Changer d'édition

«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit
International 3 min. 15.06.2020

«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit

En cas d'échec des négociations, les seules règles de l'OMC, avec leurs droits de douane élevés et leurs contrôles douaniers, s'appliqueraient aux relations commerciales entre les anciens partenaires.

«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit

En cas d'échec des négociations, les seules règles de l'OMC, avec leurs droits de douane élevés et leurs contrôles douaniers, s'appliqueraient aux relations commerciales entre les anciens partenaires.
Photo: AFP
International 3 min. 15.06.2020

«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit

Alors que le fossé est béant entre leurs positions, les dirigeants de l'UE et le Britannique Boris Johnson appellent à trouver «rapidement un terrain d'entente sur les principes qui sous-tendent tout accord». Car pour le moment, «on n'est nulle part», résume un haut responsable européen.

(AFP) - «Un nouvel élan est nécessaire» pour trouver un accord d'ici fin 2020 sur la future relation entre Londres et l'Union, ont reconnu les deux parties à l'issue d'une visioconférence d'une heure, dans un communiqué commun. Elles appellent à trouver «rapidement un terrain d'entente sur les principes qui sous-tendent tout accord», précise le communiqué, alors que le fossé est béant entre les positions des uns et des autres. «Prêt à mettre un tigre dans le moteur» mais «les conditions équitables de concurrence sont essentielles», a twitté le président du Conseil européen (qui représente les 27), Charles Michel.

Outre Boris Johnson, Ursula von der Leyen et Charles Michel, le président du Parlement européen David Sassoli, le négociateur de l'UE Michel Barnier assistaient à la réunion côté européen. Son homologue britannique David Frost, le ministre d'Etat Michael Gove et l'ambassadeur auprès de l'UE Tim Barrow étaient également présents. C'est la première fois depuis le départ du Royaume-Uni, le 31 janvier, que Boris Johnson s'impliquait personnellement dans les discussions.

Après quatre séances de négociation depuis mars, l'état des lieux est simple à résumer: Britanniques et Européens ont campé sur des positions irréconciliables, empêchant tout progrès. «On n'est nulle part», résumait un haut responsable européen, avant la rencontre. Quant à l'éventuelle prolongation d'un an, voire deux, de la période de transition qui se termine le 31 décembre 2020, le Royaume-Uni a clos le sujet vendredi en signifiant «formellement» à l'UE son refus de la prolonger, comme il n'avait cessé de le répéter depuis des mois.

Ce sommet virtuel a eu lieu peu après que les deux camps furent tombés d'accord pour intensifier le rythme des discussions, qui auront lieu à un rythme soutenu tout l'été. Le calendrier est plein pour juillet, avec des rencontres chaque semaine, tantôt à Bruxelles, tantôt à Londres, la plupart en comité restreint, pour avancer sur les dossiers les plus conflictuels. Parmi eux, les garanties de concurrence équitable en matière fiscale, sociale ou environnementale (le «level playing field», ndlr), exigées par l'UE, qui craint de voir surgir une économie dérégulée à sa porte. Mais aussi le règlement des différends entre les deux parties ou la question explosive de la pêche.

En cas d'échec, les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avec leurs droits de douane élevés et leurs contrôles douaniers, s'appliqueraient aux relations commerciales entre les anciens partenaires. Une perspective qui affole l'organisation patronale européenne Business Europe, «extrêmement préoccupée» par l'état des négociations. Un no deal aurait des effets potentiellement catastrophiques pour des économies déjà frappées de plein fouet par la pandémie de covid-19.

Pour Michel Barnier, la date limite d'un accord est le 31 octobre
Pour Michel Barnier, la date limite d'un accord est le 31 octobre
Photo: AFP

Pour Michel Barnier, la date limite d'un accord est le 31 octobre, afin de laisser le temps aux États membres et au Royaume-Uni de ratifier un traité sur la nouvelle relation entre Londres et Bruxelles, qui entrerait en vigueur le 1er janvier 2021. Le secrétaire d'État britannique au commerce Greg Hands a rappelé ce lundi sur la radio publique allemande que Londres ne réclamait qu'une relation commerciale classique à l'instar de celle qui lie le Canada et l'UE, et rejetait les exigences de Bruxelles concernant le respect des conditions de concurrence.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pas de transition prolongée avant le Brexit
Le Royaume-Uni «a confirmé formellement» vendredi à l'Union européenne ne pas souhaiter l'extension de la période de transition expirant fin décembre. Il s'agit du temps pendant lequel ils doivent s'accorder sur leur relation post-Brexit. Un mini-sommet consacré à ces négociations aura lieu lundi.
Anti-Brexit activist Steve Bray wearing PPE (personal protective equipment) of a face mask as a precautionary measure against COVID-19, holds placards as he demonstrates outside the Houses of Parliament, in central London on June 10, 2020 - �Britain on Friday said there had been little movement in the latest round of post-Brexit trade talks with the EU, calling for both sides to double down and speed up negotiations to secure a deal. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Londres imposera des contrôles moins rigoureux
Avant une rencontre virtuelle le 15 juin, l'UE et Londres vont intensifier leurs négociations pour tenter de trouver un accord sur leur relation post-Brexit. En attendant, le gouvernement britannique a décidé d'assouplir sa politique de contrôle aux frontières sur les biens.
Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit
Entravées par la pandémie, les négociations entre les représentants britanniques et européens Londres et Bruxelles reprennent mardi sans grand espoir de sortir de l'impasse, malgré la pression du calendrier et le risque d'un «no deal».
(FILES) In this file photo taken on March 2, 2020 European Union chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) and the British Prime Minister's Europe adviser David Frost pose for a photograph at start of the first round of post-Brexit trade deal talks between the EU and the United Kingdom, in Brussels. - Incapable of the slightest advance for three past months, British and Europeans seem to be embarking on a dead end when approaching, with a certain tension, the fourth round of negotiations, yet crucial on their post-Brexit relationship, that will take place on June 2, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Les discussions post-Brexit dans l'impasse
A quelques jours de la reprise des négociations entre les représentants de l'Union européenne et du Royaume-Uni, le projet d'accord sur les futures relations entre les deux parties est au point mort. Mais pour l'eurodéputé luxembourgeois Christophe Hansen, «l'objectif reste de trouver un accord global».
ARCHIV - 10.04.2019, Großbritannien, London: Die Sterne einer EU-Fahne scheinen durch eine britische Fahne hindurch. (zu dpa "Das vergessene Brexit-Drama: Es wird wieder einmal schwierig") Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes
Des discussions sur le futur accord post-Brexit entre Londres et l'UE s'ouvrent ce lundi à Bruxelles dans un climat tendu et sous la pression du calendrier. D'autant que plusieurs points de friction sont susceptibles de bloquer les négociations.
ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Feu vert au négociateur Michel Barnier
Les représentants des 27 Etats membres de l'UE ont approuvé lundi le mandat de leur négociateur français, fixant leurs conditions sur la future relation commerciale avec le Royaume-Uni.
Après le feu vert des ambassadeurs, le mandat de Michel Barnier (à g.) devra encore être formellement adopté ce mardi lors d'une réunion ministérielle