Changer d'édition

Un procureur spécial chargé d'enquêter sur Donald Trump
International 4 min. 19.11.2022
Aux Etats-Unis

Un procureur spécial chargé d'enquêter sur Donald Trump

Le procureur général des États-Unis, Merrick Garland a annoncé qu'il allait nommer un avocat spécial pour superviser l'enquête du ministère de la Justice sur Donald Trump.
Aux Etats-Unis

Un procureur spécial chargé d'enquêter sur Donald Trump

Le procureur général des États-Unis, Merrick Garland a annoncé qu'il allait nommer un avocat spécial pour superviser l'enquête du ministère de la Justice sur Donald Trump.
Photo: AFP
International 4 min. 19.11.2022
Aux Etats-Unis

Un procureur spécial chargé d'enquêter sur Donald Trump

Le ministre américain de la Justice a nommé «dans l'intérêt du public» un procureur expert en crimes de guerre pour enquêter de façon indépendante sur Donald Trump, trois jours après sa déclaration de candidature à la présidentielle de 2024.

(AFP) - Le ministre américain de la Justice a nommé vendredi un procureur expert en crimes de guerre pour enquêter de façon indépendante sur Donald Trump, trois jours après sa déclaration de candidature à la présidentielle de 2024.


Former US President Donald Trump speaks at the Mar-a-Lago Club in Palm Beach, Florida, on November 15, 2022. - Donald Trump pulled the trigger on a third White House run on November 15, setting the stage for a bruising Republican nomination battle after a poor midterm election showing by his hand-picked candidates weakened his grip on the party. Trump filed his official candidacy papers with the US election authority moments before he was due to publicly announce his candidacy. (Photo by ALON SKUY / AFP)
Trump se lance à nouveau dans la course à la Maison Blanche
Donald Trump s'est lancé mardi dans la course pour la Maison Blanche, engageant une campagne qui promet d'être sans merci dans son camp républicain, meurtri et divisé par la déception des récentes élections.

Lors d'une allocution télévisée, Merrick Garland a confié cette mission extrêmement «sensible» à Jack Smith, procureur basé à La Haye du Tribunal spécial pour le Kosovo.

L'ancien président républicain a immédiatement dénoncé une décision «politique» et «injuste». «C'est honteux, ils font ça juste parce que je suis en tête des sondages», a-t-il dit à des journalistes de Fox, en précisant qu'il ne coopérerait pas avec les enquêteurs.

La mission du procureur spécial

Prenant acte de sa décision de briguer un nouveau mandat et de l'intention du président démocrate Joe Biden de faire de même, Merrick Garland a jugé «dans l'intérêt du public» de nommer un procureur spécial pour reprendre deux enquêtes menées depuis des mois par la justice américaine.

La première porte sur les efforts du milliardaire républicain pour changer les résultats de la présidentielle de 2020, la seconde sur sa gestion des archives de la Maison Blanche.

Après avoir réuni tous les éléments, le procureur spécial «exercera son jugement professionnel de manière indépendante pour décider s’il doit y avoir une inculpation», dans l'un ou l'autre de ces dossiers, a précisé M. Garland.

Le procureur spécial ne sera toutefois chargé que d'émettre une recommandation et il reviendra au ministre de trancher. S'il devait finalement inculper Donald Trump sur cette base, sa décision sera plus difficile à attaquer.

L'ouverture de poursuites n'empêcherait pas le magnat de l'immobilier de concourir, mais jetterait une ombre sur sa candidature.

Agir «vite en toute indépendance»

Démentant toute instrumentalisation de l'appareil judiciaire, la porte-parole de la Maison Blanche Karine Jean-Pierre a pour sa part assuré que le président Biden n'avait pas été informé au préalable de la décision de son ministre.

Dans un communiqué, le procureur Smith a promis d'agir «vite», «en toute indépendance» et «de manière approfondie».


ARCHIV - 02.05.2016, USA, South Bend: Donald Trump, damaliger Präsidentschaftskandidat, gestikuliert während seiner Rede bei einer Wahlkampfveranstaltung im Century Center. (zu dpa «Trump: Eidesstattliche Aussage in Verleumdungsverfahren aufgenommen») Foto: Tannen Maury/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Trump assigné à témoigner devant le Congrès
Pour répondre de son rôle dans l'assaut du Capitole, l'ancien président américain Donald Trump devra comparaître autour du 14 novembre prochain devant le Congrès.

