Changer d'édition

Une étude pour «clore le débat» sur la chloroquine
International 2 min. 31.03.2020

Une étude pour «clore le débat» sur la chloroquine

Le professeur Didier Raoult estime qu'un dérivé de la chloroquine est efficace pour lutter contre le coronavirus.

Une étude pour «clore le débat» sur la chloroquine

Le professeur Didier Raoult estime qu'un dérivé de la chloroquine est efficace pour lutter contre le coronavirus.
Photo: AFP
International 2 min. 31.03.2020

Une étude pour «clore le débat» sur la chloroquine

Le CHU d'Angers a annoncé ce mardi le lancement d'une vaste enquête «aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés», portant sur 1.300 patients atteints du covid-19, afin de connaître l'efficacité d'un dérivé de la chloroquine.

(AFP) - «Il s'agit d'une étude qui répond aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés. Elle sera réalisée dans des conditions qui ne laisseront pas de place au doute dans l'analyse des résultats», a souligné le Pr Vincent Dubée, investigateur principal du projet, au cours d'un point presse.

Le Pr Didier Raoult a publié deux études sur un dérivé de la chloroquine, qui confirment selon lui «l'efficacité» de ce traitement contre le coronavirus, mais cette affirmation est contestée par de nombreux scientifiques, qui critiquent notamment la méthodologie employée.

Etude à l'aveugle

La recherche angevine, baptisée Hycovid et menée avec 32 autres centres hospitaliers en France, «permettra de répondre de manière définitive à ces questions et de clore une fois pour toutes le débat sur l'efficacité de l'hydroxychloroquine», (dérivé de la chloroquine, un médicament contre le paludisme) dans le covid», a assuré le Pr Dubée.

«On a une position de neutralité vis-à-vis de cette molécule. On a évidemment tous un grand espoir que cette molécule soit active dans le covid. Néanmoins, nous sommes conscients des limites des résultats des études publiées par l'équipe du Pr Raoult. Nous n'avons pas d'a priori, nous n'avons pas participé au tapage médiatique autour de cette molécule.»


La chloroquine, traitement miracle ou faux espoir?
Si certains veulent généraliser l'antipaludique chloroquine comme traitement contre la pandémie de covid-19, les autorités sanitaires, dont l'OMS, appellent à la prudence. Point sur l'état des connaissances actuelles sur cette substance.

L'étude Hycovid, qui doit commencer dès ce mercredi 1er avril, sera menée en double aveugle: ni les patients ni les médecins ne sauront si le patient reçoit de la chloroquine ou un placebo. La moitié des patients recevra un placebo, l'autre moitié de la chloroquine. Il s'agira de patients âgés de 75 ans ou plus ou de patients ayant besoin d'oxygène sans être «en détresse respiratoire aigüe». Les patients pourront être hospitalisés, résidents d'une maison de repos ou simplement chez eux.

«Une des forces de cette étude, c'est qu'elle va inclure des patients atteints d'une forme de la maladie non grave mais à risque élevé d'évolution défavorable comme certaines personnes âgées. Nous traiterons donc les personnes précocement, ce qui est probablement un élément déterminant de la réussite de la prise en charge», a souligné le Pr Dubée. Les premiers résultats de cette étude devraient être connus dans quelques semaines.


(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.

Parallèlement à cette étude, un essai clinique européen, baptisé Discovery, a été lancé le 21 mars. Destiné à évaluer quatre traitements expérimentaux contre le covid-19, il est coordonné par l'Inserm et inclura 3.200 patients européens hospitalisés au Luxembourg, en Belgique ou encore en France.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les raisons du retard au décollage de Discovery
Deux mois après son lancement, l'essai clinique européen destiné à vérifier l'efficacité de quatre médicaments contre le covid-19 tarde à montrer son efficacité. Pour le CHL, impliqué dans le protocole, cette situation s'explique notamment par l'absence de patients en raison du recul de la pandémie.
Coup d'arrêt pour l'hydroxychloroquine en France
Le Haut conseil de la santé publique et l'Agence du médicament sont défavorables à l'utilisation de l'hydroxychloroquine contre le covid-19. Que ce soit comme traitement ou lors d'essais cliniques. Une étude pointant son inefficacité et ses risques. Au Luxembourg, le médicament reste toujours testé au CHL.
(FILES) In this file photo taken on May 20, 2020 a pharmacy tech holds a pill of Hydroxychloroquine at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah. - The World Health Organization said on May 25, 2020 that it had "temporarily" suspended clinical trials of hydroxychloriquine as a potential treatment for COVID-19 being carried out across a range of countries as a precautionary measure. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
La lueur d'espoir du remdevisir contre le Covid-19
Le gouvernement américain a rapporté mercredi que le remdevisir, naguère développé contre Ebola, semblait avoir prise sur le nouveau coronavirus. Le médicament accélèrerait de plusieurs jours le rétablissement des cas les plus graves dans un grand essai clinique.
(FILES) In this file photo one vial of the drug Remdesivir is viewed during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic. - Gilead Science's remdesivir, one of the most highly anticipated drugs being tested against the new coronavirus, showed positive results in a large-scale US government trial, the company said on april 29, 2020."We understand that the trial has met its primary endpoint and that NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) will provide detailed information at an upcoming briefing," the company said. (Photo by Ulrich Perrey / POOL / AFP)
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
La chloroquine, traitement miracle ou faux espoir?
Si certains veulent généraliser l'antipaludique chloroquine comme traitement contre la pandémie de covid-19, les autorités sanitaires, dont l'OMS, appellent à la prudence. Point sur l'état des connaissances actuelles sur cette substance.