Changer d'édition

Une indemnité de 100 euros pour 38 millions de Français
International 2 min. 22.10.2021 Cet article est archivé
Social

Une indemnité de 100 euros pour 38 millions de Français

Le coup de pouce engagera une dépense de 3,8 milliards d'euros prise en charge par de "meilleures recettes publiques que prévu", selon Jean Castex.
Social

Une indemnité de 100 euros pour 38 millions de Français

Le coup de pouce engagera une dépense de 3,8 milliards d'euros prise en charge par de "meilleures recettes publiques que prévu", selon Jean Castex.
Photo : AFP
International 2 min. 22.10.2021 Cet article est archivé
Social

Une indemnité de 100 euros pour 38 millions de Français

Ni baisse des taxes, ni chèque carburant mais une aide sonnante et trébuchante. Le Premier ministre français, Jean Castex a annoncé jeudi une mesure «qui se voit» pour répondre aux inquiétudes sur la flambée des carburants et le pouvoir d'achat.

(AFP) - Plutôt qu'un chèque aux automobilistes (une «usine à gaz» selon Jean Castex) ou une baisse de taxes sur les carburants («il n'y a pas que l'essence» qui augmente), le gouvernement français a choisi une troisième voie. Celle de débourser 3,8 milliards d'euros pour accorder une aide à tous les Français gagnant moins de 2.000 euros nets par mois, qu'ils aient une voiture ou non.


France's President Emmanuel Macron gestures as he speaks during the presentation of "France 2030" investment plan at The Elysee Presidential Palace in Paris, on October 12, 2021. - Hydrogen, semiconductors or electric batteries: Emmanuel Macron details on October 12, 2021, the priority sectors of the "France 2030" plan to "bring out the champions of tomorrow", in the face of Chinese and American competition and criticism of the "decline" of France. (Photo by Ludovic MARIN / POOL / AFP)
30 milliards d'euros pour relancer la France
Produire davantage et «redevenir une grande nation d'innovation»: Emmanuel Macron a levé le voile mardi sur un plan d'investissement fixant la mission de gagner la «bataille de l'indépendance» d'ici 2030.

Il s'agit là d'«une indemnité classe moyenne», a estimé le Premier ministre dans le JT de 20h de TF1. La prime, défiscalisée, sera versée en une seule fois et automatiquement, dès fin décembre par les employeurs aux salariés, et entre janvier et février pour les autres catégories (retraités ou indépendants) sans besoin d'aucune démarche. Seront également concernés les apprentis, étudiants boursiers et étudiants fiscalement autonomes touchant moins de 2.000 euros, ont fait savoir les services du Premier ministre.

Cette solution a été élaborée après plusieurs jours d'hésitation, afin d'éviter, à six mois de la présidentielle, une montée des contestations dans ce dossier ultrasensible. «On nous dit: vous avez mis 8 jours à décider, ben oui, c'est un sujet compliqué», a commenté le chef du gouvernement, défendant la solution «la plus juste, la plus efficace», alors que les prix à la pompe ont atteint des niveaux historiquement hauts.

Un nouveau chèque en bois financé par la dette

Cadeau supplémentaire annoncé jeudi, le gel des prix du gaz sera prolongé jusqu'à fin 2022, au lieu d'avril. Explication donnée : la décrue des prix sera plus lente que prévu. Tout cela, a promis Jean Castex, en tenant l'objectif en 2022 «d'un déficit public à 5 %, donc en forte diminution par rapport à 2021». Jeudi soir, la droite a toutefois raillé, à l'image de Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat,«un nouveau chèque en bois financé par la dette».


Claude Turmes met la pression sur l'Europe
Le ministre écologiste de l'Energie vient d'écrire un courrier aux commissaires européennes Vestager et Simson suite à la hausse significative du prix du gaz naturel et de l'électricité. Leur est notamment demandé de bien veiller à ce que le marché intérieur de l'Union soit suffisamment approvisionné.

Les écologistes, qui plaidaient pour la mise en place d'un chèque énergie, ont déploré qu'il n'y ait «aucune solution de moyen terme pour limiter la dépendance à la voiture». «Ni juste (à 2.010 euros nets on n'a rien ?) ni surtout efficace pour limiter l'augmentation du prix à la pompe», a regretté le député France Insoumise Eric Coquerel dont le parti milite pour "bloquer les prix« des carburants. 

Le patron de Force ouvrière Yves Veyrier a, lui, salué sur Franceinfo cette «annonce positive» mais s'est aussi inquiété que ce «coup de pouce ponctuel» repose sur le pari que l'inflation soit temporaire. Marine Le Pen continuait, de son côté, à défendre «sa proposition de faire baisser immédiatement la TVA de 20 à 5,5% sur les carburants, mais aussi sur le gaz, le fioul domestique et l'électricité», selon le Rassemblement national.


Sur le même sujet

Face au prix élevé du carburant, le gouvernement français veut accorder une réduction. Le Premier ministre français Jean Castex a annoncé au Parisien ce samedi une «remise à la pompe de 15 centimes par litre» à partir du 1er avril.
10.03.2022, Baden-Württemberg, Stuttgart: Ein Kunde einer freien Tankstelle füllt sein Auto mit Diesel-Kraftstoff. Der Landtag in Baden-Württemberg hat für seine Plenarsitzung unter anderem die Energieversorgung im Südwesten auf der Tagesordnung. Der Ukraine-Krieg hat die Spritpreise erstmals über die Schwelle von zwei Euro steigen lassen. Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++