Changer d'édition

Dans l’air du temps: Princesse rock aux pieds nus
Stéphane Bern au palais grand-ducal lors du tournage de son émission sur la grande-duchesse Charlotte.

Dans l’air du temps: Princesse rock aux pieds nus

Photo: Gerry Huberty
Stéphane Bern au palais grand-ducal lors du tournage de son émission sur la grande-duchesse Charlotte.
Lifestyle 3 min. 12.03.2018

Dans l’air du temps: Princesse rock aux pieds nus

Grandeur et décadence. Elevée comme une véritable princesse, choyée telle une pauvre petite fille riche à l’abri du besoin, Lisa Marie Presley, la fille du King, est aujourd’hui une héritière déchue, fauchée, laminée par ceux qui prétendaient la protéger.

Grandeur et décadence. Elevée comme une véritable princesse, choyée telle une pauvre petite fille riche à l’abri du besoin, Lisa Marie Presley, la fille du King, est aujourd’hui une héritière déchue, fauchée, laminée par ceux qui prétendaient la protéger. A en croire les gazettes d’outre-Atlantique, elle vit dorénavant dans la banlieue de Los Angeles, comptant sa monnaie au parking et négociant les prix chez l'épicier avec les bons d'achat qu'elle découpe dans les journaux. Une terrible déchéance pour celle dont la beauté attirait autant de soupirants que ses confortables revenus. Bis repetita... L’histoire se répète inéluctablement. Rappelons-nous qu’à la mort d'Elvis Presley, le 16 août 1977, ses héritiers avaient découvert avec effroi que la fortune du King avait fondu comme neige au soleil, passant soudainement de 180 à 4 millions de dollars. Ce tour de passe-passe ne devait rien au hasard mais tout à la mauvaise gestion de sa fortune par son imprésario, le colonel Parker, qui met en faillite la société BoxStar, vend les droits d’Elvis et se fait grassement dédommager par les héritiers pour ne plus jamais s’occuper du King… avant de tout perdre au jeu à Las Vegas. Quarante ans plus tard, l'histoire semble se répéter pour la fille et unique ayant-droit du premier chanteur au monde à avoir vendu un milliard de disques.

Selon le site américain The Blast, Lisa Marie Presley aurait été délestée de 100 millions de dollars par le gestionnaire de sa succession. Des placements hasardeux, ainsi que la vente de 85% de ses parts dans la société Elvis Presley Enterprises, auraient provoqué la ruine de cette mère célibataire de quatre enfants, fraîchement divorcée pour la quatrième fois en 2017 du musicien et producteur Michael Lockwood. Aujourd'hui, il ne lui resterait plus que 14.000 dollars sur son compte en banque! Lisa Marie Presley, 50 ans, seule héritière du King Elvis, aurait donc perdu l’intégralité de l’immense fortune de son père reconstituée au fil des ans par ses droits musicaux et la visite de Graceland, transformée par Priscilla Presley en musée, le 2ème monument le plus visité des Etats-Unis après la Maison-Blanche. Selon ses dires, un manager mal intentionné du nom de Barry Siegel aurait dilapidé près de 100 millions de dollars dans de mauvais placements. Une situation dramatique qui la pousse à l’attaquer en justice pour «gestion imprudente» et «négligences».

Elle affirme également que Siegel a acheté une maison anglaise de 9 millions de dollars avec son fonds de fiducie - de l’argent qui devait être à la base utilisé en cas de besoins urgents. Ce fonds était co-administré par la banque et Priscilla Presley, la mère de Lisa Marie. La vente de ses parts dans la société lui avait rapporté 40 millions de dollars, des liquidités vite dépensées. Car rapidement, Lisa Marie aurait repris son train de vie, dépensant des dizaines de millions de dollars, des sommes beaucoup plus élevées que ses revenus annuels. Son capital aurait alors fondu…

De ce fait, Barry Siegel répond à Lisa Marie qu’elle doit «prendre ses propres responsabilités» au lieu de blâmer les autres. La réplique dans les colonnes de USA Today permet à toute l’Amérique de savourer ce feuilleton croustillant : Barry Siegel rappelle que ce n’est pas la première fois que Lisa Marie se retrouve dans une telle situation : «elle a dilapidé par deux fois la fortune de son père depuis qu’elle a hérité de la succession en 1993». Barry Siegel, qui fut aussi l’un des trois exécuteurs testamentaires de Michael Jackson, l'un des ex-maris de Lisa Marie Prestley, lui demande 800.000 dollars en dommages et intérêts en sus d’un demi-million de dettes contractées. La bataille juridique ne fait que commencer. Non seulement l’ex-femme de Bambi n’a jamais su se défendre contre les vautours et les chacals qui rôdent autour de sa fortune, mais, couvée par son père, elle ignore ce que c’est que travailler ou gagner sa vie, elle a été bien peu préparée aux réalités du monde et n’a su éviter aucun piège de la célébrité et de l’argent. Plus dure est aujourd’hui la chute.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.