Changer d'édition

Un bol d’oxygène pour l’école belge
International 3 min. 27.01.2022
Pandémie en Belgique

Un bol d’oxygène pour l’école belge

Selon le Segec, presque 30 % des élèves manquent à l’appel et 15 % des classes sont fermées à Bruxelles et en Wallonie.
Pandémie en Belgique

Un bol d’oxygène pour l’école belge

Selon le Segec, presque 30 % des élèves manquent à l’appel et 15 % des classes sont fermées à Bruxelles et en Wallonie.
Photo: Marijan Murat/dpa
International 3 min. 27.01.2022
Pandémie en Belgique

Un bol d’oxygène pour l’école belge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La suppression de la quarantaine doit ramener de la stabilité dans des classes devenues ingérables.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - La situation dans les écoles belges est problématique. De nombreux établissements scolaires ont fermé un peu partout dans le pays. Le mouvement s’accélère, surtout en Flandre. Jusqu’à ce mercredi, la règle voulait qu’une classe ferme lorsque le seuil de quatre élèves contaminés sur une période de sept jours était atteint.


Le dossier de l'atome soulève tous les antagonismes du pays, entre partis, entre régions, entre scientifiques. Mais De Croo doit trancher.
La Belgique se donne un « baromètre corona »
L’ouverture et la fermeture de certains secteurs seront désormais fonction de phases pandémiques préalablement définies.

Le pari pris par les autorités belges de garder coûte que coûte les écoles ouvertes tutoie ses limites. Les contaminations dues au variant omicron s’envolent. Le tracing est débordé.

Selon le Secrétariat général de l’enseignement catholique (Segec), un enseignant sur cinq a été absent ces derniers jours; presque 30 % des élèves manquent à l’appel et 15 % des classes sont fermées à Bruxelles et en Wallonie. « La situation s’est profondément et rapidement détériorée au cours des deux dernières semaines », a analysé le responsable du Segec Étienne Michel sur les ondes de la radio Première. « Parmi les écoles primaires qui ont répondu (aux questions), 69 établissements et 847 classes sont actuellement fermés. On estime que, dans l’enseignement fondamental catholique, une centaine d’écoles et sans doute plus de 1.000 classes sont actuellement fermées. » La situation n’est guère meilleure dans le secondaire.

Comme d’autres, le Segec a demandé une adaptation des règles. Les directions d’école sont au bord de la crise de nerfs tant la pandémie leur impose de naviguer à vue. Les profs et les parents ne savent plus à quel saint se vouer. L’école ne veut plus être l’amortisseur social qui doit permettre aux parents de continuer à travailler, aux entreprises de  tourner, tout en veillant à l’instruction et à la santé mentale des enfants.


ARCHIV - 08.07.2020, Baden-Württemberg, Marbach am Neckar: Eine Mund-Nasen-Bedeckung liegt während einer Unterrichtsstunde einer fünften Klasse des Friedrich-Schiller Gymnasiums neben einem Mäppchen und Schulbüchern auf einem Schultisch. (zu dpa «Coronavirus - Masken an Schulen») Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les infections explosent avec la rentrée
Passé le 3 janvier, le taux d'incidence du virus a bondi de 195% parmi les 0-14 ans. De quoi sérieusement bousculer le fonctionnement scolaire en ce début de deuxième trimestre.

Mercredi, les différents ministres en charge de la Santé et de l'Éducation se sont retrouvés pour discuter d'une adaptation des règles sanitaires dans les écoles.  Les discussions ont été rompues avant de reprendre en soirée, signe de la sensibilité du dossier. En fin de compte, seuls les enfants et les adolescents qui sont malades du covid devront désormais rester en quarantaine à la maison. La règle des quatre contaminés est abrogée. Un élève asymptomatique qui a eu un contact à haut risque dans son entourage peut continuer à fréquenter l’école.

A défaut d’un tracing performant, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke demande aux parents de tester eux-mêmes leurs enfants afin de prendre le virus de vitesse. Mais les autotests ne sont pas toujours fiables et coûtent cher aux familles – le prix varie entre 3,5 et 7 euros l’unité. Leur gratuité fait actuellement débat au niveau ministériel.

Vers des autotests gratuits ?

Mercredi, une motion communiste visant à garantir la distribution gratuite de deux autotests contre le covid par semaine a été rejetée par la majorité (socialistes, écologistes, libéraux) au pouvoir en fédération Wallonie-Bruxelles.

Les différents ministres de l’Enseignement voudraient que ce coût soit supporté par le fédéral. Ils plaident ainsi pour la mise à disposition de quatre autotests par semaine (vendu 1 euro la pièce) par enfant.

Ces tractations se déroulent dans le contexte d’inquiétude qui a eu tôt fait de gommer la récente embellie sanitaire. En une semaine, les hospitalisations de malades du covid ont augmenté de 51%. 25 décès sont attribués en moyenne au covid chaque jour (+20%). On compte un peu plus de 49.000 contaminations journalières (+77%). Seule bonne nouvelle : les unités hospitalières de soins intensifs continuent à se vider (-6%).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les absences pour cause de maladie dans les écoles ne sont pas un phénomène nouveau pendant l'hiver, a déclaré le ministre Meisch. Cette fois-ci, le défi est néanmoins plus compliqué, a-t-il confié.
Für die Regierung gilt, die Schulen unter allen Umständen offen zu halten. Das gewährleistet jedoch längst keinen geregelten Schulbetrieb.
Les adolescents luxembourgeois n'ont pas échappé à la propagation des fausses informations entourant la pandémie. Mais contrairement à leurs aînés, ils sont majoritairement mieux préparés à les affronter.
11.01.2021, Schleswig-Holstein, Kiel: Eine Schülerin einer 12. Klasse schreibt während einer Unterrichtsstunde an der Max-Planck-Schule auf ihrem Tablet. Seit heute gelten auch in Schleswig-Holstein strengere Maßnahmen zur Eindämmung des Coronavirus. Dazu gehört unter anderen die Einschränkung des Schulunterrichts, Präsenzunterricht ist in Schleswig-Holstein nur für Abschlussjahrgänge vorgesehen. Foto: Gregor Fischer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
S'il est reconnu que 12 clusters covid-19 ont bien été repérés dans les écoles et lycées du pays, les ministères de la Santé et de l'Education persistent à vouloir convaincre que ce n'est pas en classe que le virus s'est transmis. Convaincu?