire pour le combat de la Grande-Duchesse, qui avait déjà mené en 2016 une croisade en faveur de la cause des troubles de l’apprentissage et de la dyslexie. «J'ai une tendance à choisir les causes les plus difficiles. Quitte à déranger. J'utilise la place qui est la mienne pour défendre les causes les plus dures». Qui songerait à l’en blâmer ? Et ceux qui voudraient la confiner dans un rôle purement représentatif « d’épouse de chef d’Etat », devraient plutôt saluer son courage, sa force de conviction et son dévouement à des causes qui changent durablement l’image de Luxembourg et font du Grand-Duché un haut lieu de l’action humanitaire.

Et cela n’a pas de prix.


Sur le même sujet

Le corps des femmes «n'est pas un champ de bataille»
Avec le forum «Stand Speak Rise Up!», la Grande-Duchesse réussit le tour de force de réunir durant deux jours à Luxembourg des survivantes de viol de guerre et ceux qui les soutiennent, dont les prix Nobel de la paix 2018.
Stand Speak Rise Up, La Grande-Duchesse de Luxembourg Maria Teresa, Le grand-duc Henri de Luxembourg, Nadia Murad, Denis Mukwege, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La Grande-Duchesse fête ses 63 ans
Au lendemain de l'anniversaire de sa belle-fille, la princesse Claire, qui célébrait ses 34 ans ce jeudi, c'est au tour de la grande-duchesse Maria Teresa de souffler ses bougies.
La Grande-Duchesse en visite au Luxemburger Wort
La grande-duchesse Maria Teresa est venue lundi au Luxemburger Wort pour présenter le forum international «Stand Speak Rise Up!», mobilisation contre le viol de guerre, prévu au Luxembourg les 26 et 27 mars.
La Grande-Duchesse entourée de (de g. à dr.): Gaston Carré, journaliste, Claude Feyereisen, rédacteur en chef adjoint, Roland Arens, rédacteur en chef, Paul Peckels, CEO, Marc Schlammes, rédacteur en chef adjoint et responsable du service politique, et Daniel Michels, rédacteur en chef de Télécran.
Mobilisation contre le viol de guerre
La Grande-Duchesse Maria Teresa et Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix, présentent le forum international «Stand Speak Rise Up!» contre le viol de guerre.
PK Lancement officiel du forum international "Stand Speak Rise UP!" en présence de la Grande-Duchesse, DR. Denise Mukwege,Céline Bardet. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«L'indignation ne suffit pas»
La Grande-Duchesse Maria Teresa était présente au «Women's Forum 2018» qui s'est déroulé le week-end dernier à Paris. Elle a parlé des besoins des femmes victimes de violences sexuelles.