Changer d'édition

Un baptême étudiant fatal émeut la Belgique
International 3 min. 06.08.2021
Justice

Un baptême étudiant fatal émeut la Belgique

Les membres du cercle estudiantin mis en cause dans le décès de Sanda Dia risquent jusqu’à dix ans de prison.
Justice

Un baptême étudiant fatal émeut la Belgique

Les membres du cercle estudiantin mis en cause dans le décès de Sanda Dia risquent jusqu’à dix ans de prison.
Photo : DR
International 3 min. 06.08.2021
Justice

Un baptême étudiant fatal émeut la Belgique

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Un rite de passage organisé par des fils de bonne famille avait conduit à la mort d’un jeune métis de 20 ans, Sanda Dia. Cette affaire de 2018 va bientôt être jugée.

De notre correspondant MAX HELLEFF (Bruxelles) - La chambre du conseil de Hasselt a décidé, jeudi soir, de renvoyer devant le tribunal correctionnel 18 membres du cercle estudiantin «Reuzegom» à la suite d’un baptême qui avait mal tourné voilà trois ans maintenant, causant la mort de Sanda Dia, un jeune métis de 20 ans.

«Cela comprend l’homicide involontaire, l’administration de substances nuisibles ayant entraîné la mort, l’administration de substances nuisibles ayant entraîné une incapacité de travail, traitement dégradant, négligence coupable et encore des violations de la loi sur le bien-être animal réparties sur trois chefs d’inculpation», a-t-il été précisé.

Le New York Times a donné une publicité internationale à cette affaire qui émeut aujourd'hui toute la Belgique. Le 7 décembre 2018, Sanda Dia est décédé après avoir été gravement maltraité durant son baptême alors qu’il venait de s’inscrire à l'université flamande KULeuven. Selon le quotidien De Morgen, sa température corporelle n’excédait pas les 28ºC lorsqu’il est arrivé l’hôpital.

Longtemps, l’affaire a été couverte d’un voile pudique. Mais jeudi, le parquet a requis et obtenu le renvoi en correctionnel de 18 membres du Reuzegom à l’origine de ce que certains ont désigné comme des actes de torture. L’étudiant avait notamment ingurgité une forte quantité d'alcool et d'huile de poisson. Un recours reste toutefois possible pour contester la décision de la justice.

Désormais dissous, le Reuzegom avait la réputation d’être un club anversois «assez fermé», fondé par une véritable star politique du Plat Pays : le nationaliste Hugo Schiltz. Selon certaines sources citées par la presse, le cercle passerait pour être extrêmement conservateur. Il aurait refusé par le passé de signer une charte destinée à mieux encadrer les baptêmes.

Jeunesse dorée

«Les Reuzegommers, écrit Le Soir, sont connus pour leur goût de la castagne et du binge drinking. Ils sont également depuis longtemps dans le viseur de l’association Gaïa, à cause d’actes de cruauté commis lors de baptêmes. Ainsi, en 2009, dans une séquence qui a été filmée, on pouvait voir des membres du club abattre un cochon à l’aide d’une arme à feu.»

Un jeune métis pauvre torturé par des gosses blancs issus de la riche bourgeoisie flamande : il n’en fallait pas davantage pour polariser l’opinion autour de cette affaire. Des propos racistes à l’égard de l’étudiant décédé ont également été rapportés.

Racisme et violence de classe

Surtout, les protections dont bénéficient les fils de bonne famille du Reuzegom leur auraient permis tout un temps d’éviter les foudres des autorités de la KULeuven. Sous la pression, des expulsions de l’université ont finalement été décidées. Maintenant, c’est un tribunal qui devra mettre en lumière les faits, mais aussi l’état d’esprit d’une certaine jeunesse privilégiée.

L’affaire fait grand bruit, écrit encore Le Soir, «parce qu’elle est lue, pour beaucoup, par le prisme du racisme et de la violence de classe. Un étudiant noir, fils d’un demandeur d’asile sénégalais, se retrouvant victime d’un baptême organisé par une bande de golden boys machos, blancs et issus d’un milieu privilégié…»

Les baptêmes estudiantins ont plusieurs fois défrayé la chronique judiciaire ces dernières années. Ainsi, cinq «parrains» d’un étudiant décédé comparaissent en ce moment devant le tribunal correctionnel de Liège pour homicide involontaire par défaut de prévoyance et de précaution. La victime s’était étouffée après avoir bu le verre d’eau salée qui devait lui faire vomir la masse d’alcool préalablement ingurgitée. Les étudiants qui devaient l’encadrer rejettent toute responsabilité.

Le procureur doit requérir en septembre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plusieurs affaires ont conduit ces dernières semaines les autorités académiques à réguler les activités folkloriques estudiantines.
About 300 French university and high school students are held back by French police inside the train station in Nantes, western France, before they could interrupt rail traffic April 3, 2006. Students and unions in France prepare for a general strike with demonstrations to protest the First Job Contract law (CPE) throughout the country on Tuesday.  REUTERS/Daniel Joubert
Bien que le Luxembourg n'ait jamais eu de colonies, sa proximité avec la Belgique et les Pays-Bas et sa Place financière l'ont lié à ce pan de l'histoire. Deux organisations travaillent à la reconnaissance officielle de ce passé et de ses injustices.
 Wegmarken des Kolonialismus in Luxemburg: Die ehemalige „Mohrenapotheke“ in der Oberstadt (Archivbild aus dem Jahr 2009) mit einer Darstellung des Exoten aus der Sicht des Europäers.
Mandaté par la Chambre des députés et le ministère de la Famille, le Liser lancera mi-juin une vaste enquête sur les perceptions des discriminations au Luxembourg. Le but: balayer le plus large possible.
Ils étaient nombreux à répondre à l'appel lancé par l'association Lëtz Rise Up.