Changer d'édition

Variations belges sur le climat
International 3 min. 08.11.2021
Environnement

Variations belges sur le climat

La Belgique n’a toujours pas de position commune à proposer à l’ensemble de la Cop26.
Environnement

Variations belges sur le climat

La Belgique n’a toujours pas de position commune à proposer à l’ensemble de la Cop26.
Photo : dpa
International 3 min. 08.11.2021
Environnement

Variations belges sur le climat

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La Flandre remet en cause les objectifs fixés par la Commission européenne en matière de réduction de gaz à effet de serre.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Zuhal Demir a fait beaucoup parler d’elle ces derniers jours. La ministre flamande de l’Environnement s’est tour à tour distinguée par un mini-trip de deux jours à Marbella en pleine Cop26 (et en avion), son absence à Glasgow qu’elle justifie par l’état de santé de son chef de cabinet infecté par le covid, et surtout par un positionnement politique pétaradant.


Belgium's Prime Minister Alexander De Croo arrives for the COP26 UN Climate Summit in Glasgow on November 1, 2021. - More than 120 world leaders meet in Glasgow in a "last, best hope" to tackle the climate crisis and avert a looming global disaster. (Photo by PHIL NOBLE / POOL / AFP)
La Belgique en ordre dispersé à Glasgow
Avant la COP26, les différentes entités du pays n’ont pas réussi à se mettre d’accord à ce jour sur l’effort à fournir au profit du climat.

Au moment où la Flandre est pointée du doigt pour ses émissions de gaz à effet de serre par les autres régions du pays  et pour son manque d’enthousiasme à assurer les responsabilités financières qui en découlent, Zuhal Demir demande à l’UE d’abaisser l’objectif de réduction de CO2 de la Belgique en trouvant un meilleur équilibre entre l’Europe occidentale et orientale. En juillet, la Commission européenne a présenté son plan baptisé Fit for 55 pour réduire les émissions de CO2 de l’UE de 55 % d’ici 2030. 

La Belgique doit ainsi diminuer les siennes de 47%, contre 10% pour la Bulgarie et 12,7 % pour la Roumanie. Des pays moins avancés technologiquement, mais aussi moins riches.


Villagers are dwarfed by giant windmills built by the Danish Development Agency, DANIDA, along the shores of Bangui, Ilocos Norte province in northern Philippines Wednesday Nov. 8, 2006. The sixteen giant "Bangui Windmills" built last year, are capable of generating 54 Megawatts of electricity and are the first such alternative source of energy in Southeast Asia. (AP Photo)
La Belgique s'offre une île énergétique en mer du Nord
Annoncé pour 2026, ce «hub» doit permettre de faciliter l’approvisionnement du pays en électricité offshore. Et le Luxembourg montre aussi de l'intérêt à cette initiative.

«Nous devons encore négocier sur ces 47%, intervient Zuhal Demir. Nous demandons depuis la Flandre un meilleur équilibre au sein de l’Europe. Il n’est pas possible que des pays d’Europe orientale comme la Bulgarie et la Roumanie doivent faire jusqu'à 40 points de pourcentage en moins d’efforts que l’Europe occidentale. Cette différence ne m'a pas été expliquée». Elle poursuit : la Flandre «ne souscrit pas aveuglément aux propositions de la Commission européenne inscrites dans le Fit for 55

Zuhal Demir estime que les changements qui s’annoncent ne doivent «pas mener à une augmentation de la pression fiscale ou de la facture énergétique en Flandre», ni porter ombrage à «la compétitivité de nos entreprises flamandes» et au «pouvoir d’achat des ménages flamands».

Cette sortie intervient alors que la Belgique n’a toujours pas de position commune à proposer à l’ensemble de la Cop26 qui se tient à Glasgow. L’environnement et le climat font partie de ces matières traitées au nom du fédéralisme de manière autonome par le fédéral et les régions, mais qui exigent un accord commun entre ces différents niveaux de pouvoir dès lors qu’il s’agit de présenter une position belge à l’international.


(FILES) In this file photo taken on March 12, 2017 a man carries fake nuclear barrels during a demonstration to demand the closure of Fessenheim nuclear power plant in Fessenheim, eastern France. 
The Nuclear Nonproliferation Treaty (NPT), signed in 1968 by 191 countries, commits the five official holders of the atomic bomb (United States, Russia, France, Britain and China) to not transfer military nuclear technology to other countries, and prohibits non-nuclear countries from procuring or manufacturing nuclear weapons.  / AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON
La Belgique prépare la fin de l’atome
Le gouvernement De Croo veut faire du démantèlement des centrales un pôle d’expertise valorisable à l’étranger.

Le Premier ministre Alexander De Croo a beau faire assaut de déclarations en faveur du climat, sa région d’origine – la Flandre – tient d’abord à défendre ses propres intérêts.

La semaine dernière, Zuhal Demir s'est néanmoins défendue devant le parlement flamand de tout égoïsme. Face aux critiques de l’opposition, elle a annoncé une taxe sur le gaz naturel à destination de l’industrie qui servira à réduire la facture d’électricité des familles et des personnes isolées. À partir de 2023 par ailleurs, les subventions aux combustibles fossiles dans l’agriculture et l’industrie seront supprimées, les normes énergétiques seront renforcées dans le secteur du logement, les maisons énergivores devront être rénovées, etc.

Une proposition à -40%

En 2023 toujours, les nouvelles habitations privées devront être équipées d’une pompe à chaleur hybride (gaz et électricité). Puis, en 2027, le gaz sera complètement banni des constructions neuves.

Mais l’annonce la plus spectaculaire concerne la fin de la vente des voitures à moteur thermique à l’horizon 2029. A cette date, il ne sera plus possible d’acheter en Flandre un véhicule neuf équipé d’un moteur utilisant le diesel, l’essence et même la technologie hybride. Les voitures d’occasion ne sont pas concernées. L’objectif est l’électrification complète du parc automobile à terme. L’obstacle reste toutefois le nombre insuffisant de bornes de recharge.

Il reste une semaine à la Belgique pour déposer une position commune à Glasgow. L’écologiste francophone Philippe Henry, qui a pour mission de la finaliser, observe que la Flandre propose de réduire ses gaz à effet de serre de seulement 40% quand il est demandé une diminution de 47% à la Belgique. Or, c’est la Flandre qui pollue le plus. Bruxelles et la Wallonie estiment avoir fait leur part du boulot. Rien n’est encore gagné à ce stade…

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bien que la Belgique ait payé le prix fort lors des inondations en juillet dernier, elle renonce à déposer une position commune à la Cop 26. La Flandre est pointée du doigt.
ARCHIV - 26.02.2016, Belgien, Antwerpen: Dampf steigt aus den Kühltürmen des Atomkraftwerks Doel. Das höchste EU-Gericht urteilt am Montag (29.07.2019) darüber, ob Belgien bei der Laufzeitverlängerung der Atommeiler Doel 1 und Doel 2 gegen Pflichten zur Umweltprüfung verstoßen hat. (Zu dpa «EuGH urteilt über Laufzeitverlängerung belgischer Atommeiler») Foto: Oliver Berg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++