Changer d'édition

Vague d'inspections en Belgique après le scandale Orpea
International 2 min. 28.01.2022
Maisons de retraite

Vague d'inspections en Belgique après le scandale Orpea

En Belgique, le groupe Orpea assure la gestion de 19 maisons de repos.
Maisons de retraite

Vague d'inspections en Belgique après le scandale Orpea

En Belgique, le groupe Orpea assure la gestion de 19 maisons de repos.
Photo: AFP
International 2 min. 28.01.2022
Maisons de retraite

Vague d'inspections en Belgique après le scandale Orpea

Les autorités belges ont lancé des inspections dans les maisons de retraite du groupe Orpea pour corriger d'éventuels dysfonctionnements ou problèmes de maltraitance tels que ceux mis en évidence en France.

(AFP) - Dans la région francophone de Wallonie, cinq des 19 établissements exploités par Orpea ont été visés jeudi 28 janvier par une «inspection inopinée» et chacune fera l'objet d'un rapport, selon la ministre régionale de la Santé, Christie Morreale (socialiste).


Le scandale Orpea inquiète plusieurs députés
Trois députés CSV ont réclamé une réunion en urgence de la Commission de la Famille et de l'Intégration à propos du scandale Orpea. Le groupe prévoit d'ouvrir des établissements au Luxembourg.

«Nous avons 19 maisons de repos (l'appellation belge) qui dépendent du groupe Orpea, et donc des enquêtes et des rapports sont diligentés», a ajouté la ministre jeudi soir sur la RTBF, laissant entendre que la totalité des sites seraient inspectés ces prochains jours.

Les pratiques du groupe Orpea, spécialiste français des cliniques privées et des maisons de retraite, sont dénoncées par le journaliste Victor Castanet dans un livre («Les Fossoyeurs») décrivant un système où les soins d'hygiène, la prise en charge médicale, voire les repas des résidents sont «rationnés» pour améliorer la rentabilité du groupe. Et ce alors que les séjours sont facturés au prix fort.

Le gouvernement français a parlé de révélations «révoltantes». Orpea, présent dans 23 pays, principalement européens, a contesté ces accusations, qu'il juge «mensongères, outrageantes et préjudiciables». Christie Morreale, de son côté, a dénoncé des faits «intolérables».

521 inspections en 2021

«Les cas de maltraitance ne sont pas toujours observés dans le secteur privé (Orpea est un opérateur privé), mais effectivement c'est là qu'il y a un risque de dérive plus important», a affirmé Mme Morreale. «Il faut être intransigeant».

La Belgique, pays de 11,5 millions d'habitants, compte environ 1.500 maisons de repos et de soins, dont 600 situées en Wallonie, région moins peuplée que la Flandre (nord néerlandophone). Le secteur a été très durement éprouvé par la pandémie de coronavirus.


Residents of the elderly home Pannesheydt listen to musicians during a mini-concert in Montzen on April 26, 2020 on the sixth week of confinement in the ongoing coronavirus crisis. - The government has announced a phased plan to attempt an exit from the lockdown situation in the country, continuing to avoid the spread of Covid-19. (Photo by BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Les maisons de repos belges paient la facture du covid
La surmortalité a poussé nombre de pensionnaires et de familles à tourner le dos à un système incapable de les protéger suffisamment.

En Wallonie, 521 inspections ont été menées en 2021 dans des maisons de repos, et un établissement a dû fermer à Tournai (ouest) en raison de «problèmes de maltraitance répétés», a rappelé Mme Morreale.

La filiale belge d'Orpea a annoncé cette semaine l'ouverture d'une enquête dans un de ses établissements du Brabant wallon (au sud de Bruxelles), visé par des accusations de mauvais traitements liés au manque de personnel. Dans cette maison de repos de grand standing, «une aide-soignante s'est retrouvée seule à s'occuper de 22 résidents positifs au Covid», a rapporté à la RTBF Claudia Reckinger, du syndicat Setca.


Sur le même sujet

Omicron et Delta feraient moins de "dégâts" dans les homes accueillant des seniors. La ministre de la Famille, Corinne Cahen (DP), assure même qu'«aucun résident de maison de soins ou de CIPA n’est hospitalisé pour une infection covid».
Lokales, Interview mit Jozes Reijners, Cipa, Niderkorn, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort