Changer d'édition

Un gouvernement belge dans l’année
International 3 min. 01.01.2020 Cet article est archivé

Un gouvernement belge dans l’année

Georges-Louis Bouchez fait montre d'optimisme dans sa mission de former une majorité.

Un gouvernement belge dans l’année

Georges-Louis Bouchez fait montre d'optimisme dans sa mission de former une majorité.
Photo: AFP
International 3 min. 01.01.2020 Cet article est archivé

Un gouvernement belge dans l’année

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Tel est en tout cas le souhait de l’informateur royal Georges-Louis Bouchez alors que la société civile est consultée. Pour l’heure, le blocage reste toutefois total.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Les Belges auront-ils un gouvernement en 2020, après plus d'un an d'attente? Oui, selon l’informateur royal Georges-Louis Bouchez un brin optimiste. Vêtu d’un t-shirt barré de la devise nationale «L’Union fait la force» et flanqué de la fusée de Tintin, le libéral francophone s’est fendu mardi d’un message rassembleur sur Twitter : «2020 sera l'année de la Belgique (dotée d’un) gouvernement stable et fort» (qui) «prendra des décisions en faveur des citoyennes et des citoyens».

«Les citoyennes et les citoyens » sont précisément consultés par les deux informateurs royaux du moment, à savoir Georges-Louis Bouchez et son alter ego flamand, le chrétien-démocrate Joachim Coens. Les deux hommes prennent le pouls d’une série d’associations et d’organisations. Certaines autorités scientifiques figurent également sur leur agenda, tel le climatologue Jean-Pascal Van Ypersele.

Ces consultations doivent permettre aux informateurs de rédiger une note qui sera remise au roi le 13 janvier prochain. Elle est censée esquisser les contours d’une future majorité parlementaire.

En soi, la méthode n’est guère différente de celle qu’avait employée le socialiste francophone Paul Magnette durant sa mission d’information. Magnette avait lui aussi sélectionné une série de thématiques (climat, travail, justice, etc.) aussitôt soumises aux dix partis politiques présents autour de la table de négociation, mais aussi à la société civile. Il en avait résulté une liste de points d’accords potentiels, dont la tonalité était en réalité beaucoup moins à gauche que ne le suggéraient les couleurs «arc-en-ciel» d’une majorité qui aurait réuni les écologistes, les socialistes et les libéraux.

Consulter la société civile

Paul Magnette aurait ainsi renoncé à ramener la retraite à 65 ans (elle sera fixée à 67 ans dès 2030) avec l’espoir de convaincre les libéraux flamands de le suivre.

Une constante : consulter la société civile est dans l’air du temps politique belge. Au lendemain des élections du 26 mai, les écologistes en avaient même fait un axe des négociations qu’ils menaient alors avec les socialistes en Région wallonne («Le Coquelicot»). Au cours de l’année écoulée, par ailleurs, la Communauté germanophone s’est dotée d'un conseil citoyen permanent aux côtés de son parlement «régulier». Le Parlement bruxellois a quant à lui mis sur pied un système de commissions délibératives, composées de citoyens et de députés, en vue de débattre de thématiques précises.

Ces ouvertures (plus ou moins sincères) vers la société civile doivent permettre de réconcilier le citoyen avec la politique. Tous les sondages démontrent en effet à quel point le fossé qui les sépare n’a cessé de grandir.

La N-VA se mouillera-t-elle?

Du reste, les informateurs royaux n’ont plus guère qu’une dizaine de jours pour tenter de former une majorité. Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens souhaitent réunir les partis politiques en multilatérales la semaine prochaine. Le 13 janvier, lors de leur rapport au roi, ils dresseront sans doute la liste de ceux qui sont prêts à se lancer dans l’aventure fédérale. Un préformateur pourrait alors être nommé.


The Belgian (L) and Flemish flag are seen at the town square in Antwerp October 15, 2012, a day after Belgium's municipal elections. The Nieuw-Vlaamse Alliantie (New Flemish Alliance or N-VA) won the most votes in a vast swathe of districts in the Dutch-speaking region of Flanders, including the port city of Antwerp. REUTERS/Laurent Dubrule (BELGIUM - Tags: POLITICS ELECTIONS)
Le spectre de l’extrême droite hante la Belgique
Un sondage confirme la première place du Vlaams Belang en Flandre, les extrémistes profitant de toute évidence de la tournure prise par les négociations au niveau fédéral.

Le conditionnel reste toutefois de rigueur. La question de savoir si la N-VA de Bart De Wever entrera à un moment donné dans la négociation demeure sans réponse. Les chrétiens-démocrates flamands souhaitent toujours qu’elle se  «mouille». Quant aux libéraux flamands de l’Open-VLD, ils restent divisés sur l’opportunité de participer à un gouvernement sans la N-VA.


Sur le même sujet

La photo choc qui bouscule les lignes
Un cliché montrant le leader de l'extrême droite flamande aux côtés du président du parti communiste fait scandale. Ou quand un coup de com' devient embarrassant pour les «cocos» belges.
Mertens-Van Grieken : réunir ces deux politiques, c'est rassembler deux extrêmes.
De nouvelles pistes pour sortir le pays de la crise
Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez, les deux informateurs, ont été prolongés dans leur mission par le roi des Belges. Ils veulent explorer de nouvelles pistes. L’idée de former un «gouvernement de crise» revient par ailleurs à la surface.
Chairman of the Belgian French-speaking right wing political party Reformist Movement (Mouvement Reformateur - MR) Georges-Louis Bouchez (R) and chairman of the Belgian Flemish-speaking right wing party Christian Democratic and Flemish (Christen-Democratisch en Vlaams - CD&V) Joachim Coens (L) arrive for a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, Friday 20 December 2019. - Georges-Louis Bouchez and Joachim Coens are both the King "informers". They negociate and lead the talks to form a new Belgian Federal Government, and inform the Belgium's King on their progress for a possible coalitions following May 26, 2019 Federal elections. (Photo by DIRK WAEM / BELGA / AFP) / Belgium OUT