Changer d'édition

Un ethnologue dénonce la «tyrannie» du télétravail
International 3 min. 22.10.2020

Un ethnologue dénonce la «tyrannie» du télétravail

Beaucoup de témoignages après confinement parlent du plaisir d'avoir échappé aux horaires mais mettent surtout en avant la difficulté de travailler chez soi.

Un ethnologue dénonce la «tyrannie» du télétravail

Beaucoup de témoignages après confinement parlent du plaisir d'avoir échappé aux horaires mais mettent surtout en avant la difficulté de travailler chez soi.
Photo: Shutterstock
International 3 min. 22.10.2020

Un ethnologue dénonce la «tyrannie» du télétravail

A rebours de la mode, Pascal Dibie, professeur à l'Université de Paris, met en garde contre le home working et prend la défense du «vrai bureau», où socialisation et confort sont essentiels à notre bonheur.

(AFP) - Alors que les gouvernements invitent  les entreprises à avoir un nombre minimal de jours en télétravail, vous dites continuer à croire aux vertus du «vrai bureau». Pourquoi? 

Pascal Dibie - «De 250.000 jusqu'alors, le nombre de gens en télétravail est passé à trois millions lors du confinement en France. Cela a d'abord été une euphorie absolue mais au bout d'un moment, les enfants se sont plaints que les parents squattaient le sofa et les couples que l'un travaillait plus que l'autre. Le télétravail a été plus douloureux qu'on le dit sauf, peut-être, pour ceux qui sont partis à la campagne. Car c'est à une tout autre tyrannie qu'on doit se soumettre. 

En quoi?

P.D. En se mettant en télétravail, on s'est rendu compte de l'incroyable luxe du bureau, qui devient de plus en plus un hôtel trois étoiles où on allait parfois jusqu'à avoir un dormitorium pour faire la sieste. Alors que chez soi, c'est à nous de passer l'aspirateur.


Telearbeit
49 minutes de plus par jour à cause du télétravail
Une étude menée par des universités américaines sur le travail à domicile affirme que les salariés passent plus de temps devant leur ordinateur.

On ne peut pas trouver la même qualité de travail chez soi. Seuls quelques PDG branchés peuvent s'offrir les Altwork Station (bureaux allongés). Pour les autres, des cuisines, des couloirs, des salons, des lits et même des salles de bain ont été occupés pour travailler, en rude concurrence avec les autres membres de la famille.

Beaucoup de témoignages après confinement parlent du plaisir d'avoir échappé aux horaires mais mettent surtout en avant l'absence de confort et, à la longue, la difficulté de travailler chez soi. Face au chamboulement que représente le bureau chez soi, les salariés réalisent que le vrai bureau représente un luxe de confort. Les gens ont envie de «leur» bureau.

Au-delà du confort physique, vous plaidez également en faveur du «vrai» bureau pour un confort psychologique.

P.D. - Télétravailler, c'est accepter l'idée que débarque dans votre univers personnel une partie de l'univers du bureau. Ce n'est pas qu'on ne va plus au bureau, c'est que le bureau nous poursuit jusque chez nous.

Lors de mes interviews, beaucoup me disaient - et c'était surtout des femmes - qu'elles étaient contentes d'aller au bureau: on y voit les copines, on respire sans enfants. On peut discuter, négocier, s'interpeller, rire, haïr, séduire... Les gens ont envie du bureau, qui a toujours été un mobile d'échappatoire: «tu me laisses tranquille, je suis au bureau», mais on ne peut plus le dire quand on est à la maison. Le travailler  ensemble-dispersés va créer de grosses dépressions car le bonheur passe par la sortie: il faut sortir de chez soi, de son espace. Sinon, on se fait enfermer. Oui, il y a un bonheur du bureau.


Foto beautiful-woman-working-on-laptop-450w-1304969941
Des télétravailleurs plus nombreux, plus soucieux
45% des salariés qui ont dû travailler à la maison plutôt qu'au bureau ont rencontré des difficultés. Des doléances relevées par le Statec qui pourraient refréner la volonté de passer à plus de home-office.

En plus, le flicage s'est mis en place. Souvent, la première question des employeurs au début du confinement a été: comment être sûr qu'ils travailleront? Alors que tous les télétravailleurs disent travailler plus. C'est un vieil héritage: en France, la hiérarchie est systématiquement méfiante et le travail doit forcément être ennuyeux. Alors, travailler sur le même ordinateur que celui sur lequel on joue...

Le télétravail est une ''rétrorévolution'', en même temps qu'une libération. Donc non, le bureau n'est pas mort. Je ne crois pas au télétravail complet: quelques jours par semaine mais pas plus. Pour la survie des gens.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Télétravailler ne deviendra pas un droit
...ni une obligation. Ainsi comptent en décider les députés après le débat public, lundi matin, autour de la pétition réclamant que le home-office soit clairement accessible à tous les salariés pouvant assurer certaines missions en dehors du bureau.
L'OGBL demande 25% de télétravail pour tous
Alors qu'un accord entre les autorités luxembourgeoises et allemandes fait état d'une prolongation du travail à domicile jusqu'au 31 décembre, le syndicat luxembourgeois soulève un problème. Tous les salariés ne seraient «pas traités de manière équitable».
In Luxemburg hat die Telearbeit in den vergangenen zehn Jahren stark zugenommen.
La convention sur le télétravail remise à jour
Les partenaires sociaux ont planché sur la révision des textes organisant les modalités du travail à distance. Et vendredi, un accord est en passe d'être conclu, actualisant le dispositif auquel le Luxembourg a largement eu recours durant la crise covid.
bearded business man reading on mobile in home office
La restauration collective au service des télétravailleurs
Fortement impacté par la pandémie et les mesures sanitaires qui en découlent, le secteur de la restauration collective doit se réinventer pour regagner les parts de marché perdues. Entretien avec Julien Demoulin, CEO de Sodexo Luxembourg et président de Fedil-Catering.
Le télétravail ne doit pas empêcher de rester actif
Depuis la pandémie sanitaire et la mise en place du travail à domicile, les comportements sédentaires des résidents et frontaliers augmentent. Avec pour conséquences, alertent les médecins, des risques pour leur santé.
Illustration Arbeiten von Zuhause aus, Telearbeit, Télétravail, Coronavirus, Covid-19, Homeoffice, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
«Le télétravail doit rester une option»
Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».
A chacun sa responsabilité dans le télétravail
Qui fournit l'ordinateur? Qui veille à la connexion internet ou aux branchements électriques? Qui assure les réparations éventuelles? Autant de questions auxquelles le ministre du Travail, Dan Kersch, vient de répondre.
Coronavirus Home office - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le télétravailleur est-il bien assuré ?
Le travail à distance a modifié le quotidien de milliers de salariés, résidents comme frontaliers. Mais loin de son entreprise, un salarié dispose-t-il toujours de la même couverture en cas d'accident du travail? L'AAA a toutes les réponses.
«Le télétravail doit se faire sur une base volontaire»
Le Conseil économique et social planche actuellement sur la thématique du travail à distance. Pour son président, Jean-Jacques Rommes, «la réglementation rigide doit être simplifiée» mais la question reste «extrêmement complexe», en particulier concernant les frontaliers.