Changer d'édition

Un vent de rébellion souffle en Belgique
International 3 min. 12.04.2021 Cet article est archivé

Un vent de rébellion souffle en Belgique

Un vent de rébellion souffle en Belgique

Photo: AFP
International 3 min. 12.04.2021 Cet article est archivé

Un vent de rébellion souffle en Belgique

Un théâtre et plusieurs restaurants annoncent leur réouverture, qu'importe les prochaines mesures décidées par les autorités.

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles) - Ces derniers jours, plusieurs restaurants ont fait savoir qu’ils accueilleront de nouveau leurs clients à partir du 1er mai, qu'importe si les autorités donnent ou non le feu vert à la réouverture de l’Horeca à cette date. Dans le domaine culturel, toujours contraint à vivre sous cloche, c’est le Théâtre royal flamand de Bruxelles KVS qui entend donner plusieurs représentations devant un public de 50 personnes, cette fois à partir du 26 avril. Et cela même si un report est ordonné.


Ces règles en vigueur au Luxembourg et autour
Avec le vote, jeudi, de la onzième version de sa loi covid, le Grand-Duché dispose d'un nouveau régime sanitaire pour lutter contre le covid-19. Un dispositif différent de ses voisins. Tour d'horizon des mesures en place pour tenter de s'y retrouver.

Un avertissement est ainsi lancé au monde politique, à deux jours de la réunion d’un nouveau Comité de concertation, l’organe qui réunit les gouvernements fédéral, régionaux et communautaires. Comme à chaque fois, les données de la pandémie y seront examinées et des mesures prises en conséquence. Le problème est que les chiffres ne sont pas bons. Les unités de soins intensifs des hôpitaux du pays restent au bord de la saturation, ce critère tenant lieu de boussole aux autorités depuis le début de la crise sanitaire.

Dès lors, le déconfinement promis à plusieurs secteurs toujours en quarantaine pourrait être de nouveau reporté. C’est ce que va proposer Pedro Facon, le commissaire chargé de coordonner la réponse belge à l'épidémie. Il conseillera aux politiques de rouvrir l'horeca à la mi-mai, avec 15 jours de retard donc. « Tant pis si ce message n'est pas populaire, se défend-il. Mais promettre des châteaux en Espagne puis revenir dessus, cela n'aide pas ».


24.11.2020, Belgien, Br¸ssel: Alexander De Croo, Premierminister von Belgien, tr‰gt eine Mund-Nasen-Bedeckung bei seinem Besuch im Flughafen Br¸ssel-Zaventem. De Croo wird dort auch Mitglieder der Flughafengesellschaft treffen. Foto: Pool Christophe Licoppe/BELGA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le sprint législatif du gouvernement De Croo
Quitte à être élaguée, la loi "Pandémie" censée soutenir les mesures sanitaires en vigueur doit être absolument votée d’ici mai.

Pour compléter ce tableau, le virologue vedette Marc Van Ranst demande le report de la fin des voyages non essentiels du 19 avril à la mi-mai. « Si nous attendons encore un peu plus longtemps, le virus sera sous contrôle dans toute l’Europe grâce à la vaccination », dit-il. Le gouvernement De Croo et les autres exécutifs du pays se retrouvent ainsi coincés par les échéances qu’ils ont fixées à la fin de l’hiver. Ils vont pourtant devoir trancher de nouveau entre la réalité épidémiologique du terrain et la nécessité de donner un bol d’air à la population.

Les mesures sanitaires sont toujours suivies par une majorité des Belges, mais il est clair que l'espoir de voir rapidement le bout du tunnel à la faveur des beaux jours et des avancées de la vaccination y est pour beaucoup. Dans la majorité gouvernementale, d’aucuns attisent les tensions. Le Mouvement réformateur (libéral francophone) se range aux côtés des indépendants. 


This illustration photo taken on April 8, 2021 shows an injection needle next to letters forming the name of the vaccine against the coronavirus (Covid-19) AstraZeneca in Salzburg, Austria. - The EU's medicines regulator said on April 7, 2021 that blood clots should be listed as a rare side effect of the AstraZeneca jab but the benefits continue to outweigh risks, as several countries battle fresh virus surges amid vaccine shortfalls. A number of nations have suspended the use of AstraZeneca's vaccine for younger populations after it was earlier banned outright in several places over blood clot scares. (Photo by BARBARA GINDL / APA / AFP) / Austria OUT
La Belgique limite AstraZeneca aux plus de 56 ans
Ce choix n’a pas d’incidence immédiate sur la campagne de vaccination et évite en outre tout nouveau retard.

Son président Georges-Louis Bouchez demande lui aussi des alternatives au confinement. Il veut passer à «des phases tests pour les concerts, les restaurants, en sport, en culture, pour l’enseignement, avec des tests épidémiologiques, des protocoles, cela pour évaluer les risques concrètement dans différents domaines.» Il veut rouvrir coûte que coûte les terrasses des restaurants et des bistros dès le 1er mai.

Ce positionnement est un pavé lancé dans la mare à un moment où le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke, le pilier du gouvernement De Croo, est affaibli à la suite de sa décision de réserver AstraZeneca aux plus de 56 ans. Selon un avis du commissariat Corona datant de février, ce vaccin aurait dû être réservé au contraire « aux adultes âgés jusqu’à 55 ans ». La semaine passée, le socialiste flamand aurait pris sa décision avec un œil rivé sur le maintien du rythme de la vaccination, non sur le bulletin de santé de ses concitoyens, soutiennent plusieurs médias.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet