Changer d'édition

«Un immense espoir que nous n'avons pas le droit de décevoir»
International 2 min. 30.11.2015 Cet article est archivé
La COP21 à Paris

«Un immense espoir que nous n'avons pas le droit de décevoir»

Francois Hollande demande qu'un accord «différencié, universel et contraignant» soit trouvé avant le 12 décembre à Paris.
La COP21 à Paris

«Un immense espoir que nous n'avons pas le droit de décevoir»

Francois Hollande demande qu'un accord «différencié, universel et contraignant» soit trouvé avant le 12 décembre à Paris.
Photo: AFP
International 2 min. 30.11.2015 Cet article est archivé
La COP21 à Paris

«Un immense espoir que nous n'avons pas le droit de décevoir»

Le président François Hollande a exhorté lundi les quelque 150 dirigeants de la planète réunis au Bourget pour la COP21 à ne pas «décevoir» l'«immense espoir» suscité par cette conférence, lors de son ouverture officielle.

(AFP) - Le président François Hollande a exhorté lundi les quelque 150 dirigeants de la planète réunis au Bourget pour la COP21 à ne pas «décevoir» l'«immense espoir» suscité par cette conférence, lors de son ouverture officielle.

«Il s'agit de décider ici, à Paris, de l'avenir même de la planète», a souligné le chef de l'Etat français, parlant d'un «jour historique» alors que «jamais une conférence n'avait accueilli autant d'autorités d'autant de pays».

«Les bons sentiments, les déclarations d'intention ne suffiront pas, nous sommes au bord d'un point de rupture», a-t-il insisté.

Francois Hollande: «Nous sommes au pied du mur... il n'est pas infranchissable».
Francois Hollande: «Nous sommes au pied du mur... il n'est pas infranchissable».
Photo: REUTERS

Au terme de la conférence, «le 12 décembre, un accord doit être trouvé à Paris», a souligné François Hollande, qui demande un accord «différencié, universel et contraignant».

«En dessous des 2°C»

Pour le président français, un «bon accord, un grand accord» reposerait sur «trois conditions». La première, selon lui, serait de «dessiner une trajectoire crédible permettant de contenir le réchauffement climatique en dessous des 2 degrés celsius ou même 1,5 degré».

La deuxième, a-t-il poursuivi, serait d'apporter «au défi climatique une réponse solidaire» alors qu'«aucun Etat ne doit pouvoir se soustraire à ses engagements» même si les écarts de développement doivent être «pris en compte».

«Les pays développés doivent assumer leur responsabilité historique, ce sont eux qui ont émis pendant des années le plus de gaz à effet de serre; les pays émergents doivent accélérer leur transition énergétique, les pays en développement doivent être accompagnés dans leur adaptation aux impacts climatiques», a-t-il résumé.

«Le réchauffement annonce des conflits»

Quant à la troisième condition, c'est, a-t-il poursuivi «que toutes nos sociétés, dans leur grande pluralité, diversité, se mettent en mouvement».

Après une minute de silence qui a précédé son discours en hommage aux victimes des attentats jihadistes du 13 novembre à Paris, François Hollande a affirmé: «Ces événements tragiques nous affligent mais en même temps, nous obligent».

«Ce qui est en cause avec cette conférence sur le climat, c'est la paix» alors que «le réchauffement annonce des conflits comme la nuée porte l'orage», a-t-il développé.

«Il provoque des migrations qui jettent sur les routes plus de réfugiés que n'en génèrent les guerres» tandis que «des Etats risquent de ne plus pouvoir satisfaire les besoins vitaux de leurs populations avec des risques de famine, d'exode rural ou d'affrontements pour accéder à ce bien de plus en plus rare qui s'appelle l'eau», a-t-il fait valoir.


Sur le même sujet