Club de pâtissiers

Les "Sucrés du Lux" ont un an et de nouveaux projets

Retour de Bali d'Yves Jehanne: palet fait de crème aux fruits de la passion, crème d'amande à la vanille et rhum, gelée aux fruits de la passion, mangue en gelée de vanille, poudre de fruits de la passion, poudre de mangue, feuille de mangue.
Retour de Bali d'Yves Jehanne: palet fait de crème aux fruits de la passion, crème d'amande à la vanille et rhum, gelée aux fruits de la passion, mangue en gelée de vanille, poudre de fruits de la passion, poudre de mangue, feuille de mangue.
Guy Jallay

(AF) - Les «Sucrés du Lux» est un club de pâtissiers né à l'automne 2016 à l'initiative d'Yves Jehanne, Franco-Péruvien de 27 ans. Son but se calque sur celui du club des Sucrés à Paris: organiser des rencontres thématiques qui permettent aux pâtissiers d'exprimer leur créativité selon un thème choisi ensemble.

«Nous étions six lors de la première édition, en novembre 2016. Aujourd'hui nous sommes une quinzaine», se réjouit Yves Jehanne, qui a fait appel aux talents sucrés au-delà des frontières luxembourgeoises. Ces rendez-vous permettent à ces professionnels passionnés de faire connaissance et de discuter, échanger des idées, des techniques. Les rendez-vous ont lieu au rythme d'un par saison, dans l'établissement où travaille l'un des membres des Sucrés du Lux. Des journalistes et blogueurs y ont été conviés pour rendre compte du talent et de la créativité des pâtissiers qui évoluent dans la Grande Région.

Yves Jehanne
Yves Jehanne
Guy Jallay

«A chaque rencontre nous avons partagé au sujet de notre passion. Une fois la présentation achevée, on discute, on critique et on parle du rendez-vous suivant.»

Après avoir imaginé leurs pièces sur le thème de l'exotisme, les pâtissiers ont opté pour le thème «monochrome rouge» en février à l'approche de la Saint-Valentin. Puis en novembre dernier, ce sont les bûches de Noël qui constituaient le thème du jour. Le prochain rendez-vous est prévu fin février ou début mars et serait ouvert au public. Quelques détails doivent encore être réglés.

Cette année, une grande marque de chocolat, prisée des professionnels, va soutenir les «Sucrés du Lux» qui espère, en affirmant son existence, attirer encore d'autres pâtissiers. «Nous sommes aussi en pourparlers avec le lycée hôtelier de Diekirch pour organiser une rencontre des Sucrés là-bas. Cela pourrait encourager quelques vocations!» sourit Yves, qui souhaite aussi, afin de donner encore plus d'éclat à ces rendez-vous saisonniers, convaincre des pâtissiers de renommée internationale de rejoindre ponctuellement ces événements luxembourgeois.

«Tu ne peux pas rester chez toi avec le nez dans les livres ou sur Internet si tu veux évoluer. Il est capital de communiquer et de rencontrer d'autres pâtissiers d'ici et d'ailleurs», conclut Yves qui a regretté un certain isolement dans la profession lorsqu'il travaillait à Toulouse.