Changer d'édition

Un an après, l'origine du covid-19 reste inconnue
International 5 min. 01.12.2020

Un an après, l'origine du covid-19 reste inconnue

Malgré les mesures sanitaires strictes mises en place, la pandémie a fait près de 1,5 million de morts en douze mois à travers le monde.

Un an après, l'origine du covid-19 reste inconnue

Malgré les mesures sanitaires strictes mises en place, la pandémie a fait près de 1,5 million de morts en douze mois à travers le monde.
Photo: AFP
International 5 min. 01.12.2020

Un an après, l'origine du covid-19 reste inconnue

Combattre le virus, c'est se projeter vers l'avenir en créant des vaccins, mais aussi regarder en arrière pour tenter de retracer l'origine de cette nouvelle maladie, un an après son émergence en Chine. Une quête minutieuse, à l'issue incertaine.

(AFP) - De quand date le Covid-19? On ne peut le dire avec certitude. Tout ce qu'on sait, c'est que les premiers cas ont été repérés dans la ville chinoise de Wuhan il y a un an, avant que la maladie gagne l'Asie puis le monde. «On pense que les premiers cas à Wuhan datent de début décembre», souligne l'OMS (Organisation mondiale de la santé) sur son site internet. 

«Mais l'endroit où une épidémie est d'abord détectée n'est pas forcément celui où elle a démarré», ajoute l'OMS, selon laquelle «on ne peut pas exclure que le virus ait circulé ailleurs, silencieusement». Ces derniers mois, des chercheurs de différents pays ont assuré que des cas étaient passés inaperçus bien avant décembre 2019, en se basant sur des analyses d'eaux usées ou sur des tests a posteriori d'échantillons sanguins. 


Healthcare workers listen as Chief of Staff Doctor Joseph Varon talks to them in the Covid-19 ward at United Memorial Medical Center in Houston, Texas on December 4, 2020. - Joseph Varon, a doctor treating coronavirus patients at a Texas hospital, was working his 252nd day in a row when he spotted a distraught elderly man in the Covid-19 intensive care unit (ICU). Varon's comforting embrace of the white-haired man on Thanksgiving Day was captured by a photographer for Getty Images and has gone viral around the world. (Photo by Mark Felix / AFP)
La barre des 350 décès franchie
Trois nouvelles victimes viennent s'ajouter au bilan du covid au Grand-Duché au dernier bilan officiel. Plus réconfortant : moins de 200 malades infectés sont actuellement pris en charge.

Mais ces affirmations n'ont «pas été confirmées», nuance Etienne Simon-Lorière, responsable de l'unité de génomique évolutive des virus à ARN à l'Institut Pasteur (Paris). Pour dresser l'arbre généalogique du virus, les chercheurs s'appuient notamment sur la génétique. 

Ces analyses «permettent de mieux comprendre les dynamiques de transmission, en particulier la façon dont le virus a pu évoluer dans le temps et comment plusieurs foyers d'infection peuvent être liés entre eux», selon l'OMS. Cette dernière a monté une équipe internationale dont la mission est de remonter aux origines du virus. Elle devra à la fois enquêter sur les animaux suspects et sur la façon dont les premiers malades ont pu être infectés. 

Comment le virus est-il né? 

Les scientifiques s'accordent à dire que la maladie a une origine animale. «Le gros point d'interrogation, c'est ce qui a amené au transfert vers l'homme», explique Etienne Simon-Lorière à l'AFP. Selon toute vraisemblance, l'animal à l'origine du virus est la chauve-souris, «un réservoir majeur pour les coronavirus», ajoute-t-il. 

Reste à connaître l'animal intermédiaire, puisqu'il est peu probable que le virus SARS-CoV-2 soit passé directement de la chauve-souris à l'homme. Le pangolin a très tôt été désigné comme suspect, sur la base d'analyses génétiques. Mais on n'est pas sûr qu'il s'agisse bien de lui. La mission de l'OMS devra éclaircir ce point, en enquêtant sur d'autres animaux vendus au marché de Huanan à Wuhan, auquel la plupart des premiers cas étaient liés. 


(FILES) In this file photo a flu vaccine is administered at a walk-up Covid-19 testing site, November 24, 2020, in San Fernando, California, just northeast of the city of Los Angeles. - America should prepare for a "surge upon a surge" in coronavirus cases as millions of travelers return home after the Thanksgiving holiday, top US scientist Anthony Fauci warned on November 29, 2020. The United States is the worst-affected country, with 266,074 Covid-19 deaths, and President Donald Trump's administration has issued conflicting messages on mask-wearing, travel and whether the outbreak is under control. (Photo by Robyn Beck / AFP)
Moderna prête à commercialiser son vaccin
La société américaine a annoncé qu'elle déposerait lundi des demandes d'autorisations conditionnelles de son vaccin contre le covid-19 aux Etats-Unis et en Europe. Des résultats complets ont confirmé une haute efficacité, estimée à 94,1%.

«Il se peut que l'intermédiaire soit un animal qui a un récepteur du virus très proche de celui qu'on voit chez l'homme», note Etienne Simon-Lorière. Ce récepteur est une protéine appelée ACE2, à laquelle le virus s'accroche pour entrer dans les cellules. Or, la famille des mustélidés (visons, furets, etc.) possède un récepteur très proche de celui de l'humain, ce qui n'est pas le cas d'autres animaux. Pour autant, rien ne dit qu'on trouvera la réponse. 

