Changer d'édition

Union européenne: Enquête après les propos sexistes d'un eurodéputé polonais
Janusz Korwin-Mikke, député polonais

Union européenne: Enquête après les propos sexistes d'un eurodéputé polonais

Twitter
Janusz Korwin-Mikke, député polonais
International 1 05.03.2017

Union européenne: Enquête après les propos sexistes d'un eurodéputé polonais

Le président du Parlement européen Antonio Tajani a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pouvant mener à des sanctions contre l'eurodéputé polonais d'extrême droite Janusz Korwin-Mikke, pour des propos sexistes tenus la veille dans l'hémicycle.

(AFP) - Le président du Parlement européen Antonio Tajani a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pouvant mener à des sanctions contre l'eurodéputé polonais d'extrême droite Janusz Korwin-Mikke, pour des propos sexistes tenus la veille dans l'hémicycle.

Le député polonais âgé de 74 ans, coutumier des dérapages racistes, s'est signalé mercredi par des propos insultants à l'égard des femmes, qu'il a qualifiées d'inférieures aux hommes:

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

«Bien entendu, les femmes doivent gagner moins que les hommes, parce qu'elles sont plus faibles, elle sont plus petites et elles sont moins intelligentes», a-t-il lancé en séance plénière du Parlement européen à Bruxelles.

Après des plaintes de plusieurs eurodéputés, le président du Parlement européen Antonio Tajani (PPE, droite) a annoncé jeudi qu'il avait ouvert une enquête pour «des remarques sexistes», qui pourrait mener à des sanctions.

Celles-ci peuvent aller «d'une réprimande à une amende avec une suspension temporaire», a précisé le Parlement européen dans un communiqué.

L'élu polonais d'extrême droite a été déjà été sanctionné en juillet 2016 par le Parlement européen pour avoir déclaré que l'arrivée massive d'immigrants en Europe était comparable à un «déversement d'excréments».

Il avait alors été privé de dix jours d'indemnités de présence au Parlement (soit 3.060 euros) et suspendu de toute activité parlementaire pendant cinq jours.

En octobre 2015, l'élu d'extrême droite avait déjà été épinglé par le Parlement, pour avoir fait un salut hitlérien dans l'hémicycle. Il avait aussi suscité l'indignation un an plus tôt en comparant les jeunes chômeurs à des «nègres».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet