Changer d'édition

Une femme au secours de la Belgique
International 3 min. 20.02.2020 Cet article est archivé

Une femme au secours de la Belgique

La libérale francophone Sabine Laruelle est en effet la première femme adoubée par un souverain belge pour tenter de dégager les pistes susceptibles de mener au futur gouvernement fédéral.

Une femme au secours de la Belgique

La libérale francophone Sabine Laruelle est en effet la première femme adoubée par un souverain belge pour tenter de dégager les pistes susceptibles de mener au futur gouvernement fédéral.
Photo: Twitter
International 3 min. 20.02.2020 Cet article est archivé

Une femme au secours de la Belgique

La francophone Sabine Laruelle est chargée par le roi Philippe de relancer les discussions politiques en panne. Elle sera flanquée de Patrick Dewael, son alter ego flamand.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Le monde change, la Belgique aussi. Après s’être donné une «première» Première ministre durant  l’automne en la personne de Sophie Wilmès, le royaume a innové mercredi soir en s’offrant pour la première fois les services d’une «missionnaire», d'une «pacificatrice». La libérale francophone Sabine Laruelle est en effet la première femme adoubée par un souverain belge pour tenter de dégager les pistes susceptibles de mener au futur gouvernement fédéral.

Sabine Laruelle ne sera pas seule. Elle sera flanquée de l’actuel président de la Chambre, le libéral flamand Patrick Dewael. Ces deux «bleus», censés être au-dessus des partis le temps de leur mission, auront jusqu’au 9 mars pour amorcer une coalition sans la N-VA nationaliste flamande ou le PS francophone, évitant ainsi un retour anticipé aux urnes.

Pour rappel, sept informateurs royaux ont déjà été désignés par le roi Philippe, sans qu’une entente entre partis ne dépasse le stade de l’ébauche. Le 14 février, l’actuel ministre de la Justice Koen Geens a jeté de surcroît l’éponge, faute d’arriver à nouer une alliance entre la N-VA de Bart De Wever et le PS de Paul Magnette.


Chairman of the Belgian French-speaking right wing political party Reformist Movement (Mouvement Reformateur - MR) Georges-Louis Bouchez (R) and chairman of the Belgian Flemish-speaking right wing party Christian Democratic and Flemish (Christen-Democratisch en Vlaams - CD&V) Joachim Coens (L) arrive for a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, Friday 20 December 2019. - Georges-Louis Bouchez and Joachim Coens are both the King "informers". They negociate and lead the talks to form a new Belgian Federal Government, and inform the Belgium's King on their progress for a possible coalitions following May 26, 2019 Federal elections. (Photo by DIRK WAEM / BELGA / AFP) / Belgium OUT
De nouvelles pistes pour sortir le pays de la crise
Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez, les deux informateurs, ont été prolongés dans leur mission par le roi des Belges. Ils veulent explorer de nouvelles pistes. L’idée de former un «gouvernement de crise» revient par ailleurs à la surface.

C’est un retour en grâce confirmé pour Sabine Laruelle, sortie un moment de la politique avant de reprendre au lendemain des élections du 26 mai la présidence du Sénat. Ce rôle est censé lui donner une certaine hauteur, même si l’institution qu’elle dirige a perdu une grande partie de son pouvoir et de son prestige au fil des réformes.

Quant à Patrick Dewael, il a la réputation d’un vieux briscard, connaisseur rusé des arcanes de la politique. C’est lui qui, à la faveur d’un tour de passe-passe, a privé l’été dernier le Vlaams Belang (extrême droite flamande) d’une montée triomphale au perchoir de la Chambre.

Après l’épisode Koen Geens, le roi Philippe est donc revenu vers un duo flamand-francophone. Celui-ci doit calmer le jeu, recréer des contacts entre partis à un moment où les tensions communautaires sont à nouveau exacerbées. Le francophone Paul Magnette ne veut pas d’une alliance avec Bart De Wever, lequel appelle en réponse à la formation d’un « front flamand » pour en découdre. 

Damer le pion à la N-VA  

Le tandem Laruelle-Dewael passe en outre pour être doté d’une certaine virginité. On l’a peu entendu au cours des mois passés. Il s’est abstenu d’y aller de déclarations fracassantes. Il représente aussi le courant libéral droitier qui s’inscrit presque à tous les coups dans les différentes esquisses gouvernementales.

Les libéraux flamands se sont montrés ouverts à une alliance avec les socialistes et les écologistes lorsque Paul Magnette était informateur. La présence d’un homme comme Patrick Dewael devrait donc rouvrir ce jeu, même si les chrétiens-démocrates du CD&V gardent la clé d’une coalition « Vilvaldi » (droite et gauche réunies, mais sans la N-VA)  qui aurait une majorité suffisante à la Chambre pour gouverner confortablement.

Cette énième tentative de conciliation entre partis est lancée alors que l’idée d’un gouvernement provisoire va bon train. Il permettrait d’éviter des élections. Mais pour les libéraux flamands que représente Patrick Dewael, l’occasion est aussi belle de damer le pion à la N-VA qui est toujours en mesure de les exclure mathématiquement d’une coalition. A condition d’oser fâcher la Flandre la plus à droite – soit un électeur sur deux - mais aussi de vivre avec une N-VA revancharde au sein du gouvernement régional flamand où libéraux et nationalistes sont associés aux chrétiens-démocrates.


Sur le même sujet

Le retour des Belgicains
Ils réapparaissent à chaque crise politique distendant un peu plus la relation entre Flamands et francophones. Les amoureux de la Belgique apaisée pointent le bout du nez.
Les amoureux de la Belgique apaisée pointent le bout du nez
Un sondage sans égards pour Albert II
L’ancien roi des Belges est cloué au pilori. 52% des sondés estiment qu’il s’est montré « vraiment malhonnête » dans le conflit qui l’a opposé à sa fille illégitime Delphine Boël.
52% des Belges estiment qu'Albert II s’est montré «vraiment malhonnête» dans le conflit qui l’a opposé à sa fille illégitime Delphine Boël
La mission des informateurs belges prolongée
Après un mois de discussions avec les partis politiques, les deux informateurs royaux n'ont pu aboutir à une solution. Le roi Philippe leur demande de poursuivre le travail jusqu'au 28 janvier.
Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens sont toujours à la recherche de la bonne formule.