Changer d'édition

Valse-hésitation autour de Bart De Wever
International 3 min. 27.01.2020 Cet article est archivé

Valse-hésitation autour de Bart De Wever

Bart De Wever va-t-il essayer de trouver des points de convergence entre les partis susceptibles de mener à une coalition fédérale?

Valse-hésitation autour de Bart De Wever

Bart De Wever va-t-il essayer de trouver des points de convergence entre les partis susceptibles de mener à une coalition fédérale?
Photo: AFP
International 3 min. 27.01.2020 Cet article est archivé

Valse-hésitation autour de Bart De Wever

A qui le tour? Les deux informateurs belges remettent leur rapport au roi ce mardi. La balle est dans le camp de la N-VA nationaliste flamande.

De notre correspondant, Max HELLEFF (Bruxelles) -  Ira, ira pas? C’est la question du moment: Bart De Wever va-t-il enfin s’impliquer dans les discussions qui doivent mener à la formation du prochain gouvernement belge? Non pas en tant que représentant de la N-VA, ce qu’il n’a jamais cessé d'être, mais en tant que personnalité adoubée par le roi Philippe pour essayer de trouver des points de convergence entre les partis susceptibles de mener à une coalition fédérale.

Ce mardi pourrait en effet s’achever la mission des deux derniers informateurs royaux en date, le libéral francophone Georges-Louis Bouchez et le chrétien-démocrate flamand Joachim Coens. Une mission qui a duré six bonnes semaines et dont on craint qu’elle n’ait pas produit grand-chose, tant les signaux envoyés ici et là sont peu engageants. La situation est plus bloquée que jamais, et cela sur deux fronts.

Premier front: la N-VA nationaliste flamande et le Parti socialiste francophone jouent au chat et à la souris. Les propositions faites en matière sociale par Bart De Wever n’ont pas convaincu Paul Magnette. Mais on sait que les leaders des deux principales formations politiques du pays se sont vus à de multiples reprises, notamment ce dimanche.


La désignation de Bart De Wever au poste d’informateur le 28 janvier prochain est dans l'air du temps en Belgique
Les chrétiens-démocrates flamands pressent De Wever
Le retour du leader de la N-VA aux affaires est à nouveau évoqué. Le bord catholique flamand l’incite à prendre ses responsabilités en brandissant le risque d’élections anticipées.

Second front: l’élargissement d’une hypothétique coalition «arc-en-ciel» (socialistes, libéraux, écologistes) aux chrétiens-démocrates flamands du CD&V n’a pas trouvé acquéreur. Le CD&V répète qu’il n'entrera pas au gouvernement fédéral sans la N-VA, en dépit des appels à la raison du PS. Or pas de CD&V, pas de majorité. Une solution de rechange  serait toutefois possible avec le petit parti Défi qui permettrait de constituer une courte majorité à la Chambre (77 sièges sur 150). A ce stade, il reste surtout une impression de fouillis. Et beaucoup d’incantations.

Samedi, Joachim Coens a demandé à son propre parti, le CD&V, de «se tenir proche des gens» et d’œuvrer à une politique «qui ne regarde pas vers son nombril mais écoute avec le cœur et vers les gens». Quant à Georges-Louis Bouchez, il avait auparavant donné raison à ceux qui le prennent pour un «chien fou» en y allant d’un credo «unitariste».

Face à ce peu d’enthousiasme, certains ont recours à la méthode Coué. Tel le vice-président du Mouvement réformateur Jean-Luc Crucke qui estimait dimanche sur RTL-TVi  que «ce serait un scoop» si Bart De Wever devenait à son tour informateur. «C’est de la bonne volonté pour former un gouvernement le plus rapidement possible» qu’il faut, estime le libéral francophone, couvrant ainsi les arrières de son président de parti, Georges-Louis Bouchez.


Conner Rousseau, l’ami flamand de Paul Magnette
Le jeune président des socialistes flamands a fini par sortir de sa réserve. La gauche belge attend beaucoup de sa capacité à redresser son parti.

Ledit Bouchez y croit toujours. Il souhaiterait entamer une phase de préformation à l'issue de sa mission d'informateur. Le contraire, estiment les observateurs, reviendrait à conclure que la confiance qui lui a été accordée depuis le 11 décembre est à verser aux pertes et profits.

Reste que la balle est bien dans le camp de la N-VA qui redoute l’organisation de nouvelles élections. L’idée d’un duo d’informateurs royaux De Wever-Magnette a même été avancée, mais ce dernier n’en veut pas. Le socialiste reste favorable à un gouvernement provisoire qui reprendrait l’actuel exécutif en affaires courantes (les libéraux du sud et du nord, les chrétiens-démocrates flamands) auquel se joindraient les socialistes et les écologistes. A charge pour cette équipe de régler les urgences sociales, écologiques et budgétaires. Durée de vie annoncée par le président du PS: six mois.


Sur le même sujet

Veillée d’armes communautariste en Belgique
L’affaire Emir Kir met le Parti socialiste en porte-à-faux avec une partie de son électorat. Elle renvoie aussi d’autres formations politiques belges face aux dérives du vote communautariste.
L’éviction d’Emir Kir laissera des traces profondes au sein du Parti socialiste wallon
Des épines pour la rose belge
Socialistes flamands et francophones peuvent avoir des attitudes très différentes face aux nationalismes. Et tant pis pour les pots cassés.
De nouvelles pistes pour sortir le pays de la crise
Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez, les deux informateurs, ont été prolongés dans leur mission par le roi des Belges. Ils veulent explorer de nouvelles pistes. L’idée de former un «gouvernement de crise» revient par ailleurs à la surface.
Chairman of the Belgian French-speaking right wing political party Reformist Movement (Mouvement Reformateur - MR) Georges-Louis Bouchez (R) and chairman of the Belgian Flemish-speaking right wing party Christian Democratic and Flemish (Christen-Democratisch en Vlaams - CD&V) Joachim Coens (L) arrive for a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, Friday 20 December 2019. - Georges-Louis Bouchez and Joachim Coens are both the King "informers". They negociate and lead the talks to form a new Belgian Federal Government, and inform the Belgium's King on their progress for a possible coalitions following May 26, 2019 Federal elections. (Photo by DIRK WAEM / BELGA / AFP) / Belgium OUT