Changer d'édition

Un décès à Hong Kong, un premier cas en Belgique
International 3 min. 04.02.2020

Un décès à Hong Kong, un premier cas en Belgique

La victime est un octogénaire de Hong Kong qui s'était rendu en janvier à Wuhan, épicentre du virus, avant de retourner dans le territoire semi-autonome le 23 janvier à bord d'un train express.

Un décès à Hong Kong, un premier cas en Belgique

La victime est un octogénaire de Hong Kong qui s'était rendu en janvier à Wuhan, épicentre du virus, avant de retourner dans le territoire semi-autonome le 23 janvier à bord d'un train express.
Photo: AFP
International 3 min. 04.02.2020

Un décès à Hong Kong, un premier cas en Belgique

Un Hongkongais est devenu mardi la première personne décédée de l'épidémie virale dans la mégapole et la seconde hors de Chine continentale où le bilan monte à 425 morts. Par ailleurs, la ministre de la Santé belge Maggie De Block fait état d’un premier contaminé en Belgique.

(AFP) - L'administration hospitalière a annoncé qu'un homme de 39 ans, traité pour ce virus, était décédé mardi matin après avoir vu son état de santé se «détériorer». Il s'agissait d'un habitant de Hong Kong qui s'était rendu en janvier dans la ville chinoise de Wuhan, épicentre de cette pneumonie virale, avant de retourner dans le territoire semi-autonome le 23 janvier à bord d'un train express.

Depuis son apparition en fin d'année dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, ce nouveau coronavirus a contaminé plus de 20.000 personnes et s'est propagé dans plus d'une vingtaine de pays. Jusqu'à présent, les Philippines et Hong Kong sont les deux seuls territoires à avoir fait état de décès hors de Chine continentale. La plupart des 425 morts enregistrés à ce jour en Chine l'ont été  dans la province du Hubei ou dans sa capitale Wuhan.

Chez les voisins belges, la ministre de la Santé, Maggie De Block communique ce mardi matin qu'«un des neuf compatriotes arrivés dimanche soir de Wuhan semble être infecté par le nouveau coronavirus». Et la ministre de préciser que  «la personne testée positive est en bonne santé et ne présente pour le moment aucun signe de maladie. Elle a été transférée lundi soir à l’hôpital universitaire Saint-Pierre à Bruxelles, qui dispose de toute l’expertise et du soutien nécessaires pour garantir les meilleurs soins.»

Par ailleurs, deux grandes villes de l'est de la Chine, éloignées de plusieurs centaines de kilomètres de l'épicentre de l'épidémie en cours, ont annoncé  des mesures de restriction aux mouvements à leurs habitants. La municipalité de Taizhou et trois districts de Hangzhou - siège du géant chinois du e-commerce Alibaba et capitale de la province du Zhejiang -, n'autorisent plus qu'une personne par foyer à sortir une fois tous les deux jours pour faire leurs courses. Quelque neuf millions de personnes au total sont concernées.

Enfin, les autorités japonaises vérifient l'état de santé de 3.711 personnes (2.666 passagers et 1.045 membres d'équipage) en quarantaine à bord d'un bateau de croisière près de Tokyo, après un cas avéré de coronavirus parmi l'un des passagers ayant débarqué à Hong Kong. Ces mesures ont été décidées à bord du Diamond Princess, un navire de croisière de la compagnie américaine Princess Cruises (groupe Carnival Corp), après des tests positifs du virus meurtrier chez un passager âgé de 80 ans qui avait débarqué à Hong Kong le 25 janvier.

Le Diamond Princess et ses 3.711 passagers sont immobilisés dans le port de Yokohama, près de Tokyo
Le Diamond Princess et ses 3.711 passagers sont immobilisés dans le port de Yokohama, près de Tokyo
Photo: AFP

Le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga avait annoncé lundi que le navire, arrivé au port de Yokohama (ouest de Tokyo) avec un jour d'avance, serait placé en quarantaine. Le navire avait déjà été placé en quarantaine samedi à Naha, sur l'île méridionale japonaise d'Okinawa. Mais une seconde quarantaine a été organisée après la découverte du coronavirus chez l'octogénaire débarqué à Hong Kong.

Le Japon a répertorié sur son territoire 20 cas de personnes infectées, dont quatre sans symptômes, selon les dernières données du ministère de la Santé. Depuis samedi, le pays refuse l'entrée sur le territoire aux étrangers ayant récemment séjourné dans la province chinoise du Hubei, l'épicentre de l'épidémie, dans le centre de la Chine. Le Japon a affrété trois avions jusqu'à présent pour rapatrier 565 de ses ressortissants de Wuhan, capitale du Hubei.    


Sur le même sujet

Six choses connues sur le coronavirus
Taux de mortalité, niveau de transmission, moment où un malade devient contagieux, période d'incubation: des inconnues empêchent encore de déterminer l'impact mondial de l'épidémie partie de Chine.
Pedestrians wear face masks in Hong Kong on February 3, 2020, as a preventative measure following a virus outbreak which began in the Chinese city of Wuhan. - Hundreds of Hong Kong medical workers walked off their jobs on February 3, demanding the city close its border with China to reduce the coronavirus spreading -- with frontline staff threatening to follow suit in the coming days. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)
Fausse alerte de coronavirus au Luxembourg
Alors qu'une suspicion de contamination avait été signalée, samedi, la personne hospitalisée au CHL a été autorisée à rentrer chez elle, a indiqué samedi soir le ministère de la Santé.
Urgence internationale déclarée face au coronavirus
Alors que de nombreux pays durcissaient leurs mesures de précaution face à l'épidémie, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré vendredi que cette propagation constituait «une urgence de santé publique de portée internationale».
This photo taken on January 30, 2020 shows staff members of a funeral parlour wearing protective suits disinfecting a colleague after they transferred a body at a hospital in Wuhan in China's central Hubei province, during the virus outbreak in the city. - The World Health Organization declared a global emergency over the new coronavirus, as China reported January 31 the death toll had climbed to 213 with nearly 10,000 infections. (Photo by STR / AFP) / China OUT
Le secteur aérien limite ses liaisons avec la Chine
Air France ou British Airways ont pris la décision de suspendre leurs vols vers la Chine face à la propagation du coronavirus qui a déjà fait 170 morts. D'autres compagnies, par contre, ont réduit la voilure ou font preuve de vigilance à l'instar de Cargolux.
(FILES) This file photo taken on June 27, 2019 shows airport workers loading a Boeing 777 of the airline company Air France parked in the tarmac at the Roissy-Charles de Gaulle Airport, in Roissy, north of Paris. - A number of airlines say they are halting or reducing flights to China as the country struggles to contain the spread of the deadly coronavirus. China has advised its citizens to postpone trips abroad and cancelled overseas group tours, while several countries have urged their citizens to avoid travel to China if possible. The coronavirus epidemic has killed 132 people, infected nearly 6,000, and spread to some 15 countries. Air France suspended its three weekly flights to Wuhan on January 24, 2020. On January 29, 2020 it announced that flights to Beijing and Shanghai would be suspended from Friday. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
Le coronavirus poursuit son tour du monde
Pour l'heure, douze pays ont recensé des cas de personnes atteintes par l'infection respiratoire venue de Chine. Pour l'heure, officiellement en Europe, seule la France a été impactée.
Passengers coming from China, leaves the Terminal wearing paper masks after landing in Charles De Gaule Airport on January 26, 2020. (Photo by Alain JOCARD / AFP)
Onze millions de personnes mises en quarantaine
La Chine prend les grands moyens contre le nouveau coronavirus qui a commencé à se répandre dans le reste du monde, mettant de facto en quarantaine à compter de jeudi la métropole de Wuhan au cœur de l'épidémie.
A l'intérieur même de Wuhan, les transports publics sont à l'arrêt et les festivités du Nouvel An ont été annulées