Changer d'édition

Un gouvernement belge se profile à la rentrée
International 3 min. 03.08.2020

Un gouvernement belge se profile à la rentrée

Bart De Wever et Paul Magnette entourent ici le roi Philippe. Les trois ont rendez-vous le 8 août pour noter les avancées politiques.

Un gouvernement belge se profile à la rentrée

Bart De Wever et Paul Magnette entourent ici le roi Philippe. Les trois ont rendez-vous le 8 août pour noter les avancées politiques.
Photo : AFP
International 3 min. 03.08.2020

Un gouvernement belge se profile à la rentrée

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Socialistes francophones et nationalistes flamands continuent à négocier, tout en ergotant sur leurs prochains partenaires de coalition.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - La Belgique tient peut-être son prochain gouvernement. Un peu plus de quatorze mois après les élections législatives du 26 mai 2019, les socialistes francophones et les nationalistes flamands ne seraient plus qu’à quelques semaines de conclure une alliance.

Paul Magnette et Bart De Wever, les présidents du PS et de la N-VA, continuent leur mission de préformateurs, conformément à la demande du roi Philippe qui les a invités à « réunir au plus vite les présidents de parti pouvant offrir une large assise à la formation d'un gouvernement». C'était le 20 juillet dernier, à la veille de la Fête nationale. De Wever et Magnette s’étaient alors donné une cinquantaine de jours pour réussir; le second plaidant même pour un retour aux urnes en cas d’échec. Depuis, ils ont fait rapport au souverain qui leur a demandé de poursuivre le travail.

On sait peu de choses de l’état actuel des négociations entre la N-VA et le PS. Selon le libéral flamand Egbert Lachaert, Paul Magnette aurait mis sur la table «un programme économique socialiste (...) Des avantages plus importants, une compétitivité réduite des entreprises. Des milliards de dépenses supplémentaires, de nouveaux impôts sur le capital, une taxe sur les valeurs mobilières également pour les petits investisseurs et les indépendants. Et surtout, pas de réformes pour financer tout cela». Le tout coûterait 10 milliards d’euros de plus au pays en 2021, alors que ses finances sont exsangues en raison de la crise du coronavirus...

Sur le plan médiatique, la question du moment porte davantage sur le choix des partenaires de la future coalition que sur le contenu de son programme. L’alliance de la N-VA et du PS, les deux principales formations politiques du pays, n’est en effet pas suffisante pour constituer une majorité à la Chambre.


Le Luxembourg tarde à indemniser la Belgique
Conformément à un accord entre les deux pays, le Grand-Duché doit verser une compensation fiscale à son voisin belge qui pourrait s'élever à quelque 91,1 millions d'euros cette année. Mais si le versement est habituellement fait au plus tard à la fin du mois de mars, celui-ci n'a pour l'heure pas encore été effectué.

Au cours des derniers mois, plusieurs partis se sont dits prêts à monter au gouvernement fédéral. Toutefois, Bart De Wever exclut désormais de s’allier au Mouvement réformateur (MR, libéral francophone) qui, dit-il, s’est montré incapable de gérer la crise du covid. Le nationaliste flamand se dit persuadé à 99,9% que la «bulle de cinq partis» peut en revanche former un exécutif d'ici deux à trois semaines.

Cette « bulle » engloberait la N-VA et le PS, rejoints par les socialistes et les chrétiens-démocrates flamands ainsi que par les humanistes francophones (CDH, ex-sociaux-chrétiens). Problème : ce quintet ne représente que 70 sièges sur 150 à la Chambre. Il en faut donc six de plus pour constituer une majorité viable. Les libéraux francophones de Georges-Louis Bouchez sont ainsi bien mal récompensés.

C’est en effet pour rejoindre la N-VA que leur ancien président, Charles Michel, avait rompu le bloc francophone en 2014. Quant à Bouchez, il n’a cessé de clamer au cours des derniers mois que cette même N-VA devait faire absolument partie du prochain gouvernement.

L'anathème lancé par Bart De Wever sur les libéraux francophones est tactique. Il aboutit à désigner le MR comme un bouc émissaire, responsable de la crise actuelle. C’est une riposte claire aux exigences du PS qui, lui, ne veut pas des libéraux flamands au motif que leur inclusion dans la future coalition la ferait pencher trop à droite.

Ces calculs politiques ne disent pas ce que le futur gouvernement compte faire pour redresser le pays. Le produit intérieur brut (PIB) de la Belgique a chuté de 12,2 % au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une touche de bleu dans les négociations belges
Les supputations vont bon train autour de la nomination mardi par le roi du libéral flamand Egbert Lachaert. Celui qui passe pour un allié potentiel de la N-VA devra rendre rapport au roi le 28 août.
Magnette et De Wever reverront le roi le 8 août
Dix jours après le début de leur mission, les présidents du PS et de la N-VA ont fait rapport au roi des Belges Philippe sur l'état d'avancement de leurs discussions à propos de la constitution d'un gouvernement après les élections législatives du 26 mai... 2019.
(From L) N-VA chairman Bart De Wever, King Philippe of Belgium and PS chairman Paul Magnette walk after a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, on July 31, 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Formulaire de rigueur pour séjourner en Belgique
A compter du 1er août, tout voyageur souhaitant rester plus de 48 heures sur le sol belge devra remplir un formulaire d'identification. Un traçage lié à la reprise de l'épidémie covid dans le pays.
Belgium's Prime Minister Sophie Wilmes arrives for a European Union Council in Brussels on July 17, 2020, the leaders of the European Union hold their first face-to-face summit over a post-virus economic rescue plan. - The EU has been plunged into a historic economic crunch by the coronavirus crisis, and EU officials have drawn up plans for a huge stimulus package to lead their countries out of lockdown. (Photo by JOHN THYS / POOL / AFP)