Changer d'édition

Un bol d’oxygène pour le PS francophone belge
International 3 min. 15.03.2018 Cet article est archivé

Un bol d’oxygène pour le PS francophone belge

Elio Di Rupo à la quatrième place du classement des personnalités préférées des Wallons.

Un bol d’oxygène pour le PS francophone belge

Elio Di Rupo à la quatrième place du classement des personnalités préférées des Wallons.
AFP
International 3 min. 15.03.2018 Cet article est archivé

Un bol d’oxygène pour le PS francophone belge

De manière inattendue, un sondage indique une remontée des socialistes d’Elio Di Rupo à quelques mois des élections.

Par Max Helleff (Bruxelles)

On le disait moribond: le Parti socialiste francophone d’Elio Di Rupo paraissait usé par le pouvoir et les scandales, promis à connaître le destin tragique des autres partis sociaux-démocrates européens. En réalité, il n’en serait rien si l’on en croit le dernier «Grand baromètre» diffusé ces derniers jours par plusieurs médias belges. 

Selon ce sondage, le Parti socialiste reprend vigueur en Wallonie. Il remonte de 19,5 % à 23,9% des intentions de vote, stoppant net sa descente aux enfers. Ce soubresaut est suffisamment significatif pour être souligné. 

Plusieurs raisons peuvent l’expliquer: le souvenir du scandale Publifin s’estompe, le PS a fait le ménage dans ses rangs et a rétabli partiellement la confiance, les gens craignent pour leurs droits acquis (pension, chômage, etc.) qu’ils pensent menacés par le gouvernement fédéral du libéral Charles Michel… 

Il faut y ajouter un élément plus personnel: l’ex-ministre-président wallon et socialiste Paul Magnette - le «héros du Ceta» - reste le chouchou de l’électeur au sud du pays. Quant à son chef de file Elio Di Rupo, il a choisi de se consacrer pleinement à la présidence du PS en vue des communales (octobre prochain) et des législatives (mai 2019). 

Cette stratégie paie, puisque Di Rupo s’accroche à la quatrième place du classement des personnalités préférées des Wallons.Les socialistes ne doivent toutefois pas se réjouir trop vite. En meilleure forme en Wallonie, ils continuent à descendre à Bruxelles où un autre scandale d’ampleur - le Samusocial - a laissé un souvenir amer chez bien des électeurs. 

Autant dire que s’ils veulent revenir au pouvoir, les «rouges» devront se trouver un partenaire de coalition solide. Les communistes du PTB? Cette voie n’a jamais été officiellement ouverte par le PS. 

Le PTB, parti qui n’a pas renoncé à ses influences marxistes-léninistes et maoïstes, passe de surcroît pour populiste et inexpérimenté. Après avoir aligné des sondages très favorables, il recule désormais en Wallonie comme à Bruxelles.La solution pourrait donc venir d’Ecolo. En Flandre comme en Belgique francophone, les partis verts sont à la fête depuis plusieurs mois déjà. 

Le «Grand Baromètre» confirme leur bonne forme. Le plaidoyer permanent d’Ecolo en faveur d’une meilleure gouvernance paie en Wallonie (de 11 à 13,5 %) comme à Bruxelles  (de 12,8 % à 13,5 %). Précision: aucun mandataire écologiste n’a été impliqué dans les différentes affaires qui ont secoué le landerneau politique francophone belge au cours de l’année écoulée.

Rien ne dit toutefois qu’une hypothétique alliance entre socialistes et écologistes suffirait à renverser la vapeur au lendemain des législatives de mai 2019. Le Mouvement réformateur (MR, libéral) de Charles Michel limite en effet la casse en Wallonie où il se classe second parti. Il reprend même la tête à Bruxelles au moment où le libéral Didier Reynders n’hésite pas à évoquer une alliance future avec la N-VA de Bart De Wever. Or faire entrer les nationalistes flamands dans le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale constituait jusqu’ici un tabou pour les francophones ... 

Enfin, selon ce sondage, la N-VA reste de loin le premier parti de Flandre et de Belgique. Elle sera donc incontournable lors des négociations qui conduiront à la formation du prochain  gouvernement belge. Elle refusera alors selon toute logique de côtoyer son ennemi de toujours: le PS «wallon».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le triomphe des écologistes en Wallonie et à Bruxelles est annoncé, selon le dernier sondage de l'institut Kantar relayé par plusieurs médias francophones et flamands.
Le parti «Ecolo» pourrait rafler tous les suffrages.