Changer d'édition

Von der Leyen présentera sa «vision» courant juillet
International 1 2 min. 04.07.2019 Cet article est archivé

Von der Leyen présentera sa «vision» courant juillet

Ursula von der Leyen a réservé son premier déplacement de candidate comme présidente de la Commission à Strasbourg, là où bat «le cœur de la démocratie européenne».

Von der Leyen présentera sa «vision» courant juillet

Ursula von der Leyen a réservé son premier déplacement de candidate comme présidente de la Commission à Strasbourg, là où bat «le cœur de la démocratie européenne».
Photo: AFP
International 1 2 min. 04.07.2019 Cet article est archivé

Von der Leyen présentera sa «vision» courant juillet

La ministre allemande, candidate des États membres pour prendre la tête de la Commission européenne, a déclaré mercredi qu'elle se donnait deux semaines pour dévoiler les grandes lignes souhaitées pour l'UE au cours des cinq prochaines années. Elle rencontrera ce jeudi Jean-Claude Juncker.

(Jmh avec AFP) - «J'ai l'intention de beaucoup écouter de façon à être en mesure dans les quinze prochains jours de développer un dialogue avec le Conseil et le Parlement, une vision pour les cinq prochaines années pour l'Europe», a déclaré Ursula von der Leyen devant la presse. L'actuelle ministre allemande de la Défense a été désignée mardi par les dirigeants des 28 comme leur candidate pour succéder à Jean-Claude Juncker à la tête de l'exécutif européen. 

Elle a choisi mercredi pour son premier déplacement de candidate de se rendre à Strasbourg, où siégeaient pour la première fois les eurodéputés élus fin mai. «C'est là que le cœur de la démocratie européenne bat», a-t-elle affirmé à l'issue d'un court entretien avec l'Italien David Sassoli, élu mercredi président du Parlement. Pour devenir présidente de la Commission, Ursula von der Leyen devra obtenir le feu vert du Parlement européen lors d'un vote prévu mi-juillet.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Après une campagne pour les élections européennes «longue et difficile», il est désormais «décisif de montrer notre unité et notre passion commune pour l'Europe, qui est si importante dans ce monde et doit être audible et visible», a-t-elle dit lors d'une brève prise de parole devant la presse. 

Lors de sa rencontre avec les députés du parti conservateur PPE, sa famille politique, Ursula von der Leyen «s'est surtout présentée, elle a expliqué son parcours», a expliqué une source parlementaire. Elle «s'est exprimée en trois langues» (allemand, anglais et français), et «a répondu à quelques questions». Elle a aussi «remercié chaleureusement Manfred Weber», son compatriote, tête de liste du PPE aux européennes et qui visait la présidence de la Commission européenne

Une rencontre entre la probable future présidente de la Commission et l'actuel titulaire du poste,; Jean-Claude Juncker - jusqu'au 31 octobre - a eu lieu ce jeudi. Dans un message posté sur Twitter, le Luxembourgeois assure être «sur la même longueur d'onde» qu'Ursula von der Leyen «lorsqu'il s'agit de défendre les intérêts européens».



Sur le même sujet

Pour la première fois, la Commission européenne aura une femme à sa tête. Le eurodéputés en ont décidé ainsi, mardi 16 juillet, à Strasbourg. Mais celle qui succède à Jean-Claude Juncker est loin d'avoir fait l'unanimité.
Rentrée chargée pour six eurodéputés luxembourgeois. Les votes se succèdent et les représentants des quatre partis ont peu le temps de souffler. Entre deux réunions, ils ont déjà pu se forger une opinion sur le nouvel organigramme européen.
Le social-démocrate italien a été élu mercredi à la présidence du Parlement européen, au lendemain de l'accord au forceps conclu par les dirigeants des 28 à Bruxelles pour répartir les postes clés de l'UE.
David-Maria Sassoliwurde am Mittwoch mehrheitlich zum neuen EU-Parlamentsvorsitzenden gewählt.
La course à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne est déjà lancée en coulisses. Mais les 28 pays membres de l'UE sont encore loin d'être d'accord sur les règles du jeu.
Michel Barnier, ancien commissaire et plusieurs fois ministre en France, n'a jamais dit qu'il briguerait à nouveau le poste, mais ses responsabilités actuelles l'ont remis sous les projecteurs.