Changer d'édition

Un rapport assassin pour la Belgique
International 3 min. 27.08.2020 Cet article est archivé

Un rapport assassin pour la Belgique

 Les manques en termes de personnels soignants qualifiés pour une pandémie ont parfois été criants selon le rapport de l'infectiologue Leila Belkhir.

Un rapport assassin pour la Belgique

Les manques en termes de personnels soignants qualifiés pour une pandémie ont parfois été criants selon le rapport de l'infectiologue Leila Belkhir.
Photo: AFP
International 3 min. 27.08.2020 Cet article est archivé

Un rapport assassin pour la Belgique

Max HELLEFF
Max HELLEFF
L'infectiologue Leila Belkhir renvoie les autorités à leurs manquements dans une analyse sans concession de la gestion de la crise sanitaire.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Le 6 août dernier, un premier tour de chauffe de la «Commission spéciale coronavirus» avait été organisé avec un mois d’avance sur le calendrier. Sans crier gare… Des députés étaient encore en vacances et les rapports des trois experts mandatés pour faire la lumière sur la manière dont la Belgique a géré la pandémie n’étaient pas prêts.

Parmi ceux-ci l’infectiologue Leila Belkhir s’interrogeait: «Comment se fait-il que l’on ait à ce point minimisé l’épidémie? Il existait un plan pandémie, à la suite du virus H1N1. Ce qui nous a surpris, c’est que ce groupe de travail n’a jamais été reconstitué. On s’est retrouvé à devoir improviser pour prendre en charge les patients.» Moins d’un mois plus tard, Leila Belkhir a terminé son rapport préliminaire. Il est assassin pour les autorités, selon la chaîne publique RTBF qui a pu le consulter en avant-première.

Selon ce document, la raison majeure qui explique pourquoi la Belgique a encaissé de plein fouet la pandémie - et a enregistré à ce jour près de 9.900 morts - réside dans la sous-estimation de l'émergence du virus et dans le retard avec lequel ont été prises des décisions fortes. Globalement, il apparaît que le «plan d'urgence pandémie grippale» n’a toujours pas été appliqué plus de 10 ans après sa création.


A woman wearing a protective face mask, walks past city workers installing signs which indicate the mask-wearing obligation in Woluwe-Saint-Lambert in the Brussels Region, on August 13, 2020, as a measure taken to curb the spread of the COVID-19 caused by the novel coronavirus. - The wearing of face masks in public is compulsory in the Brussels region, regional authorities announced, as Belgium battles one of the most serious coronavirus outbreaks in Europe. Face masks were already required in most closed public spaces since July 11 for people aged 12 and over. The measure was extended in the 19 municipalities of the Brussels region after the threshold of 50 daily cases per 100,000 people was crossed, the regional government said in a statement. (Photo by BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La Belgique se prépare à vivre longtemps avec le virus
Le Conseil national de sécurité a mandaté des experts pour réfléchir à une nouvelle manière de vivre en société sous la menace du covid-19.

L’opérationnel a connu également son lot de manquements. Il a fallu ainsi attendre le 10 mars, soit plus d’un mois après que le premier cas de coronavirus a été détecté sur le sol national, pour que les patients confirmés de covid-19 ne soient plus transférés au sein des deux hôpitaux de référence, le CHU Saint-Pierre et l'UZ Antwerpen. D’autres établissements hospitaliers ont pu alors les épauler.

La suite est à l’avenant. La capacité de testing est restée trop longtemps limitée et concentrée sur un seul laboratoire: jusqu'au 16 avril, seuls étaient testés «les cas sévères et les professionnels de santé avec de la fièvre» alors que l’épidémie se répandait comme un feu de brousse. Des problèmes de personnel sont également identifiés: médecins sans formation ad hoc pour la gestion d'une pandémie, manque d’infirmiers et d’infirmières, disparités dans la prise en charge aux soins intensifs entre hôpitaux, etc.

Le rapport relève aussi les différentes pénuries de matériel, que ce soit de réactifs ou d'écouvillons, mais aussi le manque de vitesse pour valider et sélectionner les tests sérologiques. Ces lacunes conjuguées à certains critères de remboursement n'auraient pas permis de développer une stratégie efficace de détection du virus.


A face mask illustration decorates a pavement in Brussels on August 12, 2020, as the Belgian capital imposes measures taken to curb the spread of the COVID-19 caused by the novel coronavirus. - The wearing of face masks in public is compulsory in the Brussels region, regional authorities announced, as Belgium battles one of the most serious coronavirus outbreaks in Europe.
Face masks were already required in most closed public spaces since July 11 for people aged 12 and over. The measure was extended in the 19 municipalities of the Brussels region after the threshold of 50 daily cases per 100,000 people was crossed, the regional government said in a statement. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
Pourquoi Bruxelles a-t-elle fait le choix du masque?
La capitale impose le port du masque dans tout l’espace public pour contrer le rebond de la pandémie. Une mesure draconienne qui fait débat.

Et pour terminer ce tableau peu flatteur de la gestion épidémique belge, il est encore question d’une «communication catastrophique depuis le départ», de décisions opaques manquant d’explications pédagogiques, d’une confusion venue de la multiplication des groupes d’experts ès virologie. Avec, à l’arrivée, une «perte d’adhésion progressive de la part de la population».

Ce rapport croise le sentiment commun que la Belgique et ses autorités ont complètement raté dans un premier temps la gestion de la crise du coronavirus. Reste à savoir si la commission parlementaire spéciale consacrée à ce «fiasco» aura la possibilité ou la volonté de déterminer les responsabilités dans les prochains mois. Certains députés ont déjà demandé que ses travaux se tiennent à huis clos, envoyant par la même occasion un message plus que trouble à la population.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En Belgique, le roi Philippe devrait désigner dans les prochains jours un ou plusieurs successeurs aux préformateurs démissionnaires. Et le pays n'a toujours pas de gouvernement établi...
A picture taken on August 15, 2020 shows the town hall of Brussels illuminated in tribute to the traditional 'Tapis de fleurs' event, that was cancelled due to the coronavirus pandemic and would have taken place from August 13 to 16. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
L’une des mesures les plus spectaculaires annoncées par le Conseil national de sécurité est le traçage des patients infectés. Par observation humaine, non par voie électronique.
Les séniories paient cher le manque de préparation du pays face à la pandémie. Plus d’un mort sur deux attribué au covid-19 est un pensionnaire.
TOPSHOT - Staff members and residents salute their families at the elderly residence Christalain on April 17, 2020, in Brussels, during a strict lockdown in the country to fight against the novel coronavirus. (Photo by kenzo tribouillard / AFP)