Changer d'édition

Une femme à la tête de la Flandre
International 4 min. 09.07.2019

Une femme à la tête de la Flandre

Une femme à la tête de la Flandre

Photo: AFP
International 4 min. 09.07.2019

Une femme à la tête de la Flandre

La nationaliste Liesbeth Homans devient ministre-présidente – Une mauvaise «blague» pour commencer.

Par Max Helleff (Bruxelles)

La Flandre s'est donné pour ministre-présidente une adversaire redoutable de la Belgique. La semaine dernière, Liesbeth Homans a pris les rênes de la Région flamande tout en qualifiant de «chiffon belge» un drapeau noir-jaune-rouge qui se trouvait à l'arrière-plan. «C'est une blague», a rectifié la nationaliste flamande (N-VA).

La «blague» n'a pas fait rire grand monde. La Belgique est en mode «pause» depuis les élections du 26 mai. La coalition qui dirigera au fédéral ne sera pas formée avant plusieurs mois – au minimum. Et comme Bart De Wever, le leader de la N-VA, a promis qu'il n'y aurait pas de nouveau gouvernement flamand tant que le pays resterait sans capitaine, Liesbeth Homans peut voir venir.

«Je ne suis pas là pour les quotas»

Ce n'est pas la première fois qu'une femme accède au sommet d'une entité fédérée. Les socialistes Laurette Onkelinx et Marie Arena ont dirigé par le passé la Communauté française. Mais présider aux destinées du nord du pays comme le fait aujourd'hui Liesbeth Homans est autrement remarquable, car les Régions disposent désormais de compétences importantes.

«Je ne suis pas pour les quotas et je plaide toujours pour le meilleur homme ou la meilleure femme à la bonne place. Mais en tant qu'historienne, je dois admettre que ça me fait quelque chose que mon nom apparaisse dans les livres d'histoire», déclare Homans qui remplace à ce poste Geert Bourgeois, désormais eurodéputé.

Proche de Bart De Wever

Il y a du Bart De Wever dans cette référence à l'Histoire. Tout comme son chef de file rencontré en fac à la Katholieke Universiteit Leuven (KUL), Liesbeth Homans est historienne de formation. Tous deux placent le combat autonomiste flamand dans un continuum à l'issue inexorable. Ils sont proches l'un de l'autre, même si des orages ont récemment brouillé leur relation.

Abandonnée par son père à l'âge de onze ans, divorcée, mère de deux enfants, Liesbeth Homans n'a rien d'une féministe. «J'ai plutôt une mentalité d'homme. Le vernis et ce genre de chose, très peu pour moi. Tout le monde peut s'insurger, mais je trouve qu'en tant que femme, on reçoit les chances qu'on est prête à prendre», a-t-elle confié au Standaard.

Aucun allié

La tâche de Liesbeth Homans à la tête du gouvernement flamand consistera surtout à gérer les affaires courantes, en attendant la formation d'une nouvelle coalition. L'actuelle – qui réunit nationalistes de la N-VA, libéraux et chrétiens-démocrates – devrait être reconduite, Bart De Wever prenant cette fois les commandes.

L'alternative eût consisté pour les nationalistes à s'allier au Vlaams Belang, ce qui aurait impliqué qu'un troisième parti les rejoigne pour trouver une majorité au parlement flamand. Problème: en dehors de la N-VA, personne ne veut s'allier à l'extrême droite.

Énième péripétie

En attendant qu'une majorité ne se dégage, Liesbeth Homans a de quoi s'occuper. Le Conseil d'État vient en effet d'annuler la décision qu'elle avait prise en tant que ministre des Affaires intérieures flamandes de refuser la nomination des bourgmestres francophones de quatre communes à facilités – lesquelles protègent les francophones en terre flamande. Ces bourgmestres pourront donc diriger leurs communes respectives.

Cette énième péripétie communautaire belge avait trouvé son contexte dans l'envoi de convocations électorales en flamand, un envoi imposé par Liesbeth Homans en vue des élections communales du 14 octobre dernier. Le camp francophone avait riposté en envoyant pour sa part des convocations en français. Une fois de plus, la politique belge s'était envenimée dans la périphérie bruxelloise.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Belgique constate les dégâts
Le roi Philippe consulte. Intervenue mardi soir, la démission du gouvernement Michel l'a en quelque sorte placé au cœur de la crise. Tout au long de la journée, il a reçu les présidents de parti.
King Philippe - Filip of Belgium (R) and party president of the French centrist Christian democratic party Humanist Democratic Centre (Centre democrate humaniste - cdH) Benoit Lutgen (L) speak together after a meeting at the Royal Palace, in Brussels on December 19, 2018 a day after Belgian Prime Minister Charles Michel resigned from its position. - Nationalist anger over migration brought down the Belgian government on December 18, 2018, forcing Belgian Prime Minister Charles Michel to offer the king his resignation. (Photo by DIRK WAEM / BELGA / AFP) / Belgium OUT
L'épreuve de vérité pour Charles Michel
Le gouvernement Michel bis survivra-t-il à cette semaine? La question est posée à la veille d'un possible vote de confiance à la Chambre. S'il est négatif, la Belgique pourrait aller aux élections anticipées.
N-VA's Bart De Wever looks on during a press conference of N-VA after they left a Minister's council meeting of the Federal Government regarding the global compact for migration, in Brussels, on December 8, 2018. (Photo by THIERRY ROGE / POOL / AFP) / Belgium OUT
Nouvelle loi: Une fracture migratoire traverse la Belgique
Le sort des migrants du parc Maximilien émeut une partie de la population et clive le rapport gauche-droite. La nouvelle législation autorisera la police à entrer dans un logement où réside un clandestin afin de l’interpeller en vue de son éventuelle expulsion.
Les autorités belges leur mènent la vie dure, au motif qu’elles veulent éviter la formation d’une «jungle de Calais» au pied des tours du quartier Nord.