Changer d'édition

Un choix historique entre deux projets que tout oppose
International 4 min. 22.04.2022
Election présidentielle française

Un choix historique entre deux projets que tout oppose

Selon une enquête du Cevipof, 38% des électeurs de Marine Le Pen la choisissent d'abord pour barrer la route à Emmanuel Macron.
Election présidentielle française

Un choix historique entre deux projets que tout oppose

Selon une enquête du Cevipof, 38% des électeurs de Marine Le Pen la choisissent d'abord pour barrer la route à Emmanuel Macron.
Photo: AFP
International 4 min. 22.04.2022
Election présidentielle française

Un choix historique entre deux projets que tout oppose

Les Français sont appelés, dimanche au second tour de l'élection présidentielle, à départager deux projets et deux visions du monde que tout oppose. Comme en 2017, Emmanuel Macron part favori face à Marine Le Pen. Mais cette fois un séisme n'est pas à exclure.

(AFP) - Est-ce le scrutin le plus décisif de la Ve République ? Au vu des derniers sondages, le président sortant, donné vainqueur dans une fourchette de 55,5 à 57,5%, est bien parti pour prolonger de cinq ans son bail à l'Elysée. Ce serait un exploit politique encore jamais réalisé, hors cohabitation, depuis l'adoption du vote au suffrage universel direct en 1962.


Un vote «par dépit» pour Macron ce dimanche à Longwy
Sur le marché de Longwy ce jeudi matin, les électeurs de gauche indiquent qu'ils choisiront pour la plupart de voter Macron lors du deuxième tour de l'élection présidentielle, par défaut. D'autres préféreront s'abstenir, ou voter blanc.

Mais si la France - et le monde - retient son souffle, c'est parce que l'enjeu colossal, inhérent à tout scrutin présidentiel, est encore exacerbé par la possibilité de voir l'extrême droite prendre le pouvoir. Et diriger une puissance mondiale, membre du conseil de sécurité de l'ONU, dotée de l'arme nucléaire.

Le résultat est scruté de près à l'étranger, où l'on guette avec angoisse une réplique des séismes populistes du Brexit et de l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis. Les dirigeants allemand, espagnol et portugais ont appelé jeudi à choisir le «candidat démocrate».

Un front républicain diminué

A Bruxelles et dans de nombreuses chancelleries, on est d'ores et déjà consterné de voir l'extrême droite, en comptant aussi Eric Zemmour, à un niveau aussi élevé en France. Emmanuel Macron avait promis, lors de son discours du Louvre en 2017, de «tout» faire pour que les électeurs «n'aient plus aucune raison de voter pour les extrêmes».

Non seulement il a échoué mais le front républicain a perdu de sa vigueur. Malgré les tribunes et les appels du spectre politique traditionnel à faire barrage à l'extrême droite. Malgré les efforts de la macronie pour rediaboliser «la dame aux chats», qui a axé sa campagne sur le pouvoir d'achat plutôt que sur l'immigration ou l'insécurité.


TOPSHOT - This photograph taken in Toulouse, southwestern France on April 10, 2022 shows screens displaying TV shows showing the projected results after the close of polling stations in the first round of the French presidential election. (Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP)
Le Luxembourg appelle à faire barrage à l'extrême droite
Plusieurs politiciens luxembourgeois se sont exprimés sur les réseaux sociaux suite aux résultats du premier tour de l'élection présidentielle .

Sacralisé il y a vingt ans face à Jean-Marie Le Pen, patriarche de l'extrême droite française, le front républicain est aujourd'hui concurrencé par un autre front, le «tout sauf Macron». Ecueil récurrent pour tous les sortants, il fonctionne particulièrement bien pour Emmanuel Macron, après un quinquennat émaillé de crises, des «gilets jaunes» au covid-19.

Selon une enquête du Cevipof, 38% des électeurs de Marine Le Pen la choisissent d'abord pour barrer la route à Emmanuel Macron. En faire un «ennemi commun» est tout l'enjeu pour la candidate du RN, résume le politologue Bruno Cautrès.

L'abstention, grande inconnue du scrutin

«Rien n'est joué», insistent les soutiens du président sortant. Histoire de ne pas injurier l'avenir. Mais aussi de conjurer l'abstention qui, selon les experts, sera le grand arbitre du scrutin. Selon Martial Foucault (Cevipof), «plus l'abstention sera forte et plus l'écart des intentions de vote est amené à se réduire», pointant «un vrai risque pour Emmanuel Macron».


