Changer d'édition

Un imam au discours haineux arrêté en Belgique
International 3 min. 03.10.2022
Bientôt expulsé du territoire

Un imam au discours haineux arrêté en Belgique

Cette photo d'archives date du 18 juin 2004 et montre Hassan Iquioussen (à gauche).
Bientôt expulsé du territoire

Un imam au discours haineux arrêté en Belgique

Cette photo d'archives date du 18 juin 2004 et montre Hassan Iquioussen (à gauche).
Photo: AFP
International 3 min. 03.10.2022
Bientôt expulsé du territoire

Un imam au discours haineux arrêté en Belgique

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La France avait émis un arrêté d’expulsion contre Hassan Iquioussen, un imam de nationalité marocaine au discours sulfureux.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - L'imam marocain Hassan Iquioussen, mis en cause en France pour des propos jugés «contraires aux valeurs de la République», a été arrêté vendredi près de Mons, dans la province du Hainaut.


Un ministre belge échappe à un enlèvement
Vincent Van Quickenborne a été placé sous surveillance renforcée avec sa famille alors que quatre suspects ont été arrêtés.

C'est le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne qui l'a annoncé en personne, comme s'il avait voulu marquer d'un geste fort sa réapparition en public. Le libéral flamand avait en effet été mis sous protection et placé dans un lieu secret au lendemain de la tentative d'enlèvement le visant. Plusieurs arrestations aux Pays-Bas avaient permis de faire retomber la pression. Jeudi dernier, sorti de sa cache,  le ministre avait pu rejoindre les bancs de la Chambre.

Vincent Van Quickenborne, qui mène la vie dure à ceux qui ne se rangent pas aux normes démocratiques, s'est réjoui de la capture de l'imam marocain Hassan Iquioussen. La France avait en effet lancé un mandat d'arrêt européen contre cet homme visé par un arrêté d'expulsion, mais qui avait disparu depuis le mois d'août. L'imam est jugé responsable de tenir  «un discours prosélyte émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d'une vision de l'islam contraires aux valeurs de la République». Hassan Iquioussen est fiché par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) depuis dix-huit mois.

Des discours antisémites 

Hassan Iquioussen est réputé proche des Frères musulmans. Sur sa chaîne YouTube qui compte 178.000 abonnés, il aurait alimenté «des conspirations autour de l'islamophobie» et «développé des théories antisémites» dans un discours sur la Palestine. Il avait ensuite présenté ses excuses.


Police stand guard at the scene where a shooting happened when police searched a house, in Merksem, Antwerp, in the early hours of September 28, 2022. - According initial information a person died when special forces entered a building for an ongoing investigation into right-wing extremism and possession of arms. (Photo by JONAS ROOSENS / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Un potentiel attentat terroriste déjoué en Belgique
Un survivaliste a été abattu par les forces spéciales dans le cadre de perquisitions visant l’extrême droite

Depuis Cayenne où il était en déplacement, le ministre français de l'Intérieur Gérard Darmanin a remercié les services belges. L'intuition du ministre était la bonne, puisqu'il avait déclaré précédemment que l'imam devait se trouver en Belgique, non loin de son domicile. Hassan Iquioussen vit avec ses enfants et ses petits-enfants dans le nord de la France.

Cet échange de politesse mérite d'être souligné : les relations sont parfois tendues entre les polices des deux pays. Lors du procès des attentats de Paris, les policiers belges amenés à témoigner ont ainsi été pointés pour leur manque de collaboration.

Il reste à savoir vers quel Etat sera expulsé l'imam, au cœur d'un imbroglio juridique.

Né en France, mais de nationalité marocaine

En résumé, Hassan Iquioussen est né en France mais il est de nationalité marocaine. Pour Gérard Darmanin,  «il s'agit désormais d'une coopération judiciaire entre la justice belge et la justice française. À la fin de cette procédure judiciaire, il y aura une procédure administrative. M. Iquioussen sera mis en centre de rétention administrative et sera expulsé vers son pays d'origine». Donc le Maroc.

Dans les faits, la procédure de remise de l'imam à la France pourrait prendre plusieurs semaines. Si Hassan Iquioussen accepte, la Belgique aura dix jours pour s'exécuter. S'il refuse, ce délai passera à 90 jours.


«Le nombre de condamnations pour viol est beaucoup trop bas, cela doit être une priorité absolue !», estime le ministre Van Quickenborne.
Bras de fer entre l’Etat belge et le culte musulman
Le ministre de l'Intérieur retire sa reconnaissance à l'organe représentatif islamique au lendemain d'une décision de justice défavorable.

La logique voudrait que la Belgique rende donc l'imam à la France qui se chargera de son expulsion vers le Maroc. Mais ce qui paraissait acquis hier l'est moins aujourd'hui en raison de tensions entre Rabat et Paris, la première capitale reprochant à la seconde un manque de concertation dans ce dossier.

Fin août, Rabat avait suspendu le «laissez-passer consulaire» délivré pourtant quelques semaines auparavant afin de permettre à l'imam d'entrer sur le territoire chérifien. Hassan Iquioussen n'a jamais résidé au Maroc, le pays de ses parents.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet