Changer d'édition

Une poigne de fer face aux djihadistes belges
International 3 min. 27.02.2020 Cet article est archivé

Une poigne de fer face aux djihadistes belges

Le juge laisse à l’Etat belge le temps d’obtenir la signature des mères des enfants afin qu’elles autorisent leur départ des camps.

Une poigne de fer face aux djihadistes belges

Le juge laisse à l’Etat belge le temps d’obtenir la signature des mères des enfants afin qu’elles autorisent leur départ des camps.
Photo: AFP
International 3 min. 27.02.2020 Cet article est archivé

Une poigne de fer face aux djihadistes belges

La Justice rejoint les Affaires étrangères dans le dossier des enfants de djihadistes. Le temps des cadeaux est bien révolu.

Par Max Helleff (Bruxelles) - La Belgique est bien décidée à ne faire aucun cadeau à «ses» djihadistes. Sa politique étrangère exclut le rapatriement des Belges qui ont combattu dans les rangs de l’Etat islamique ou d’autres groupes islamistes actifs en Syrie et en Irak. Ce n’est qu’à contrecœur qu’elle a accepté récemment de prendre en compte le sort de leurs enfants.

Une décision de justice vient d’être prise qui rendra encore un peu plus difficile l’existence des Belges aujourd’hui emprisonnés dans les camps syriens, sous autorité kurde. Alors que  l’Etat avait été précédemment condamné à verser une astreinte de 5.000 euros par jour s’il ne rapatriait pas dans les trois mois des enfants maintenus en captivité, une autre juridiction vient au contraire d’estimer que les djihadistes «instrumentalisent leurs enfants pour améliorer leur propre situation par des tentatives de chantage» à l’encontre de la Belgique. Le juge des saisies du tribunal de première instance néerlandophone de Bruxelles a repoussé en conséquence dans le temps l’exigibilité des astreintes.


Syrian women and children sit in the back of a truck on a road near the town of al-Ghazawiya as they flee pro-regime attacks on the western countryside of Aleppo, to seek refuge in safer areas near the Turkish border on February 11, 2020. - Regime and Russian forces have intensified their attacks on the rebel-held areas of the northern Aleppo province, with government forces closing in on a two-kilometre section of the M5 highway that remains outside of their control. The key motorway connects Damascus to second city Aleppo and is economically vital to the government after nine-years of war. (Photo by AAREF WATAD / AFP)
Un espoir pour les enfants des djihadistes belges
La Belgique serait prête à rapatrier 42 enfants du djihad. L’opération qui s’annonce des plus difficiles ne concernerait pas les mamans.

Dans les faits, le juge laisse à l’Etat belge le temps d’obtenir la signature des mères des enfants afin qu’elles autorisent leur départ des camps. Il n’est en effet pas question, a répété à la mi-février à New York le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin, d’accepter qu’elles échappent à leurs geôliers au motif que les enfants ont besoin d’elles. Une fois la signature actée, la Belgique aura trois mois pour effectuer le rapatriement de ces derniers.

La partie est loin d’être gagnée. Un agent consulaire a pris contact avec les autorités kurdes, mais celles-ci ne sont pas disposées à transiger. Elles estiment de surcroît que les enfants ne peuvent être séparés de leurs mères.

«La balle est donc désormais dans le camp des mères des enfants, conclut Le Soir. Soit  elles acceptent leur rapatriement sous le motif de sécurité et sanitaire, soit elles refusent et l’Etat belge ne pourra être tenu pour responsable du destin tragique de ces enfants.»

En début de semaine, par ailleurs, la justice belge a frappé fort dans un autre dossier lié au djihadisme. Un tribunal a condamné par défaut deux femmes originaires de Borgerhout (Anvers) et de Bruxelles. Une peine de cinq ans de prison a été prononcée contre Saïda El Mimouni et  Siham Oussaïdi. Elles avaient quitté la Belgique pour la Syrie où elles avaient rejoint les rangs islamistes. Elles écopent en outre de 8.000 euros d’amende.


(FILES) This file photo taken on July 12, 2017 shows a general view of the UNHCR (United Nations High Commissioner for Refugees) refugee camp in Hammam al-Alil, on the outskirts of Mosul.
2017 will be remembered as the year the Islamic State organisation's ultra-violent experiment in statehood was terminated but Iraq and Syria are left staring at ruined cities and daunting challenges. / AFP PHOTO / FADEL SENNA
69 petits Belges croupissent dans les camps syriens
Elles se font appeler «Moeders van Europa/Mères d’Europe». Elles sont surtout les mamans de djihadistes belges partis combattre en Syrie. Et les grands-mères de petits-enfants le plus souvent nés dans l’ex-Califat ou dans les camps où croupissent les prisonniers issus des rangs de Daech.

Là ne s’arrête toutefois pas la sanction: les deux femmes absentes lors du procès ont été privées de leur nationalité. Depuis 2015, la loi prévoit que la nationalité d’une personne née en Belgique peut être retirée si elle a été condamnée à au moins cinq ans de prison dans le cadre de faits de terrorisme.

Ce dossier évolue. Le 18 février dernier ainsi, la commission de l’Intérieur de la Chambre a rejeté une proposition de loi déposée par la N-VA en vue d’accroître les possibilités de  déchéance. Les nationalistes flamands souhaiteraient qu’elle ait un caractère d’automaticité, ce que critique le Conseil d’Etat.

Précision : cette loi ne s’applique qu’aux personnes qui ont la double nationalité – il est interdit en raison des conventions internationales de rendre apatride une personne. Elle ne s’impose donc essentiellement qu’à ces Belges nés de parents étrangers qui ont pris à partir de 2012 le chemin du djihad, les Belgo-Marocains composant l’essentiel de leurs rangs.


Sur le même sujet

69 petits Belges croupissent dans les camps syriens
Elles se font appeler «Moeders van Europa/Mères d’Europe». Elles sont surtout les mamans de djihadistes belges partis combattre en Syrie. Et les grands-mères de petits-enfants le plus souvent nés dans l’ex-Califat ou dans les camps où croupissent les prisonniers issus des rangs de Daech.
(FILES) This file photo taken on July 12, 2017 shows a general view of the UNHCR (United Nations High Commissioner for Refugees) refugee camp in Hammam al-Alil, on the outskirts of Mosul.
2017 will be remembered as the year the Islamic State organisation's ultra-violent experiment in statehood was terminated but Iraq and Syria are left staring at ruined cities and daunting challenges. / AFP PHOTO / FADEL SENNA
Les encombrants enfants français en Syrie
Paris rapatrie discrètement des enfants de djihadistes français en Syrie tandis que les adultes sont laissés à la justice irakienne. La dénomination officielle de cette pratique d'accueil à petits pas discrets est la politique «au cas par cas».
Dans le nord-est de la Syrie, dans les deux grands camps de Roj et Al Hol, les forces kurdes accueillent quelque 12.000 étrangers dont 4.000 femmes et 8.000 enfants de djihadistes.