A French leftist party La France Insoumise (LFI) presidential candidate Jean-Luc Melenchon's supporter reacts at Cirque D'Hiver in Paris on April 10, 2022, after projected results are announced after the close of polling stations in the first round of the French presidential election. (Photo by Emmanuel DUNAND / AFP)
Une forte abstention, proche du record de 2002
L'abstention au premier tour de la présidentielle dimanche devrait se situer entre 26% et 28,3%, selon les estimations des instituts de sondage, soit un niveau beaucoup plus important qu'en 2017 (22,23%) et juste en dessous du record de 2002, à 28,4%.

Dans l'entre-deux-tours, les deux candidats sont donc partis à la chasse aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième au premier tour. Pour les attirer, Marine Le Pen a nuancé sa position sur le voile pendant qu'Emmanuel Macron a opéré un virage serré à gauche, promettant de faire de l'écologie l'alpha et omega de sa politique.

Pour le reste, la campagne, longtemps occultée par la crise sanitaire puis la guerre en Ukraine, et le débat mercredi ont mis en exergue les divergences profondes entre les deux candidats.

Europe, économie, pouvoir d'achat, relations avec la Russie, retraites, immigration: Marine Le Pen et Emmanuel Macron ne sont d'accord sur à peu près rien. Et semblent incarner plus que jamais deux France. Avec d'un côté, ce que le politologue Jérôme Fourquet appelle «la France triple A, la France instagrammable, celle qui fait rêver tout le monde». Et de l'autre celle «de la relégation».

Un troisième tour dans la rue

Quel que soit le vainqueur, le résultat du scrutin risque de faire beaucoup de déçus. Un troisième tour est prévu dans les urnes en juin, avec les législatives lors desquelles Jean-Luc Mélenchon veut imposer une cohabitation en devenant Premier ministre. L'objectif est ambitieux, mais obtenir une majorité pourrait être difficile pour Marine Le Pen comme pour Emmanuel Macron.

Un autre troisième tour se prépare, dans la rue cette fois, où risquent de converger tous les insatisfaits sur les braises encore chaudes de la crise des «gilets jaunes».


French far-right party Rassemblement National's (RN) presidential candidate Marine Le Pen leads a meeting with her campaign staff members, after the final results of the first round of the Presidential election in Paris, on April 11, 2022. - French president and candidate for his reelection came first in the first round of voting with 27.85 percent and Le Pen came second with 23.15 percent. (Photo by Thomas SAMSON / AFP)
Et si Marine Le Pen gagnait ?
Marine Le Pen a des chances de remporter le second tour le 24 avril. En tant que présidente, elle se rapprocherait de Poutine et ferait exploser l'UE.

Si Emmanuel Macron est réélu, l'automne s'annonce brûlant, notamment sur le front des retraites. Et des pans entiers de la population ne se retrouvent pas dans son programme, notamment la jeunesse qui a accueilli avec beaucoup de circonspection le virage vert du candidat. «Je pense que ce sera un mandat super compliqué», anticipe un cadre de la majorité.

Si c'est Marine Le Pen qui accède l'Elysée, les secousses risquent de se faire ressentir dès dimanche soir. Et dès le lendemain, ce sera la plongée dans l'inconnu.


Sur le même sujet

Deux visages de la France, deux votes aux antipodes, et deux visions du débat télévisé du second tour: dans le très chic 6e arrondissement de Lyon, Emmanuel Macron a été jugé «très efficace» tandis qu'à Hayange, ville symbole de la désindustrialisation, on trouve que Marine Le Pen «a bien parlé».
Chronique de l’élection présidentielle en France
Macron et Le Pen auront besoin des électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Qui est le mieux placé pour les joindre?
Election présidentielle française
Les électeurs français du Grand-Duché ont majoritairement voté pour Emmanuel Macron, suivi ensuite par Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour.
French President and La Republique en Marche (LREM) party candidate for re-election Emmanuel Macron gestures prior to addressing sympathizers after the first results of the first round of France's presidential election at the Paris Expo Porte de Versailles Hall 6 in Paris, on April 10, 2022. - French President Emmanuel Macron leads far-right leader Marine Le Pen in the first round of France's elections on April 10, 2022 by a larger than expected margin, with the rivals now set to battle for the presidency in a run-off later this month, projections showed. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)
Vote du premier tour de l'élection présidentielle française
Les électeurs français résidant au Luxembourg sont venus ce dimanche glisser leur bulletin dans l'urne pour le premier tour de l'élection présidentielle française. Ils regrettent une campagne éclipsée par la guerre en Ukraine.