Changer d'édition

Bébé royal numéro 2: Kate admise à la maternité, tôt ce matin
Lifestyle 3 min. 02.05.2015

Bébé royal numéro 2: Kate admise à la maternité, tôt ce matin

John Loughrey, un fan de la famille royale, pose pour les photographes devant l'aile Lindo de la maternité du St Mary's hospital au centre de Londres où la duchesse de Canbridge a été admise ce samedi matin à 6 heures.

Bébé royal numéro 2: Kate admise à la maternité, tôt ce matin

John Loughrey, un fan de la famille royale, pose pour les photographes devant l'aile Lindo de la maternité du St Mary's hospital au centre de Londres où la duchesse de Canbridge a été admise ce samedi matin à 6 heures.
Photo: AFP
Lifestyle 3 min. 02.05.2015

Bébé royal numéro 2: Kate admise à la maternité, tôt ce matin

L'épouse du prince William, Kate, enceinte de son deuxième enfant, a été admise samedi au petit matin à la maternité de l'hôpital Saint Mary à Londres, a annoncé le palais de Kensington.

(AFP) - L'épouse du prince William, Kate, enceinte de son deuxième enfant, a été admise samedi au petit matin à la maternité de l'hôpital Saint Mary à Londres, a annoncé le palais de Kensington.

«La duchesse de Cambridge a été admise à 6 heures (5 heures GMT) à l'hôpital Saint Mary de Londres en stade précoce de travail», selon un communiqué de la résidence londonienne du couple princier.

Kate et William ont quitté ensemble le palais de Kensington en voiture pour se rendre à l'aile Lindo de l'hôpital qui abrite la maternité où la duchesse avait déjà donné naissance à son premier enfant, le prince George, le 22 juillet 2013. C'est là aussi que sont nés les deux princes William et Harry, les deux enfants de Charles et Diana, décédée en 1997.

Tout comme pour la naissance du prince George, William devrait rester auprès de Kate au cours de l'accouchement, qui se déroulera sous le contrôle de l'obstétricien Guy Thorpe-Beeston.

«Tout le pays lui adresse ses meilleurs voeux», a assuré peu après sur Twitter le Premier ministre David Cameron, en campagne électorale. Une avalanche de messages a suivi sous le mot dièse #RoyalBaby.

Samedi matin, une centaine de journalistes sont venus faire le pied de grue trois heures après l'admission de Kate à l'hôpital.
Samedi matin, une centaine de journalistes sont venus faire le pied de grue trois heures après l'admission de Kate à l'hôpital.
Photo: AFP

L'avènement de George avait donné lieu à un siège médiatique de près de trois semaines devant la clinique. Cette fois, la foule des journalistes du monde entier dûment accrédités a été cantonnée par un strict dispositif policier.

Le petit noyau dur d'inconditionnels de la monarchie admis à camper sur place, pour la plupart habillés de pied en cap aux couleurs de l'Union Jack, ne cachait pas son enthousiasme.

«J'aimerais tellement que ce soit une fille. Diana aurait voulu avoir une fille, je suis sûr que William voudrait exaucer son souhait", a déclaré à l'AFP Kathy Martin , 52 ans, une Australienne résidant dans le Kent, présente sur les lieux depuis 13 jours et 12 nuits.

«Ça peut prendre un temps fou»

«Ça peut prendre un temps fou», a indiqué une infirmière quittant l'hôpital.

Le prochain message du palais devrait être pour annoncer la naissance du bébé. Son arrière-grand-mère, la reine Elizabeth II, et les deux familles respectives seront les premières informées de l'heureux évènement.

Puis, la nouvelle sera diffusée à la fois via les canaux de communication modernes, par communiqué et sur le réseau social Twitter, et pour la tradition, par un bulletin royal affiché dans la cour du palais de Buckingham.

Une centaine de coups de canons - 62 depuis la Tour de Londres et 41 depuis Green Park - seront tirés pour célébrer l'événement.

Le nouveau-né s'intercalera en quatrième position dans l'ordre d'accession au trône, derrière son grand-père le prince Charles, son père William et son grand frère George, et devant Harry.

Le nom du bébé, qui sera une "Altesse Royale" et portera le titre de prince ou de princesse de Cambridge, ne sera en principe pas connu immédiatement.

Le monde avait dû attendre deux jours pour apprendre celui de George Alexander Louis, contre une semaine pour William et ... un mois pour Charles.

Une naissance lucrative

Chez les parieurs, les prénoms de "Alice" pour une fille et de "James" pour un garçon sont favoris.

La famille tout juste agrandie devrait passer les premiers jours après la naissance au palais de Kensington avant de se retirer dans son imposante maison d'Anmer Hall, située dans la propriété royale de Sandringham (Norfolk, est de l'Angleterre).

William, qui a commencé fin mars à travailler pour un organisme caritatif gérant des hélicoptères-ambulances, a opportunément été mis en congé le 21 avril et ce jusqu'au 1er juillet.

Dans les mois suivants sa naissance, le deuxième enfant du duc et de la duchesse de Cambridge sera baptisé au sein de l'Église anglicane, dans une réplique de la robe de dentelle et de satin que portait la fille aînée de la reine Victoria en 1841.

La naissance pourrait se révéler particulièrement lucrative pour l'économie britannique. Une étude de la London School of Marketing avance une manne globale pouvant atteindre 300 millions de livres (419 millions d'euros), tandis que la fédération du commerce de détail évalue les recettes directes pour les commerçants à 60 à 70 millions de livres.


Sur le même sujet

Grande Bretagne: Bébé royal: le poids de la tradition
Il fut un temps où le Premier ministre devait assister à la naissance du bébé… William et Catherine offrent l'image de parents modernes mais le protocole autour de la naissance de leur deuxième enfant obéit à des règles parfois ancestrales…