Changer d'édition

Jean-Claude Juncker pas fan des réseaux sociaux

Jean-Claude Juncker pas fan des réseaux sociaux

Photo: AFP
Lifestyle 1 14.06.2019

Jean-Claude Juncker pas fan des réseaux sociaux

Le président de la Commission européenne «n'aime pas voir jour après jour qu'il est ivre, qu'il est corrompu, qu'il n'est personne», indique-t-il dans une interview accordée à Politico.

(MF) – Le successeur de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne doit entrer en fonction le 1er novembre. Le Parti populaire européen (PPE) est en ordre de bataille pour prendre cette présidence et le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel (DP), a déjà dévoilé sa préférence. Il sera au milieu des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE ces 20 et 21 juin à Bruxelles pour en débattre. 


Europawahl 2019 - Juncker gibt Stimme für EU-Wahl ab - Capellen  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Qui sont les prétendants à la succession de Juncker?
Trois candidats sont entrés en lice dimanche pour succéder à Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission, mais une entente semblait se dessiner pour tenter de barrer la route au chef de file de la droite et empêcher l'irruption d'un non-candidat.

Bien que suivi par 716.000 internautes sur son compte Twitter qu'il utilise quasi exclusivement pour informer sur les faits et gestes qui le concernent (il retweete rarement, excepté Emmanuel Macron), le président de la Commission européenne se tient à distance des réseaux sociaux de manière générale pour en éviter les commentaires blessants.

Il ne suit pas les réseaux sociaux parce «je n'aime pas voir jour après jour que je suis ivre, que je suis corrompu, que je ne suis personne», a déclaré Juncker, mardi, dans une interview à Politico. Interrogé par le magazine politique sur l'attitude du président américain, Donald Trump, qui n'hésite pas à envoyer des salves tous azimuts via Twitter, M. Juncker a répondu que le tri était fait en amont: «Mes employés me donnent les trucs intéressants, alors ça ne me dérange pas trop.»

La sciatique du sommet de l'OTAN

Face à la vidéo dérangeante le montrant titubant sur l'estrade d'une manifestation en marge d'un sommet de l'OTAN, l'été dernier, l'ancien Premier ministre luxembourgeois a répondu que «cela me dérangeait parce que j'ai toujours une sciatique».

Et il précise dans l'interview: «J'avais  beaucoup de douleur pendant ce sommet de l'OTAN et j'avais des crampes dans les jambes, puis bien sûr je suis tombé. On aurait dit que j'étais complètement saoul, ce que les médias britanniques adorent». 

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.



Sur le même sujet

Quand Libération s’intéresse à Xavier Bettel
Le Premier ministre luxembourgeois a droit à un long portrait dans le quotidien français. Libération s’attarde sur l’homosexualité de Xavier Bettel et sur son amitié avec Emmanuel Macron. L’article cite de nombreux ministres luxembourgeois, de manière anonyme.