Changer d'édition

Un «variant belge» du virus découvert
International 3 min. 23.03.2021

Un «variant belge» du virus découvert

La nouvelle souche, dénommée «B.1.214», représente déjà 4% des infections en Belgique.

Un «variant belge» du virus découvert

La nouvelle souche, dénommée «B.1.214», représente déjà 4% des infections en Belgique.
Photo: AFP
International 3 min. 23.03.2021

Un «variant belge» du virus découvert

Cette information est livrée dans le climat tendu généré par les dernières décisions sanitaires.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Ce pourrait être la dernière histoire belge si elle n'avait pas pour chute la maladie. Un nouveau variant du coronavirus dénommé «B.1.214» a été décelé en Belgique où il représente déjà 4% des infections. Loin derrière le virus «originel» et sa mutation anglaise, il est à égalité statistique ici avec les variants sud-africain et brésilien. Ce «Spike Insertion» a été découvert en janvier dernier par un chercheur de l'université de Liège, Keith Durkin, dans le cadre du programme national de surveillance génomique du virus lancé quelques semaines plus tôt. 


La lutte contre le covid-19 à l'épreuve des mutations
Face à la virulence de certains variants, la vaccination constituerait le meilleur remède, empêchant «très efficacement» de tomber malade, assure la virologue et chercheuse Stéphanie Kreis.

Les variants sud-africain et brésilien inquiètent les scientifiques, car l'efficacité des vaccins actuels reste à démontrer en ce qui les concerne. Au contraire, le «variant belge» ne serait pas préoccupant à ce stade, mais sa mutation est jugée unique en son genre. Son séquençage est en cours. Il serait surtout présent dans la partie médiane du pays, soit dans les régions de Bruxelles, du Brabant flamand et du Hainaut. 

Il est trop tôt pour savoir si cette découverte va influer sur la politique sanitaire du pays. Celle-ci évolue désormais pratiquement de semaine en semaine. Ainsi, les ministres flamand, francophone et germanophone de l'Education ont-ils annoncé dimanche soir un nouveau train de mesures que les établissements scolaires devront impérativement respecter. 

Dès demain, les réfectoires seront fermés et les élèves tenus de manger dehors ou en classe; les récréations seront séparées et les cours de gym exclusivement donnés en extérieur. Les locaux seront davantage ventilés. Et surtout, si un cas positif est dépisté, toute la classe sera immédiatement fermée et les élèves renvoyés chez eux. 


A deliverer, wearing a face mask, rides in front of a closed restaurant, due to national restrictions as Belgium is facing a second wave of the covid-19 pandemic caused by the novel coronavirus, in Brussels on November 6, 2020. (Photo by JOHN THYS / AFP)
La Belgique reporte son déconfinement
Les autorités renoncent momentanément à plusieurs assouplissements pour contrer la hausse des contaminations.

Ces mesures représentent la dernière chance pour l'école de rester ouverte. Elles sont le résultat du bras de fer qui a opposé en fin de semaine dernière Alexander De Croo aux ministres communautaires de l'Education. Ceux-ci ont refusé de suivre le Premier ministre dans sa volonté d'allonger anticipativement les vacances de Pâques d'une semaine - du 29 mars au 18 avril donc - au motif que cette mise sur pause casserait la chaîne de transmission du virus. 

Des mesures sanitaires de plus en plus contestées

 Une hypothèse remise en cause par certains scientifiques appelés à s'exprimer dans les médias. «La situation (sanitaire) actuelle est loin de justifier une fermeture générale des écoles», a commenté la ministre francophone de l'Education Caroline Désir. Elle a insisté de nouveau sur les dangers que représente une rupture dans la scolarité pour les enfants au plan pédagogique et mental. «Toutes les études ont montré que l'école n'est pas un foyer de la pandémie. Plutôt que de demander ce que l'école peut faire pour vous, vous feriez mieux de vous demander ce que vous pouvez faire pour l'école», a lancé à l'adresse du gouvernement fédéral son collègue flamand Ben Weyts, paraphrasant un discours célèbre du président Kennedy. 


This picture shows vials of the AstraZeneca Covid-19 vaccine and a syringe in Paris on March 11, 2021. - European countries can keep using AstraZeneca's coronavirus vaccine during an investigation into cases of blood clots that prompted Denmark, Norway and Iceland to suspend jabs, the EU's drug regulator said on March 11, 2021. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
La Belgique maintient sa confiance à AstraZeneca
Les autorités assurent que le pays n'a pas été destinataire du lot mis en cause au Danemark notamment, et que le Luxembourg a préféré écarter de sa campagne vaccinale par précaution.

Cette polémique s'accompagne du ras-le-bol qui parcourt la population. Le temps clément voit des rassemblements de jeunes s'organiser un peu partout dans le pays, sous le regard interrogatif de la police. Les parcs d'attraction (Walibi, Plopsaland...) doivent rester fermés. Une autre mesure fait débat : «A partir du 3 avril, seules les places assises situées à côté des fenêtres pourront être utilisées pour voyager en train à destination de et de retour des lieux d'affluence touristiques». Mais quid de l'entassement des passagers dans le tram de la côte une fois arrivés sur le littoral? Voilà qui promet de faire couler beaucoup d'encre cette semaine. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Qui veut vraiment de la rentrée des classes?
Lundi 4 mai. Plus la date approche, plus la reprise des cours semble se compliquer pour le ministre de l'Education nationale. Claude Meisch doit résoudre une équation d'autant plus délicate que s'y mêlent peur de la contamination, problèmes matériels et organisation inédite.
Sad little girl protecting herself from the flue virus by medical face mask
Claude Meisch veut rassurer les parents d'élèves
Le 4 mai, après sept semaines d '«assignation à résidence», les premiers écoliers luxembourgeois retourneront en classe. Mais rien ne sera plus comme avant. Entretien avec le ministre de l'Éducation, Claude Meisch (DP).
Luxtimes - Interview Claude Meisch, Foto: Chris Karaba / Luxemburger Wort