Changer d'édition

Une enquête préliminaire vise Didier Reynders
International 3 min. 17.09.2019

Une enquête préliminaire vise Didier Reynders

 Lors de son grand oral au Parlement européen, Didier Reynders devra alors certainement affronter une série de questions sur l’enquête préliminaire qui le vise.

Une enquête préliminaire vise Didier Reynders

Lors de son grand oral au Parlement européen, Didier Reynders devra alors certainement affronter une série de questions sur l’enquête préliminaire qui le vise.
Photo: dpa
International 3 min. 17.09.2019

Une enquête préliminaire vise Didier Reynders

Un ex-agent de la Sûreté accuse le futur commissaire européen belge de fraude et de blanchiment d’argent.

Par Max Helleff (Bruxelles)

L’actuel chef de la diplomatie belge et futur commissaire européen Didier Reynders fait en ce moment l’objet d’une enquête judiciaire préliminaire. Selon les quotidiens L’Echo et De Tijd, la Justice se penche sur des allégations de corruption visant le libéral francophone. La décision d’enquêter a été prise après qu'un ancien agent de la Sûreté de l'État a fait part à la police judiciaire fédérale en avril dernier d’une série d'allégations de corruption et de blanchiment à l'encontre de Didier Reynders. 

Le parquet de Bruxelles, qui mène l'enquête,  refuse pour l’instant d’en dire davantage. Au terme de ses travaux, il devra décider si les indices rassemblés sont suffisants pour envisager des poursuites contre le candidat belge à la Commission européenne. Depuis le mois de juin dernier, Didier Reynders est aussi l’un des deux informateurs royaux dans le processus qui doit mener à la formation du futur gouvernement fédéral.

A ce stade, il est difficile de dire si le dossier est étayé ou si l’on est face à une démarche mal intentionnée. L’homme qui s’est rendu à la police pour y faire part des faits prêtés au chef de la diplomatie belge est un agent de la Sûreté de l'État démissionnaire, manifestement en froid avec le clan Reynders qui compte un de ses hommes au sommet de la hiérarchie du service de renseignements et de sécurité.

Des œuvres d'art surcotées

 La réaction de John Hendrickx, le porte-parole de Didier Reynders, a d’ailleurs été de dire qu’«il s'agit sans doute à nouveau d'un montage émanant du même homme malveillant qui tente sans cesse de nuire».

Selon L’Echo qui a pu consulter le procès-verbal visant Didier Reynders,  l'ex-agent de la Sûreté de l'État pointe «une série de marchés publics et d'achats de l'État, tels que la construction de l'ambassade belge à Kinshasa, pour lesquels des pots-de-vin ont été versés». Dans sa déposition, il cite également des corrupteurs, comme des marchands d'armes, et un candidat à l'élection présidentielle congolaise.

Pour chaque accusation, l'ancien agent donne également les noms d'autres personnes et entreprises impliquées. Toujours selon L’Echo, le modus operandi consistait en la vente à prix surfaits d'œuvres d'art et d'antiquités sans grande valeur, un trafic qui aurait permis de dégager de l’argent sale. Il est aussi question de transactions immobilières qu’aurait réalisées un conseiller de Didier Reynders, cet homme se dotant au bout du compte «d’un patrimoine impossible à justifier sur la base de ses revenus officiels».

Odeur de soufre

Autre voie de blanchiment pointée par l'ex-agent de la Sûreté de l'État: des transactions passant par des sociétés-écrans dans des paradis fiscaux. Il n’y a pas de fumée sans feu? C’est à voir. Les allégations portées contre Didier Reynders restent pour l’instant à démontrer. L’information judiciaire n’est que préliminaire, c’est-à-dire à un stade où le Parquet doit vérifier si les premiers indices recueillis permettent d’ouvrir une véritable enquête.


La nouvelle Commission européenne révélée
La présidente Ursula von der Leyen a présenté son équipe ce mardi midi. Les 26 membres de son équipe ont chacun hérité d'un portefeuille précis, au terme de négociations difficiles.

Il reste que pour Didier Reynders, cette affaire tombe mal. Entre le 30 septembre et le 8 octobre prochain, il devra expliquer au Parlement européen en quoi il fera un commissaire à la Justice digne de ce nom au cours des cinq années à venir. Il devra alors certainement affronter une série de questions sur l’enquête préliminaire qui le vise. Comme on l’a dit, le dossier semble trop faible pour l’instant pour inquiéter le candidat belge. Mais l’odeur de soufre qu’il dégage n’est pas faite pour lui faciliter la vie.


Sur le même sujet

Didier Reynders accumule les déboires
Le candidat belge à la Commission européenne est cette fois accusé de menaces de mort et harcèlement. Le nom de l'ancien ministre a déjà été cité dans des dossiers financiers et fiscaux délicats pour lesquels il vient tout juste d'être blanchi.
Vice-Prime Minister and Foreign Minister Didier Reynders speaks to the press before a Minister's council meeting of the Federal Government in Brussels on April 28, 2017.  / AFP PHOTO / BELGA / VIRGINIE LEFOUR / Belgium OUT
Première explication de texte pour von der Leyen
La présidente de la nouvelle Commission européenne a déploré, lundi, la controverse sur sa décision de créer des commissariats aux questions migratoires et à la protection du mode de vie européen.
European Commission President German Ursula von der Leyen gives a press conference to announce the names of the new European commissioners, on September 10, 2019 at the European Commission in Brussels. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
La nouvelle Commission européenne révélée
La présidente Ursula von der Leyen a présenté son équipe ce mardi midi. Les 26 membres de son équipe ont chacun hérité d'un portefeuille précis, au terme de négociations difficiles.