Changer d'édition

Unis contre Trump, Biden et Sanders s'écharpent
International 2 min. 16.03.2020 Cet article est archivé

Unis contre Trump, Biden et Sanders s'écharpent

Joe Biden, ici avec la journaliste Dana Bash de CNN, a fait un come-back spectaculaire et a rassemblé derrière lui le camp modéré.

Unis contre Trump, Biden et Sanders s'écharpent

Joe Biden, ici avec la journaliste Dana Bash de CNN, a fait un come-back spectaculaire et a rassemblé derrière lui le camp modéré.
Photo: AFP
International 2 min. 16.03.2020 Cet article est archivé

Unis contre Trump, Biden et Sanders s'écharpent

Les deux candidats démocrates se sont vivement reproché certains de leurs choix politiques passés lors de leur premier duel télévisé des primaires du parti. Ils se sont tout de même mis d'accord pour dénoncer la gestion par Donald Trump de la pandémie de coronavirus.

(AFP) -  Grand favori pour l'investiture démocrate, le candidat modéré Joe Biden s'est engagé pour la première fois à choisir une femme pour briguer la vice-présidence lors de l'élection présidentielle de novembre face au milliardaire républicain. Son rival, nettement plus marqué à gauche, a ensuite assuré qu'il choisirait aussi "selon toute vraisemblance" une colistière.

La crise sanitaire a ouvert et bouclé le débat entre les deux septuagénaires, désormais seuls à pouvoir décrocher l'investiture démocrate. Estimant qu'il fallait déclarer "la guerre" au coronavirus et "faire beaucoup plus que ce qu'a fait" Donald Trump, Joe Biden n'a pas hésité à évoquer de grands moyens. 

"J'aurais recours à l'armée immédiatement", a martelé l'ancien vice-président de Barack Obama d'un ton martial. "Les militaires ont la capacité de construire des hôpitaux de 500 lits" dont le pays "a besoin".  

Bernie Sanders, 78 ans, a accusé l'hôte de la Maison Blanche de "saper" le travail des experts. "Nous devons faire taire ce président dès maintenant", a lancé le sénateur socialiste. "Il est inacceptable de l'entendre déblatérer sur des informations non factuelles". En perte de vitesse, ce dernier a toutefois aussi tenté de se saisir de la crise pour démontrer les failles du système américain en poussant ses propositions-phares, comme la couverture maladie publique universelle.

Bon débat de Biden

S'ils se sont écharpés sur leurs bilans respectifs  - armes à feu, vaste plan de sauvetage des banques en 2008, guerre en Irak...-, ils ont aussi promis un front commun face au président républicain. Sur l'accès à la santé, l'éducation, le problème des lourdes dettes étudiantes, la lutte contre le changement climatique qui "menace l'humanité": "Nous sommes tous les deux d'accord", a souligné Joe Biden (77 ans) estimant que les divergences portaient uniquement sur des "détails". 

En revanche, "nous sommes en désaccord fondamental avec le président", a-t-il assuré. "Nous devons battre Donald Trump", a donc exhorté celui qui, attendu sur ses gaffes et faux pas réguliers, a fait une bonne prestation. "Bernie" a répondu qu'il ferait "tout ce qui est humainement possible pour battre Donald Trump".  Plombé par l'épidémie, le débat a eu lieu à Washington en l'absence de tout public et les pupitres des candidats se trouvaient à 1,80 mètre de distance par précaution. Respectant les consignes de prévention, les rivaux ne se sont pas serré la main, préférant se donner un petit coup de coude. 


Sur le même sujet

Les primaires perturbées par le coronavirus
Quelques heures à peine avant l'ouverture des bureaux de vote, le gouverneur de l'Ohio a annoncé le report de ses primaires présidentielles en citant l'«urgence sanitaire», une première dans la longue course à l'investiture démocrate dominée par Joe Biden face à Bernie Sanders.
Biden creuse l'écart et tend la main à Sanders
L'ancien vice-président a pris, mardi, un avantage déterminant dans les primaires démocrates. Il a tendu la main à son adversaire Bernie Sanders pour battre «ensemble» Donald Trump lors de la présidentielle de novembre aux Etats-Unis.
Democratic presidential hopeful Joe Biden answers a question after delivering remarks in Los Angeles, California, March 4, 2020. - Joe Biden reclaimed frontrunner status in the race for the Democratic presidential nomination after notching up stunning Super Tuesday primary victories. (Photo by Robyn Beck / AFP)
Hillary Clinton déplore les dégâts commis par Trump
Alors que les primaires démocrates battent leur plein aux Etats-Unis, dans une interview exclusive au Luxemburger Wort, Hillary Clinton, l'ancienne secrétaire d'Etat américaine, revient sur les circonstances de son échec face à Donald Trump lors de la présidentielle de 2016.
(FILES) In this file photo taken on October 09, 2016 Republican presidential candidate Donald Trump listens to Democratic presidential candidate Hillary Clinton during the second presidential debate at Washington University in St. Louis, Missouri. - Elizabeth Warren's exit from the Democratic presidential race leaves America's highest glass ceiling still intact, prompting some to ask whether the country will ever be ready to put a woman in the White House.
After Hillary Clinton won the Democratic nomination in 2016, and then lost unexpectedly to Donald Trump, top women politicians openly theorized that 2020 might be their year. (Photo by Paul J. RICHARDS / AFP)
Quatorze Etats choisissent leur champion démocrate
Face au favori Bernie Sanders, l'ancien vice-président Joe Biden se présente ce mardi renforcé pour le Super Tuesday, étape déterminante des primaires démocrates aux Etats-Unis, après le ralliement de trois anciens rivaux centristes.
HOUSTON, TX - MARCH 02: Democratic presidential candidate former Vice President Joe Biden speaks to supporters at a campaign event at Texas Southern University on March 2, 2020 in Houston, Texas. Candidates are campaigning the day before Super Tuesday, when 1,357 Democratic delegates in 14 states across the country will be up for grabs.   Callaghan O'Hare/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==