Changer d'édition

Un décès sur huit est lié à une infection bactérienne
International 2 min. 22.11.2022
Mortalité

Un décès sur huit est lié à une infection bactérienne

Pour mieux lutter contre ce fléau, les chercheurs recommandent notamment de travailler sur un meilleur usage des antibiotiques et un usage plus efficace de la vaccination.
Mortalité

Un décès sur huit est lié à une infection bactérienne

Pour mieux lutter contre ce fléau, les chercheurs recommandent notamment de travailler sur un meilleur usage des antibiotiques et un usage plus efficace de la vaccination.
Photo: Pierre Matge/archive
International 2 min. 22.11.2022
Mortalité

Un décès sur huit est lié à une infection bactérienne

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
En 2019, 7,7 millions personnes ont perdu la vie à la suite d'une infection bactérienne, indique un étude publiée mardi dans "The Lancet".

Il s'agit de la deuxième cause de décès dans le monde. Après les troubles cardiaques, les infections d'origine bactérienne sont responsables de près de 7,7 millions de morts, révèle une vaste étude publiée mardi dans la revue médicale britannique The Lancet. Des chiffres qui remontent néanmoins à 2019, soit avant la pandémie de Covid-19.

Autrement dit, si le coronavirus a pesé sur la mortalité en 2020, pas moins d'un décès sur huit était, l'année précédente, attribué à une bactérie. Parmi les plus meurtrières : le staphylocoque doré et le pneumocoque. Du côté des tout-petits, moins de cinq ans, ce sont également les infections à pneumocoque - responsables notamment de la méningite, pneumonie ou bactériémie - qui se révèlent les plus dangereuses. 

À en croire les chercheurs, sur la trentaine de bactéries les plus couramment impliquées dans les infections, cinq se sont révélées particulièrement destructrices. À savoir, le staphylocoque doré, E. coli, le pneumocoque, Klebsellia pneumoniae et le bacille pyocyanique. À elles cinq, elles concentrent plus de la moitié des décès, soit pas loin de 4 millions de morts. 

Pour les auteurs de cette vaste enquête, ces résultats illustrent combien les infections bactériennes sont une «priorité urgente» en matière de santé publique. Il faut donc agir, et vite. Ils recommandent ainsi aux autorités de travailler sur trois points, à savoir la prévention des infections, un meilleur usage des antibiotiques et un usage plus efficace de la vaccination

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Initiée par l’OMS, la campagne mondiale pour sensibiliser le grand public à la sécurité et au bon usage des médicaments se tient du 7 au 13 novembre au Luxembourg.