Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: le roi David doublement pétrifié

La chronique de Stéphane Bern: le roi David doublement pétrifié

Montage
Lifestyle 1 2 min. 16.03.2019

La chronique de Stéphane Bern: le roi David doublement pétrifié

Cette semaine, notre chroniqueur revient sur la caméra cachée réalisée par James Corden pour piéger le joueur de foot, David Beckham.

A 43 ans, David Beckham, l'ancien international anglais a inauguré une statue de bronze à son effigie devant le stade du Los Angeles Galaxy où il a joué pendant cinq ans entre 2007 et 2012. Il est le premier joueur de football ainsi honoré aux Etats-Unis.

La statue le représente en train de frapper l'un de ses redoutables coups francs. «Je veux remercier le club et les concepteurs de cette statue, car grâce à eux, je vais rester à jamais jeune», a souri l'ancien milieu de terrain qui a pris sa retraite en 2013. «Quand je pense à Los Angeles et au Galaxy, le mot qui me vient tout de suite à l'esprit, c'est famille, j'ai été accueilli à bras ouverts», a poursuivi Beckham, sous le regard de son épouse Victoria, ancienne chanteuse des «Spice Girls» devenue créatrice de mode.

L’inauguration est un franc succès mais ce que l’on ignorait, c’est que, quelques jours auparavant, James Corden, un célèbre animateur de télévision britannique, avait préparé une séquence de caméra cachée au cours de laquelle a été présentée à l'ex-joueur une fausse statue, complètement ratée et aux traits peu avantageux.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

À son arrivée sur le lieu de la réception, le «Spice Boy» doit d'abord composer avec les approximations du responsable de l'événement. Celui-ci se trompe sur le nom du club de Manchester, puis l’appelle «Dave» à plusieurs reprises plutôt que «David». Ce dernier rectifie sur le ton de l'humour. Dans la foulée, un clip promotionnel compilant des actions ratées du joueur est projeté sur un écran.


La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.

Beckham affiche malgré tout un sourire de façade. Son visage va se crisper davantage au moment de découvrir la sculpture réalisée en son honneur. Une œuvre catastrophique que le Britannique se sent d'abord obligé d'applaudir mollement.

La surprise laisse rapidement la place à l’incompréhension car cette œuvre ne ressemble pas du tout à celle que l'artiste lui avait présentée il y a quelques semaines à Chicago. «Regardez mon menton!», s'agace-t-il en s'adressant au sosie du vrai sculpteur.

Beckham reste poli mais le ton monte. Il exige que la statue soit renvoyée à l'atelier pour être modifiée avant l'inauguration officielle. «Si mes enfants voient ça, ils vont pleurer», lâche Beckham amer.

Quelques instants plus tard, alors que le malaise est bien palpable, un employé vient retirer la statue qu'il finit par renverser. «C'est probablement une grande faveur que vous m'avez faite», s'amuse Beckham qui apprend avec soulagement que tout ceci n'était qu'une caméra cachée. Un canular qui l’avait d’abord pétrifié, sans le laisser de marbre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.