Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: la tectonique des sentiments
Cette semaine les battements de cœur des Bezos ont fait trembler Wall Street !

La chronique de Stéphane Bern: la tectonique des sentiments

Photo: AFP
Cette semaine les battements de cœur des Bezos ont fait trembler Wall Street !
Lifestyle 3 min. 12.01.2019

La chronique de Stéphane Bern: la tectonique des sentiments

Jeff Bezos, 54 ans, avait rencontré MacKenzie, 48 ans, à New York, dans un fonds d'investissement. Stéphane Bern revient sur l'événement people de la semaine: l'annonce du divorce entre le patron d'Amazon et son épouse qui deviendra la femme la plus riche du monde.

L'adage est universellement connu: l'argent ne fait pas le bonheur. Du moins ne protège-t-il personne des problèmes de couple. Surtout quand, comme Jeff Bezos, on est l’homme le plus riche du monde et condamné à vivre ses joies et ses peines en pleine lumière.

C'est par un tweet publié sur son compte que Jeff Bezos vient d’annoncer cette semaine qu'il allait divorcer d'avec sa femme après vingt-cinq ans de mariage. «Nous voulons faire connaître aux gens un développement dans nos vies. Comme le savent nos familles et nos amis, après une longue période d'exploration amoureuse et de séparation de fait, nous avons décidé de divorcer et de continuer nos vies en tant qu'amis».


La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.

Jeff Bezos, 54 ans, avait rencontré son épouse MacKenzie, 48 ans, à New York, dans le fonds d'investissement D.E. Shaw où il travaillait avant de fonder Amazon. En 1992, il lui avait même fait passer son entretien d'embauche, puis lui avait mis la bague au doigt, le tout en l'espace de six mois.

Le couple a ensuite déménagé à Seattle en 1994, d'où Jeff Bezos a lancé Amazon. MacKenzie Bezos (née Tuttle), diplômée de Princeton comme lui, a accompagné la création de l'entreprise à ses tout débuts, mais ne s'y est jamais directement impliquée par la suite. Elle a entrepris de son côté une carrière d'écrivain, publiant plusieurs romans, dont l'un des plus connus est «The Testing of Luther Albright», mais après avoir été salariée d'Amazon elle a lancé en 2014 une plateforme contre le harcèlement «ByStander Revolution».

Ils sont parents de quatre enfants, auxquels le couple pense d'abord… avant de se préoccuper des modalités économiques de leur séparation qui semble pourtant intéresser les médias du monde entier et la planète boursière. En effet, comme lors de chaque séparation de grandes fortunes se pose désormais la question des conséquences financières du divorce. Question d'autant plus brûlante que Jeff Bezos est, à ce jour, à la tête d'un patrimoine record, estimé ce 12 janvier 2019 à 120 milliards d'euros.

Elle deviendrait la femme la plus riche du monde

Le message posté semble indiquer un divorce en bons termes, mais rien ne laisse pour l'heure présager de l'accord passé entre les époux, ni du travail qui attend leurs avocats. Selon les médias américains, le droit qui s'applique ici est celui de l'Etat de Washington, où ils résident, qui prévoit que les biens amassés pendant la durée du mariage sont partagés en deux entre les époux lors du divorce - sauf accord préalable contraire.

Le cas est complexe: la fortune de Jeff Bezos est largement constituée des quelque 16% qu'il détient au capital de l'entreprise, à ce jour la mieux valorisée au monde à 700 milliards d'euros. Et le communiqué semble indiquer que les époux poursuivront à l'avenir leurs investissements communs. Outre Amazon, Jeff Bezos possède également l'entreprise spatiale Blue Origin et le quotidien The Washington Post. Côté patrimoine, il y a aussi de quoi faire des partages complexes.

A Medina, banlieue huppée de Seattle, le couple occupait jusqu'ici une résidence de 4 hectares sur Evergreen Point Road, surnommée «l'allée des P-DG» (Bill Gates y réside lui aussi). L'ensemble est composé d'un total de trois résidences, un ensemble qu'on peut estimer à 88 millions de dollars. Au Texas, le milliardaire possède en tout 1.214 km2 de terres, soit plus que la surface de la Martinique.

A Washington, il a fait l'acquisition en 2016 de l'ancien musée du Textile, soit 2.500 mètres carrés habitables. Il possède aussi deux villas en Californie, à Beverly Hills, et un triplex à New York, donnant sur Central Park. Certes, à bientôt 55 ans, Jeff Bezos risque d'être le célibataire le plus convoité de la planète.

Quant à Mackenzie Bezos, sitôt divorcée, elle deviendrait la femme la plus riche du monde. Cette place est pour l'instant occupée par la petite fille du créateur de L'Oréal, Françoise Bettencourt Meyers dont la fortune est évaluée à 45,6 milliards de dollars. Nul doute que Jeff et Mackenzie sont condamnés à s'entendre pour continuer à diriger Amazon. C'est l’effet papillon : les battements de cœur des Bezos ont fait trembler Wall Street !