Changer d'édition

Un sondage sans égards pour Albert II
International 3 min. 06.02.2020

Un sondage sans égards pour Albert II

Dans les années 80, le futur roi Albert II songeait à quitter son épouse Paola

Un sondage sans égards pour Albert II

Dans les années 80, le futur roi Albert II songeait à quitter son épouse Paola
Photo: AFP
International 3 min. 06.02.2020

Un sondage sans égards pour Albert II

Max HELLEFF
Max HELLEFF
L’ancien roi des Belges est cloué au pilori. 52% des sondés estiment qu’il s’est montré « vraiment malhonnête » dans le conflit qui l’a opposé à sa fille illégitime Delphine Boël.

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles) - La sanction est sans appel. Un sondé sur deux (52%) juge le roi Albert II «vraiment malhonnête». C'est la conclusion d'un sondage que vient de livrer le Soir Magazine à ses lecteurs. Un sondage réalisé par Dedicated qui a interrogé par internet 1.009 Belges, âgés de 18 à 75 ans, entre le 29 et le 31 janvier. La marge d’erreur est de 3,1%.

Cette étude d'opinion a été réalisée après que le roi Albert a confirmé in extremis être bien le père de l’artiste Delphine Boël, aujourd’hui âgée de 51 ans. Cette confession tardive n'est intervenue qu’au moment où un test génétique imposé par la justice à l'ancien monarque allait livrer ses résultats.


Visite d'Etat luxembourgeoise en Belgique le 17 mars 2000: le roi Albert II en compagnie du bourgmestre de Luxembourg De Donnea, le grand-duc Jean, la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, de Mme De Donnea et la reine Paola
Le roi Albert II de Belgique: un roi "jovial et bon-vivant"
Découvrez le roi Albert II de Belgique depuis sa tendre en enfance en passant par ses années de prince et son couronnement en 1993 grâce aux photos d'archives du Luxemburger Wort.

Flash back. Officiellement, Delphine  fut longtemps la fille de Sybille de Sélys Longchamps et de Jacques Boël, un homme d'affaires brabançon. En réalité, elle est née d'une longue relation adultérine qu'a entretenue sa mère avec Albert, alors prince de Liège. A l'époque, celui-ci songe à quitter son épouse Paola. Mais au milieu des années 80, le couple princier se rabiboche. Et Delphine, à laquelle Albert avait donné jusque-là une affection toute paternelle, est reniée par le futur roi des Belges.

Cette paternité tient du secret de Polichinelle. Elle est connue des élites qui gravitent autour de la Cour ainsi que des journalistes spécialisés. Delphine vit toutefois mal le déni d'Albert II. Elle multiplie les appels désespérés, mettant son roi de père dans l'embarras. Celui-ci ne bronche pourtant pas. En 2013, l'année où Albert II abdique, l'artiste plasticienne s'adresse cette fois à la justice pour forcer le souverain à la reconnaître, quitte à nier la paternité légale de Jacques Boël, l'homme qui l'a élevée. Le juge finit par imposer au vieux roi un test génétique dont les résultats ne font d'emblée aucun doute. Ce n'est pourtant qu'au dernier moment, alors que l'ADN a parlé, qu'Albert II se décide à reconnaître que Delphine est bien sa fille.


 L'artiste plasticienne belge, Delphine Boël, affirme être la fille d'Albert II. Le prince héritier aurait eu une longue liaison avec sa mère, Sibylle de Sélys Longchamps.
Albert II paiera ou fera le test ADN de paternité
L'ex-roi des Belges devra régler une astreinte de 5.000 euros par jour s'il persiste à refuser le test ADN réclamé par Delphine Boël, qui affirme être sa fille, a décidé jeudi la cour d'appel de Bruxelles.

Un immense gâchis. Humain, affectif. Ce sentiment est partagé par nombre de Belges qui ne comprennent pas pourquoi Albert II a attendu d'être acculé avant d'admettre l’évidence. Plusieurs hypothèses ont été formulées pour aider à prendre la mesure de cette attitude.

La plus courante consiste à dire que Delphine Boël a fait les frais de la réconciliation d'Albert et de Paola dans les années 80. Pour la future reine, elle est l'héritage de cette époque tourmentée qui a failli emporter le couple princier alors au centre de l'attention médiatique. Son nom ne devait plus être prononcé. Ce déni expliquerait pourquoi, même au lendemain de son abdication, alors qu'il n’avait plus à répondre de ses fonctions royales, Albert II n’a pas reconnu sa fille illégitime. A près de 80 ans, il a pu alors parier sur le fait qu'il emporterait son secret dans la tombe. C'était sans compter avec la justice qui n’a pas fait de cadeau à celui qui était redevenu un simple citoyen.

4% des sondés appuient le roi

Le sondage du Soir Magazine met en exergue cette incompréhension. Les personnes sondées y apparaissent très partagées sur la méthode choisie par le roi et ses avocats pour finalement reconnaître sa paternité biologique. 40% jugent cette démarche positive, mais 38% la qualifient de «lamentable».

Quelques chiffres encore: 4% des sondés appuient malgré tout le roi «car il pensait vraiment ne pas être le père de Delphine». 70% estiment que l'artiste Delphine Boël devrait percevoir, le moment venu, une part de l'héritage d'Albert. Cet enjeu-là n'est pas anodin...  


Sur le même sujet

Albert II paiera ou fera le test ADN de paternité
L'ex-roi des Belges devra régler une astreinte de 5.000 euros par jour s'il persiste à refuser le test ADN réclamé par Delphine Boël, qui affirme être sa fille, a décidé jeudi la cour d'appel de Bruxelles.
 L'artiste plasticienne belge, Delphine Boël, affirme être la fille d'Albert II. Le prince héritier aurait eu une longue liaison avec sa mère, Sibylle de Sélys Longchamps.