La première enquête qui lui a été confiée porte sur les efforts de Donald Trump pour contester sa défaite à la présidentielle de 2020, jusqu'à l'assaut mené par ses partisans contre le Capitole le 6 janvier 2021.

Cette enquête tentaculaire a déjà entraîné l'inculpation de près de 900 personnes ayant directement participé aux violences.

Mais les procureurs n'ont jamais exclu de s'intéresser à d'autres acteurs. «Chaque personne qui est pénalement responsable des efforts pour annuler l'élection devra répondre de ses actes», a déclaré à plusieurs reprises Merrick Garland.

La seconde enquête porte sur les archives de la Maison Blanche.

En quittant la présidence, Donald Trump a emporté des boîtes entières de documents. Or, une loi de 1978 oblige tout président américain à transmettre l'ensemble de ses emails, lettres et autres documents de travail aux Archives nationales.

En janvier, il a rendu 15 cartons. Après examen, la police fédérale a estimé qu'il en conservait probablement d'autres dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride.

Des agents du FBI y ont mené le 8 août une perquisition spectaculaire sur la base d'un mandat pour «rétention de documents classifiés» et «entrave à une enquête fédérale», et ont saisi une trentaine d'autres boîtes.

Enquête russe

Dans le passé, Donald Trump a déjà fait l'objet d'une enquête supervisée par un procureur spécial: Robert Mueller avait été chargé en 2017 d'établir s'il y avait eu une collusion entre son équipe de campagne et la Russie lors de la présidentielle de 2016.

Après deux ans d'enquête, il avait jugé ne pas avoir assez de preuves d'un complot entre Moscou et l'équipe Trump, mais avait relevé une série de pressions troublantes exercées par le locataire de la Maison Blanche sur son enquête.


(FILES) In this file photo taken on July 11, 2020 US President Donald Trump wears a mask as he visits Walter Reed National Military Medical Center in Bethesda, Maryland. - US President Donald Trump, who for months refused to encourage mask wearing as a way to combat the coronavirus, on July 20, 2020 tweeted a picture of himself with his face covered and touted his patriotism. (Photo by ALEX EDELMAN / AFP)
L'administration Trump a censuré des informations sur le covid
Un rapport parlementaire épingle la gestion de l'épidémie du covid-19 aux États-Unis par les membres de l'équipe de Donald Trump.

Le ministre de la Justice de l'époque, le républicain Bill Barr, n'avait toutefois pas jugé nécessaire de le poursuivre.

Pendant son mandat, Donald Trump a également été visé par deux procès en destitution : l'un portait sur des pressions exercées sur l'Ukraine afin qu'elle lui donne des éléments embarrassants pour Joe Biden; l'autre sur son rôle dans l'attaque du Capitole. Il a été acquitté dans les deux dossiers grâce à la majorité républicaine au Sénat.


Sur le même sujet

Le parti démocrate a remporté samedi le siège qui lui manquait pour conserver le contrôle du Sénat des Etats-Unis, une victoire décisive pour la suite de la présidence de Joe Biden et un échec cuisant pour son prédécesseur Donald Trump.
(FILES) In this file photo taken on November 09, 2022 US President Joe Biden speaks during a press conference a day after the US midterm elections, from the State Dining Room of the White House in Washington, DC. - President Joe Biden's Democrats retained control of the US Senate on November 12, 2022, a remarkable midterms election result that defied predictions of a Republican "red wave" over both houses of Congress. (Photo by Mandel NGAN / AFP)
La commission parlementaire enquêtant sur le rôle de Donald Trump dans l'assaut contre le Capitole du 6 janvier 2021 a fait jeudi l'annonce choc qu'elle allait citer l'ancien président à comparaître, parce qu'«il est tenu de répondre de ses actes», selon son chef.
(FILES) In this file photo taken on November 26, 2020 US President Donald Trump speaks to reporters after participating in a Thanksgiving teleconference with members of the United States Military, at the White House in Washington, DC. - Lawmakers probing the 2021 attack on the US Capitol voted on October 13, 2022 to subpoena former president Donald Trump to testify on his role in the violence, in a major escalation of the sprawling inquiry weeks before it is due to wind up. (Photo by Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP)