Changer d'édition

Un covid à deux vitesses dans les classes belges
International 4 min. 26.01.2021 Cet article est archivé

Un covid à deux vitesses dans les classes belges

La progression des variants inquiète. La souche britannique serait désormais responsable d’une contamination sur quatre au nord du pays.

Un covid à deux vitesses dans les classes belges

La progression des variants inquiète. La souche britannique serait désormais responsable d’une contamination sur quatre au nord du pays.
Photo: DPA / archives
International 4 min. 26.01.2021 Cet article est archivé

Un covid à deux vitesses dans les classes belges

Face au variant britannique, écoles flamandes et francophones adoptent une stratégie différente.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Saint-Michel, une école-phare de la capitale, a annoncé qu’elle fermait en partie ses portes après que plusieurs cas d’infection ont été détectés en ses murs. Plus d’un millier de personnes se sont ainsi retrouvées en quarantaine. 

Auparavant, une vingtaine d’écoles avaient fermé en Flandre dans des conditions semblables. En dépit des mesures sanitaires de rigueur, le virus entre dans les classes. Précision importante : le variant britannique serait désormais responsable d’une contamination sur quatre au nord du pays.

La problématique des enfants

La tension est encore montée d’un cran lorsque des communes du Limbourg et du Brabant flamand ont annoncé ce week-end qu’elles interdisaient toutes les activités extrascolaires pour les enfants de moins de 13 ans jusqu’au Carnaval. Or, celles-ci ont précisément été maintenues dans tout le pays, en dépit du reconfinement de l’automne dernier, au motif que les enfants sont naturellement mieux protégés face au virus.

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke est sorti des rails. «Nous devons bien réfléchir à la façon dont nous appréhendons les contaminations chez les enfants car, à un certain moment de l’épidémie, la vie à l’école peut elle-même devenir une source de contamination (…). Ce que nous voyons, c’est une épidémie qui progresse sous la surface en plus de l’épidémie. On voit la croissance de variants, comme le variant sud-africain, face auxquels on ne sait pas avec certitude si les vaccins sont bien efficaces.»

Tests PCR uniquement

Fait notable, le socialiste flamand a ainsi remis en question la doxa selon laquelle tout doit être fait pour maintenir l’école ouverte. Puis il a conseillé : «Nous savons ce que nous devons faire : tester, tester, tester, isoler, et vacciner, vacciner, vacciner». Parallèlement, la Flandre annonçait qu’elle renforçait sa stratégie de dépistage dans les écoles, privilégiant les tests rapides.


Les Belges interdits de voyages «non essentiels»
A compter de mercredi - et jusqu'au 1er mars - les résidents du royaume ne seront plus autorisés à quitter le territoire, a indiqué vendredi une source gouvernementale confirmant des informations des médias belges

De l’autre côté de la frontière linguistique, c’est «wait and see». «La réunion a été constructive et a permis d’objectiver la situation», explique le porte-parole du ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. «Il a été prévu de continuer le monitoring mais pas de prendre de nouvelles mesures.» Ici, pas de tests rapides, mais des PCR classiques jugés plus fiables.

A Etterbeek, la commune bruxelloise où est sis le collège Saint-Michel, le bourgmestre a pris plusieurs mesures «incitatives et préventives afin de réduire au maximum la propagation (du virus)».

Hospitalisations en hausse

Cette gestion de la pandémie à deux vitesses engendre des critiques. Le Soir écrit : «On voit mal pourquoi ces mutations s’arrêteraient à la frontière linguistique. L’été dernier, rappelons qu’il n’a fallu que quelques jours pour que le rebond pandémique qui avait mis Anvers à l’arrêt n’atterrisse dans le jardin de Bruxelles et de la Wallonie.» La Belgique est un pays fédéral, la Santé est une compétence en partie gérée par les Régions.

La situation se détériore assurément. La hausse des contaminations a repris, les chiffres suivant une tendance proche de ceux de septembre lorsque le pays replongeait dans la pandémie. L'augmentation des hospitalisations est toute aussi inquiétante (+19% par rapport à la période précédente de sept jours).


Rita Passey is injected with a Covid-19 vaccine at the NHS vaccine centre that has been set up at the Millennium Point centre in Birmingham, central England on January 11, 2021. - Seven mass coronavirus vaccination sites opened across England on Monday as the government races to dose millions of people while a new strain of the disease runs rampant across the country. (Photo by Jacob King / POOL / AFP)
L'OMS n'envisage pas l'immunité collective en 2021
Bien que les campagnes de vaccination au covid-19 se multiplient à travers le globe, l'OMS a averti que l'épidémie se prolongerait au moins jusqu'à la fin de l'année. Cela en raison des milliards de doses nécessaires pour endiguer la diffusion du virus.

L’espoir réside ici comme ailleurs dans la vaccination. La Commission européenne veut que 70% de tous les adultes de l’UE reçoivent le vaccin contre le coronavirus d’ici l’été. Mais l’objectif a du plomb dans l’aile. Alors qu’il était entendu que tous les Belges seraient vaccinés endéans l’année, certains scientifiques déchantent. «En Belgique, au rythme actuel, ce sera pour 2024», a tweeté le microbiologiste Emmanuel André.

Le sport n'échappe pas à la tourmente. Lundi, la cellule de crise de l’Union belge de football a décidé à l’unanimité que toutes les compétitions amateur masculines et féminines sont définitivement arrêtées cette saison avec effet immédiat. Le football pour les jeunes jusque 12 ans inclus reste toutefois possible.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Soucieuse d'éviter des fermetures de frontières au sein de l'UE, la Commission européenne a recommandé lundi aux Etats membres de mettre en place de nouvelles restrictions de déplacement pour les zones les plus touchées par le virus.
Travellers come out of the Eurostar train from London upon their arrival at the Brussel-Zuid or Bruxelles-Midi, train station on January 15, 2021, in Brussels as the country announced more severe rules for passengers arriving in Belgium from non-EU territories. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
A compter de mercredi - et jusqu'au 1er mars - les résidents du royaume ne seront plus autorisés à quitter le territoire, a indiqué vendredi une source gouvernementale confirmant des informations des médias belges
Bien que les campagnes de vaccination au covid-19 se multiplient à travers le globe, l'OMS a averti que l'épidémie se prolongerait au moins jusqu'à la fin de l'année. Cela en raison des milliards de doses nécessaires pour endiguer la diffusion du virus.
Rita Passey is injected with a Covid-19 vaccine at the NHS vaccine centre that has been set up at the Millennium Point centre in Birmingham, central England on January 11, 2021. - Seven mass coronavirus vaccination sites opened across England on Monday as the government races to dose millions of people while a new strain of the disease runs rampant across the country. (Photo by Jacob King / POOL / AFP)