Changer d'édition

Un Brexit le 31 octobre constitue la «priorité» de Londres
International 7 14.10.2019

Un Brexit le 31 octobre constitue la «priorité» de Londres

Boris Johnson, lors de la séance d'ouverture de la session parlementaire par la reine.

Un Brexit le 31 octobre constitue la «priorité» de Londres

Boris Johnson, lors de la séance d'ouverture de la session parlementaire par la reine.
Photo: AFP/Daniel Leal-Olivas
International 7 14.10.2019

Un Brexit le 31 octobre constitue la «priorité» de Londres

Elizabeth II s'est exprimée ce lundi matin au Parlement, se faisant la voix de Boris Johnson, au moment où les négociations pour parvenir à un accord de Brexit sont dans leur dernière ligne droite.

(AFP) - «La priorité de mon gouvernement a toujours été d'assurer une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 octobre. Mon gouvernement prévoit de travailler à la mise en place d'un nouveau partenariat avec l'Union européenne sur la base du libre-échange et d'une coopération amicale», a déclaré la reine de 93 ans, s'exprimant pour le Premier ministre comme il est de tradition à l'ouverture d'une nouvelle session parlementaire.

Concernant les quelque 3,4 millions d'Européens vivant au Royaume-Uni, le gouvernement s'est engagé à ce qu'«ils aient le droit de rester», a déclaré Elizabeth II. Il souhaite en revanche mettre fin à la libre circulation des citoyens de l'UE après le Brexit, avec un système d'immigration à points dont l'entrée en vigueur est prévue pour 2021.

«Nous n'y sommes pas encore»

Le programme du gouvernement, qui prévoit également de nouveaux régimes en matière de pêche, d'agriculture et de commerce après la sortie de l'UE, sera débattu ces prochains jours avant un vote programmé pour la semaine prochaine. Il reste cependant très hypothétique, des élections semblant inéluctables pour sortir de la crise politique dans laquelle le Brexit a plongé le pays.

Le Royaume-Uni et l'Union européenne sont engagés dans d'ultimes tractations pour tenter de parvenir à un accord de divorce jugé «possible» avant le 31 octobre par le ministre irlandais des Affaires étrangères. «Un accord est possible et c'est possible ce mois-ci. C'est peut-être même possible cette semaine, mais nous n'y sommes pas encore», a déclaré Simon Coveney au Luxembourg lundi, à 17 jours du départ prévu du bloc européen.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La démission de May contre l'adoption du Brexit
La Première ministre britannique Theresa May a promis mercredi de quitter ses fonctions si son accord de Brexit était adopté, tentant désespérément de convaincre un Parlement qui a dit non à tous les scénarios possibles.
Theresa May: «Je suis prête à quitter ce poste plus tôt que prévu».
May une nouvelle fois «humiliée» par les députés
La presse britannique était sévère, mardi, après le vote lundi soir au Parlement d'un amendement permettant aux élus d'influer sur le processus du Brexit. Un vote qui complique encore un peu plus une affaire mal engagée.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Minister for the Cabinet Office and Chancellor of the Duchy of Lancaster David Lidington (L), Britain's Prime Minister Theresa May (C) and Britain's Chancellor of the Exchequer Philip Hammond (R) listening to questions in the House of Commons in London on March 25, 2019 on the next steps that parliament will take in the Brexit process. - Prime Minister Theresa May admitted Monday she had still not secured the votes needed to get her Brexit deal through parliament, raising again the prospect that Britain could crash out of the European Union in two weeks' time. (Photo by Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR/ UK Parliament"
Semaine cruciale pour le Brexit
Theresa May réunit lundi matin son gouvernement à l'entame d'une semaine stratégique pour le Brexit, qui pourrait voir le Parlement britannique dicter ses desiderata sur le processus de sortie de l'UE face à une Première ministre aux abois.
Le Royaume Uni peut-il simplement renoncer au Brexit?
La justice européenne a estimé lundi que Londres pouvait tout simplement renoncer au Brexit, au moment où Theresa May entamait une semaine de la dernière chance pour tenter de sauver l'accord de sortie conclu avec Bruxelles et son avenir au 10 Downing Street.
Un travailleur balaie les feuilles sur le parvis du 10, Downing Street à Londres, adresse du Premier ministre anglais.