Changer d'édition

Un scrutin sous tension au Brésil
International 2 2 min. 01.10.2022
Election présidentielle ce dimanche

Un scrutin sous tension au Brésil

La fin de campagne est tendue entre les deux favoris à la présidentielle.
Election présidentielle ce dimanche

Un scrutin sous tension au Brésil

La fin de campagne est tendue entre les deux favoris à la présidentielle.
Photo: AFP
International 2 2 min. 01.10.2022
Election présidentielle ce dimanche

Un scrutin sous tension au Brésil

Les deux favoris de l'élection présidentielle brésilienne, Lula et Jair Bolsonaro, abattent samedi leurs dernières cartes dans la campagne électorale à Sao Paulo, la plus grande ville du pays, à la veille d'un scrutin sous tension.

(AFP) - L'ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), en tête dans les sondages, a donné rendez-vous à ses partisans dans la matinée ce samedi pour une «marche» sur l'emblématique avenue Paulista, où ont lieu les grandes manifestations dans cette mégalopole.


L'extrême droite fait une nouvelle percée en Europe dimanche, en Italie, où un parti post-fasciste se retrouve aux portes du pouvoir.
«La victoire de l'extrême droite est à la mesure de nos échecs»
Alors que plusieurs pays européens ont basculé très à droite lors des dernières échéances électorales, le docteur en sociologie Louis Chauvel nous livre son analyse des résultats de ces scrutins.

A environ 5 km de là, pratiquement au même moment, Jair Bolsonaro prendra la tête d'un cortège à moto qui doit le mener au parc Ibirapuera, poumon vert de Sao Paulo.

Le président d'extrême droite a sillonné de nombreuses villes du pays en deux-roues, le plus souvent sans casque, avec ses partisans, y compris à Guaranhuns, dans le Pernambouc (nord-est), où Lula a grandi avant de partir à Sao Paulo avec sa famille pour fuir la faim.

Mais sa campagne promet une démonstration de force pétaradante ce samedi pour donner un dernier élan à l'ancien parachutiste, face au risque de voir son rival l'emporter dès le premier tour le lendemain.

Cette campagne s'est déroulée dans des conditions très particulières, pour des raisons de sécurité: les candidats portent un gilet pare-balle et des barrières de sécurité sont placées lors des meetings pour empêcher la foule de s'approcher trop près de la scène.

Fin de campagne tendue

C'est aussi ce samedi que doit sortir le tout dernier sondage de l'institut de référence Datafolha.

Jeudi soir, cet institut donnait Lula encore largement en tête des intentions de vote, maintenant 14 points d'avance sur Bolsonaro (48% contre 34%).

Pour obtenir un troisième mandat dès dimanche, l'ex-président doit obtenir au moins 50% des votes exprimés (sans les nuls ni les blancs).

Dans le sondage de jeudi, il était justement crédité de 50% de ces votes dits «valides», la marge d'erreur du sondage (+ ou - 2 points de pourcentage) laissant planer l'incertitude sur la tenue d'un second tour le 30 octobre.

Ces dernières heures de campagne «seront très tendues, tout le monde observera les moindres détails qui pourraient faire pencher la balance dans un sens ou dans l'autre», souligne à l'AFP Jairo Nicolau, politologue à la Fondation Getulio Vargas.

Cette tension était palpable jeudi soir, lors du dernier débat télévisé, sur la chaîne TV Globo, la plus regardée du pays.

Lula et Bolsonaro se sont rendu coup pour coup, se traitant tour à tour de «menteur» et de «corrompu».

Une passation de pouvoir difficile?

Le président sortant a aussi qualifié l'ancien tourneur-fraiseur de «traître à la patrie», et Lula a rétorqué qu'il allait le «renvoyer à la maison» en gagnant au premier tour dimanche.

Mais la passation de pouvoir pourrait s'avérer «plus difficile» en cas de victoire du candidat de gauche, avec de longues semaines jusqu'à l'investiture, le 1er janvier.

Lula a admis vendredi en conférence de presse craindre des «troubles» durant cette transition.

Jair Bolsonaro a donné de nombreux signes qu'il pourrait ne pas reconnaître les résultats en cas de défaite, invoquant notamment des risques de «fraude» sans apporter de preuve.

La semaine dernière, le chef de l'Etat avait affirmé qu'il serait «anormal» qu'il n'obtienne pas au moins 60% des voix au premier tour.


Sur le même sujet

Lula a été élu président du Brésil par une marge très étroite dimanche devant Jair Bolsonaro, un come-back remarquable pour l'icône de la gauche qui a quitté le pouvoir il y a 12 ans.
29.10.2022, Brasilien, São Paulo: Brasiliens Präsidentschaftskandidat und ehemaliger brasilianischer Präsident Luiz Inacio Lula da Silva von der Arbeiterpartei hält seine erste Rede vor der Presse nach seinem Sieg über den damaligen Präsidenten Bolsonaro von der Liberalen Partei in der Stadt São Paulo. Foto: Lincon Zarbietti/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La courte victoire de Lula au premier tour de la présidentielle contre Jair Bolsonaro, qui a obtenu un résultat meilleur que prévu, ouvre lundi une nouvelle période de campagne de quatre semaines qui s'annonce acharnée et chargée d'incertitudes au Brésil.
Brazilian former President (2003-2010) and candidate for the leftist Workers Party (PT) Luiz Inacio Lula da Silva greets supporters after learning the results of the legislative and presidential election in Sao Paulo, Brazil, on October 2, 2022. - Brazil's bitterly divisive presidential election will go to a runoff on October 30, electoral authorities said Sunday, as incumbent Jair Bolsonaro beat expectations to finish a relatively close second to front-runner Luiz Inacio Lula da Silva. Lula, the veteran leftist seeking a presidential comeback, had 48.1 percent of the vote to 43.5 percent for the far-right President, with 98 percent of polling stations reporting, according to official from the Superior Electoral Tribunal. (Photo by ERNESTO BENAVIDES / AFP)