Changer d'édition

Un nouvel effet secondaire «très rare» pour AstraZeneca
International 3 min. 09.09.2021
Vaccination anti-covid

Un nouvel effet secondaire «très rare» pour AstraZeneca

En juillet dernier, l'EMA avait également répertorié cet effet secondaire pour le sérum du laboratoire Johnson&Johnson.
Vaccination anti-covid

Un nouvel effet secondaire «très rare» pour AstraZeneca

En juillet dernier, l'EMA avait également répertorié cet effet secondaire pour le sérum du laboratoire Johnson&Johnson.
Photo: AFP
International 3 min. 09.09.2021
Vaccination anti-covid

Un nouvel effet secondaire «très rare» pour AstraZeneca

L'Agence européenne du médicament a répertorié mercredi le syndrome de Guillain-Barré parmi les effets indésirables du vaccin produit par le laboratoire anglo-suédois. Mais seuls 833 cas étaient répertoriés dans le monde en juillet dernier.

(AFP) - Nouveau revers pour AstraZeneca. L'Agence européenne du médicament (EMA) a signalé mercredi un nouvel effet secondaire pour son vaccin Vaxzevria, le syndrome de Guillain-Barré. Heureusement, cette atteinte neurologique ne se développe que très rarement suite à l'injection du sérum anglo-suédois.


A nurse takes vials of Comirnaty vaccine by Pfizer-BioNTech against Covid-19 out of a fridge at the Baleone vaccine centre in Ajaccio on the French Mediterranean island of Corsica, on May 13, 2021. - Vaccination is opened for people over 18 years old since early May in Corsica. The island has the highest vaccination rate in France. (Photo by Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP)
Une dose de persuasion pour encourager au vaccin
Aucun des derniers patients admis en soins intensifs pour cause de covid n'était vacciné... Et s'il fallait d'autres arguments pour convaincre de la protection offerte par les injections anti-covid, le rapport hebdomadaire du ministère de la Santé se charge de les fournir.

Selon l'EMA, 833 cas ont été signalés dans le monde à la date du 31 juillet, alors que plus de 592 millions de doses du vaccin AstraZeneca avaient été administrées sur la planète au 25 juillet. La catégorie de fréquence attribuée est «très rare», c'est-à-dire survenant chez moins d'une personne sur 10.000. Néanmoins, le Comité d'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance de l'EMA évoque «une possibilité raisonnable», le risque de présenter une atteinte neurologique, a déclaré le régulateur européen dans un communiqué. 

Le syndrome de Guillain-Barré est une atteinte des nerfs périphériques caractérisée par une faiblesse, voire une paralysie progressive. Celle-ci débute le plus souvent au niveau des jambes et remonte parfois jusqu'à atteindre les muscles de la respiration puis les nerfs de la tête et du cou. L'EMA a recommandé une mise à jour de l'avertissement inclus depuis juillet dans les informations sur le produit, pour sensibiliser aux risques les professionnels de la santé et les personnes recevant le vaccin. L'avertissement rappelle également aux patients de consulter immédiatement un médecin dans le cas où ils développeraient faiblesse et paralysie des extrémités pouvant progresser vers la poitrine et le visage. 

A noter qu'au mois de juillet, le régulateur européen avait également répertorié  le syndrome de Guillain-Barré comme effet secondaire «très rare» du vaccin de Johnson & Johnson, qui utilise la même technologie adénovirus que le sérum Vaxzevria. Mais une fois de plus, l'EMA a précisé que les avantages du vaccin l'emportaient sur les risques potentiels.

Le sérum anglo-suédois avait déjà fait l'objet d'une enquête du régulateur européen en raison de thromboses signalées chez certains patients après l'injection du Vaxzevria. L'EMA avait finalement estimé que la balance bénéfices/risques restait néanmoins «positive», cet effet secondaire étant «très rare» et pouvant relever d'une «réponse immunitaire au vaccin».

Ce risque de thromboses avait toutefois suscité la méfiance de la population, poussant certaines personnalités politiques à se faire injecter le Vaxzevria, à l'instar du Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel (DP). Reste à savoir si ce nouvel effet secondaire produira le même effet chez les derniers réticents à la vaccination.


Sur le même sujet

Aucun des derniers patients admis en soins intensifs pour cause de covid n'était vacciné... Et s'il fallait d'autres arguments pour convaincre de la protection offerte par les injections anti-covid, le rapport hebdomadaire du ministère de la Santé se charge de les fournir.
A nurse takes vials of Comirnaty vaccine by Pfizer-BioNTech against Covid-19 out of a fridge at the Baleone vaccine centre in Ajaccio on the French Mediterranean island of Corsica, on May 13, 2021. - Vaccination is opened for people over 18 years old since early May in Corsica. The island has the highest vaccination rate in France. (Photo by Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP)
Le laboratoire américain pourrait bien être le cinquième autorisé à commercialiser son vaccin anti-covid en Europe. Dans l'attente de l'avis de l'Agence des médicaments, la commission européenne a précommandé 200 millions de doses.
Alors que le Premier ministre se trouve toujours hospitalisé dans un état présenté comme «sérieux mais stable», la Dr Thérèse Staub, présidente du conseil supérieur des maladies infectieuses fait le point sur l'état des connaissances liées à cette infection.
A l'instar d'autres chefs de gouvernement dans le monde, le Premier ministre luxembourgeois a demandé à recevoir le sérum du laboratoire anglo-saxon. L'objectif: rassurer les particuliers suite à la controverse autour de quelques cas de thromboses.
Luxtimes,Xavier Bettel bekommt Coronaimpfung.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort