Changer d'édition

Von der Leyen commence à former son équipe
International 2 min. 26.08.2019 Cet article est archivé

Von der Leyen commence à former son équipe

Ursula von der Leyen attend toujours les propositions françaises et italiennes.

Von der Leyen commence à former son équipe

Ursula von der Leyen attend toujours les propositions françaises et italiennes.
Photo: DPA
International 2 min. 26.08.2019 Cet article est archivé

Von der Leyen commence à former son équipe

La future présidente de la Commission européenne engage cette semaine le processus en vue de constituer le staff dirigeant qui l'entourera. Un groupe voulu paritaire entre hommes et femmes.

(AFP) - Si le travail de réflexion autour de sa future équipe a commencé ce lundi pour la future présidente de la Commission européenne, elle entamera les entrevues avec les candidats (commissaires) mardi. Pour le moment, 25 des 27 pays de l'UE ont fourni des propositions. Manquent encore les noms français et italien, sachant que le Royaume-Uni, qui doit quitter l'Union le 31 octobre, ne sera pas représenté au sein du futur exécutif européen.


(FILES) In this file photo taken on July 23, 2019 outgoing president of the European Commission Jean-Claude Juncker (L) welcomes German Defence Minister and newly-appointed EU Commission Chief Ursula von der Leyen, in Brussels. - While others spend August on the beach, EU president-elect Ursula von der Leyen works on the "delicate" task of building a team to run the bloc's executive for the next five years. After she was only narrowly approved by the European Parliament, the former German defence minister faces a tricky balancing act. She is trying to accommodate the competing demands of different political parties to make sure her team survives a confirmation vote by MEPs in October. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Ursula von der Leyen peine à former sa Commission
Confirmée de justesse par le Parlement européen, la première présidente de l'exécutif européen travaille à la composition de sa future équipe, un exercice «délicat» au vu de la nécessité de composer avec les exigences des partis politiques pour obtenir leur investiture en octobre.

Le Belge Didier Reynders, proposé ce week-end par son pays, sera l'un des premiers auditionnés. Il doit l'être dès mardi, selon un porte-parole de l'actuel ministre belge des Affaires étrangères.

Mme von der Leyen, confirmée de justesse par le Parlement européen en juillet à la succession de Jean-Claude Juncker, doit prendre ses nouvelles fonctions le 1er novembre.

Vote d'investiture le 22 octobre

La future présidente souhaiterait attribuer les portefeuilles aux futurs commissaires -que l'on peut comparer aux ministres d'un exécutif- d'ici à la mi-septembre, avant la séquence des auditions par les eurodéputés, qui devront valider les noms. 

Le processus doit se conclure par le vote d'investiture du nouvel exécutif bruxellois le 22 octobre, pendant la session plénière du Parlement européen à Strasbourg. 

Déjà dix noms féminins

L'objectif de l'ancienne ministre allemande de la Défense est d'avoir si possible autour d'elle 13 femmes et 13 hommes, respectant aussi l'équilibre entre les principaux partis politiques (conservateurs du PPE, socialistes, libéraux).

A ce stade, elle s'est vu proposer dix noms féminins. Le Portugal et la Roumanie ont suggéré en août chacun deux noms, une femme et un homme, comme le souhaitait Mme von der Leyen. 

Quant à la France, où le président Emmanuel Macron n'avait pas encore tranché lundi, les noms de Sylvie Goulard et de Florence Parly (l'ancienne et l'actuelle ministre des Armées) comptent parmi ceux qui circulent avec le plus d'insistance. 


Italian Prime Minister Giuseppe Conte delivers a speech at the Italian Senate, in Rome, on August 20, 2019, as the country faces a political crisis. - Italy's Premier Conte says to offer resignation during his speech at the Senate after calling Italy's far-right Interior Minister Matteo Salvini "irresponsible" to spark a political crisis by pulling the plug on the governing coalition. (Photo by Andreas SOLARO / AFP)
Le Premier ministre italien annonce sa démission
Giuseppe Conte a annoncé sa démission ce mardi après-midi, officialisant une tonitruante rupture entre la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Etoiles, après seulement quatorze mois de cohabitation.

En Italie, la crise politique provoquée par le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, qui a mis fin à la coalition gouvernementale avec le Mouvement Cinq Etoiles, complique la désignation d'un commissaire européen.


Sur le même sujet

Ursula von der Leyen peine à former sa Commission
Confirmée de justesse par le Parlement européen, la première présidente de l'exécutif européen travaille à la composition de sa future équipe, un exercice «délicat» au vu de la nécessité de composer avec les exigences des partis politiques pour obtenir leur investiture en octobre.
(FILES) In this file photo taken on July 23, 2019 outgoing president of the European Commission Jean-Claude Juncker (L) welcomes German Defence Minister and newly-appointed EU Commission Chief Ursula von der Leyen, in Brussels. - While others spend August on the beach, EU president-elect Ursula von der Leyen works on the "delicate" task of building a team to run the bloc's executive for the next five years. After she was only narrowly approved by the European Parliament, the former German defence minister faces a tricky balancing act. She is trying to accommodate the competing demands of different political parties to make sure her team survives a confirmation vote by MEPs in October. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Batailles au sommet pour succéder à Juncker
Les dirigeants européens, en particulier le tandem Macron-Merkel, ont affiché leurs divisions mardi autour de présidence de la Commission européenne, ce qui augure d'une négociation laborieuse sur la désignation des nouveaux patrons de l'UE.
Angela Merkel a exprimé son désaccord avec Emmanuel Macron sur la succession de J.-C. Juncker à la tête de la Commission européenne.
UE: un sommet à 27 pour débattre du budget post-Brexit
Les dirigeants européens vont débattre vendredi pour la première fois, à 27, du budget de l'UE après 2020 et le départ du Royaume-Uni, et se pencher sur le mode de désignation du successeur de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission, un enjeu qui divise.