«L'introduction d'un nouveau virus dans la population humaine est l'un des plus grands mystères qu'un épidémiologiste puisse espérer éclaircir», souligne l'OMS. «C'est un jeu de piste très aléatoire. Pour Ebola, on n'a jamais réussi à trouver», renchérit Etienne Simon-Lorière. 

Et le laboratoire? Au printemps, sur fond de tensions diplomatiques, le président américain Donald Trump avait affirmé que le virus avait pu accidentellement s'échapper d'un laboratoire spécialisé de Wuhan. La Chine avait rejeté ces accusations, mais le débat est récurrent. «Tant qu'on n'aura pas trouvé l'hôte intermédiaire, cette hypothèse d'un échappement accidentel ne peut être écartée», a récemment estimé le virologue Etienne Decroly sur le site du centre français de recherche CNRS. 

«C'est un scénario qu'on est obligé de lister, même si ça semble peu plausible en pratique, car ça supposerait beaucoup de cachotteries et de mensonges», juge Etienne Simon-Lorière. En revanche, la communauté scientifique exclut une autre hypothèse brandie par les milieux complotistes, selon laquelle le coronavirus aurait été fabriqué en laboratoire. «Tous les éléments de son génome ont déjà été observés dans la nature, principalement dans des coronavirus de chauve-souris. Il n'y a donc aucune indication qu'il ait pu être fabriqué par l'homme», selon Etienne Simon-Lorière. 


Illustration, Corona, Covid-19 Krise, verkaufsoffener Sonntag,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le Luxembourg, pays le moins vulnérable à la pandémie
Même si la deuxième vague de covid-19 n'épargne pas le Grand-Duché, ses effets à moyen et long terme devraient être minimes, selon les conclusions publiées lundi du Pandemic vulnerability index. Celui-ci compare l'impact de la pandémie sur les structures du pays.

Quels délais pour la mission de l'OMS? Après l'envoi d'une équipe de reconnaissance en juillet, l'OMS espère que son équipe pourra «bientôt» se rendre sur le terrain en Chine, a-t-elle indiqué le 23 novembre. Mais la science n'est pas tout, et des considérations diplomatiques entrent en ligne de compte. Les Etats-Unis ont accusé Pékin de cacher des choses et l'OMS de trop se plier à la volonté des autorités chinoises. 

D'autres Etats membres de l'OMS, tout en étant moins critiques, soupçonnent Pékin de freiner le processus. «Nous voulons connaître l'origine et nous ferons tout pour la connaître», a promis lundi le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. «Il n'y a rien à cacher», a-t-il martelé, en déplorant que certains aient «politisé» cette «question technique». - Pourquoi l'origine compte-t-elle? «Comprendre comment une épidémie a commencé est essentiel pour prévenir d'autres introductions de virus dans la population humaine», souligne l'OMS. Le but est de «mettre en place des mesures pour éviter des émergences d'un nouveau SARS-CoV-3, 4, etc.», commente Etienne Simon-Lorière. 

Ces mesures consisteraient à «modifier nos façons d'être en contact avec les animaux à partir desquels une émergence est possible», par exemple en interdisant certains types d'élevages. Lors de l'épidémie de Sras en 2002, l'interdiction de la consommation des civettes et la fermeture des élevages avaient contribué à empêcher la réintroduction du virus chez l'humain. Ce petit mammifère consommé en Chine avait été identifié comme l'hôte intermédiaire du coronavirus responsable de cette épidémie-là. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La barre des 350 décès franchie
Trois nouvelles victimes viennent s'ajouter au bilan du covid au Grand-Duché au dernier bilan officiel. Plus réconfortant : moins de 200 malades infectés sont actuellement pris en charge.
Healthcare workers listen as Chief of Staff Doctor Joseph Varon talks to them in the Covid-19 ward at United Memorial Medical Center in Houston, Texas on December 4, 2020. - Joseph Varon, a doctor treating coronavirus patients at a Texas hospital, was working his 252nd day in a row when he spotted a distraught elderly man in the Covid-19 intensive care unit (ICU). Varon's comforting embrace of the white-haired man on Thanksgiving Day was captured by a photographer for Getty Images and has gone viral around the world. (Photo by Mark Felix / AFP)
Le Luxembourg, pays le moins vulnérable à la pandémie
Même si la deuxième vague de covid-19 n'épargne pas le Grand-Duché, ses effets à moyen et long terme devraient être minimes, selon les conclusions publiées lundi du Pandemic vulnerability index. Celui-ci compare l'impact de la pandémie sur les structures du pays.
Illustration, Corona, Covid-19 Krise, verkaufsoffener Sonntag,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le fondateur de Luxfactory emporté par le covid
Agé de 50 ans, Jérôme Grandidier luttait depuis plusieurs semaines contre le virus qui a fait douze victimes ce week-end. Il était notamment connu pour avoir envoyé de nombreuses start-up luxembourgeoises au CES de Las Vegas.
Jérôme Grandidier (Fédération luxembourgeoise des Startups), souhaite une loi qui encadre mieux les faillites au Luxembourg.
Nouveaux foyers de coronavirus en Asie
L'apparition de nouveaux cas de contamination en Corée du Sud, en Iran, ainsi que dans des prisons chinoises, relance ce vendredi les inquiétudes sur la propagation d'une épidémie qui a déjà fait plus de 2.200 morts.
Si le nombre de nouveaux cas quotidiens en Chine avait baissé durant quatre jours consécutifs, il est reparti à la hausse