Changer d'édition

La chronique de Stéphane Bern: Classe mannequin

La chronique de Stéphane Bern: Classe mannequin

Instagram
Lifestyle 3 min. 07.04.2018

La chronique de Stéphane Bern: Classe mannequin

Chaque samedi, Stéphane Bern nous livre sa vision de l'actualité dans sa chronique intitulée "L'air du temps". Il revient cette fois sur l'histoire de la top-model Cindy Crawford.

Il n’est pas toujours simple d’être, après avoir été… Surtout quand l’image submerge tout, qu’elle circule à la vitesse de l’éclair sur les réseaux sociaux et vous livre sans merci au jugement populaire. Par chance, les top-models stars des années 80 ou 90 ont su résister à l’outrage du temps. 


La chronique de Stéphane Bern
Chaque week-end, le célèbre animateur Stéphane Bern nous livre son point de vue sur l'actualité, dans une chronique intitulée "L'air du temps". Retrouvez ici l'ensemble de ses contributions.

Comme Claudia Schiffer, Linda Evangelista, Naomi Campbell, la sublime Cindy Crawford continue de défiler, de poser et de se faire photographier en couverture des magazines – elle en a plus de six cents à son actif ! - comme l’édition américaine de mai de «Town & Country». L’apanage des grandes stars est leur simplicité et cette manière si humble de s’excuser auprès de ses fans qui la suivent massivement sur Instagram, «de ne plus ressembler à l'image qu'ils se font de moi. Parfois même, je les console, je leur explique que le temps a passé et que je ne suis plus tout à fait la même».

Avec sagesse, la supermodel a préparé sa retraite. «J'ai anticipé le temps qui passe, les enfants qui s'en vont, le métier qui vous sollicite de moins en moins. J'ai construit mes garde-fous en multipliant mes activités. Vieillir n'est pas si facile. Il faut être en bonne condition physique et psychique pour l'accepter le mieux possible. Ce que j'ai essayé de faire». 

Il est vrai que Cindy Crawford est aussi un modèle en matière d’hygiène de vie. «J'ai toujours été très disciplinée. J'ai toujours fait du sport, du yoga, j'ai mangé le plus sainement possible, j'ai soigné ma peau, je ne l'ai jamais exposée au soleil, je me suis toujours couchée de bonne heure et levée tôt. Tout cela fait partie de mon travail. Je le fais avec bonheur, car j'adore mon job, les défilés, les séances de photos». 

Aujourd’hui, elle se préoccupe davantage de son rôle de matriarche vigilante supervisant la carrière de ses enfants, Kaia Gerber, 16 ans, et Presley Gerber, 18 ans, les enfants qu’elle a eus avec Rande Gerber, son mari depuis 20 ans. Cindy Crawford gère leurs débuts dans le mannequinat. «Ils ont des agents, mais je dirais que la première année, au moins, tout passe par moi», explique-t-elle. 

«Evidemment, je veux leur donner les moyens de gérer leurs carrière eux-mêmes, mais pour l’instant ils ne sont pas prêts. En ce moment, ils disent surtout : "Maman, dis-moi juste ce que je dois faire"» À seulement 16 ans, Kaia Gerber a déjà défilé pour les plus grandes marques, et son frère réussit tout autant. Cindy Crawford, qui leur a inculqué ses valeurs, se montre fière de leur réussite. 

«Les enfants n’écoutent pas toujours, mais ils regardent ce que vous faites. Si vous êtes polis avec les gens, vous leur apprenez à être polis. Si vous faites de votre famille une priorité, ils ne remettent pas en question le temps passé avec vous. Si j’étais tout le temps en train de me plaindre devant eux – dire que je suis vieille, que j’ai de plus en plus de rides, que je ne peux pas prendre de dessert parce que je vais grossir – alors ils feraient la même chose. Il faut donner le bon exemple… Mes enfants ont de la chance, parce que l’argent n’est pas une motivation pour eux à ce moment de leurs vies. C’était le cas pour moi quand j’ai commencé. Je sentais que j’avais la responsabilité de travailler tout le temps», ajoute Cindy Crawford. 

La supermodel qui a pour seul regret d’avoir posé nue lorsqu’on le lui demandait, peut se transformer en louve si on s’en prend à sa progéniture. «En tant que mère de deux enfants travaillant dans l’industrie de la mode, bien sûr je m’inquiète. Mais soyons honnête. Mes enfants sont protégés dans ce milieu parce qu’ils ne sont pas les enfants d’inconnus. Les gens savent que je viendrais à leurs trousses s’ils s’en prennent à mes enfants». Les voici prévenus!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.