Changer d'édition

Un accueil «contrôlé» des réfugiés afghans
International 3 2 min. 18.08.2021
Crise Afghanistan

Un accueil «contrôlé» des réfugiés afghans

Le premier vol de Lufthansa transportant 130 évacués afghans a atterri ce mercredi matin à Francfort.
Crise Afghanistan

Un accueil «contrôlé» des réfugiés afghans

Le premier vol de Lufthansa transportant 130 évacués afghans a atterri ce mercredi matin à Francfort.
Photo: AFP
International 3 2 min. 18.08.2021
Crise Afghanistan

Un accueil «contrôlé» des réfugiés afghans

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
S'ils ont annoncé leur intention de répondre «à un devoir d'humanité», les gouvernements français et allemand entendent limiter l'accès à leur territoire, pour éviter une nouvelle crise migratoire. Jean Asselborn s'est engagé à accueillir une douzaine de personnes évacuées.

Trois jours après la prise de la capitale afghane par les talibans, l'Union européenne tente de faire front commun dans la gestion de la crise. Si l'évacuation des ressortissants et les futures relations avec les forces en présence ont été évoquées, plusieurs chefs d'Etat se sont déjà positionnés sur l'accueil des réfugiés.

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré lors d'une allocution télévisée vouloir «anticiper» la fuite de milliers d'Afghans et «protéger la France contre des flux migratoires irréguliers importants». Il a notamment précisé vouloir accueillir en priorité «quelques dizaines d'Afghans qui ont aidé la France».

A Thionville, Nancy, Strasbourg ou encore Lyon, des maires ont déjà fait part de leur intention d'accueillir ceux «qui cherchent refuge en France», assurant avoir «les capacités d'accueillir dignement». 

La chancelière allemande s'est également positionnée en faveur d'un accueil «contrôlé» des réfugiés «particulièrement vulnérables». Angela Merkel souhaite en effet que l'UE trouve d'abord des solutions régionales, pour accueillir les Afghans en détresse dans les pays voisins. «Dans un deuxième temps, nous pourrons réfléchir à la question de savoir si les personnes particulièrement vulnérables doivent venir en Europe», a-t-elle précisé lors d'une conférence de presse. Le premier vol de Lufthansa transportant 130 évacués afghans a atterri ce mercredi matin à Francfort.

La chancelière souhaite éviter que le scénario de 2015 et l'afflux de plus d'un million de demandeurs d'asile, ne se reproduise. L'ouverture des frontières allemandes aux réfugiés syriens avait en effet déstabilisé le camp conservateur sur la scène politique nationale, au profit de l'extrême droite. 

A l'échelle européenne, 300 à 400 personnes devraient être évacuées et réparties dans les différents Etats membres. Parmi elles, «une douzaine d'Afghans ayant travaillé pour l'UE et l'OTAN» devraient se rendre au Luxembourg, a indiqué mardi soir Jean Asselborn (LSAP) à nos confrères de L'Essentiel

A l'issue d'une réunion avec ses homologues européens, le ministre  des Affaires étrangères luxembourgeois a précisé dans un communiqué qu'il s'agissait «d'une obligation morale» d'assister ceux qui «ont travaillé pour l'UE et qui risquent de perdre la vie». 

A noter que trois jours avant la prise de Kaboul par les talibans, le ministre luxembourgeois s'était indigné de la demande de six Etats membres (dont la Belgique et l'Allemagne) de ne pas suspendre les expulsions de migrants afghans. «Il n'y a aucune garantie que les personnes expulsées ne tomberont pas entre les mains des talibans», avait-il déclaré.


Quatre Luxembourgeois restent bloqués en Afghanistan
Le ministère de la Défense a confirmé l'envoi de l'A400M belgo-luxembourgeois pour rapatrier ces résidents mais aussi des Afghans habitant au Grand-Duché et des employés de l'OTAN.

Pendant que les Etats européens cherchent une issue commune, le gouvernement britannique a quant à lui pris sa décision. Le Premier ministre Boris Johnson a en effet annoncé son intention d'accueillir 20.000 réfugiés afghans sur le long terme, dont 5.000 la première année, sans donner de calendrier précis. La Chambre des communes doit se réunir ce mercredi pour définir les modalités.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Commission européenne a présenté mercredi une stratégie pour renforcer ses frontières extérieures et éviter que se perpétuent les contrôles au sein de cette zone de libre circulation introduits par plusieurs pays depuis 2015 et accentués par la pandémie.
Kultur, Ein Platz, Eine Geschichte - Place de l’accord Schengen, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Durcissement sur les renvois des migrants irréguliers, contrôles accrus aux frontières extérieures, accélération des procédures: Bruxelles a dévoilé ce mercredi une réforme de l'asile accusée par les ONG de céder aux pays les plus hostiles à l'accueil des réfugiés.
Migrants walk along a road near a temporary camp in Lesbos on September 17, 2020 as police began an operation to rehouse thousands of homeless migrants at a new site after their camp was destroyed by fire last week. (Photo by Manolis Lagoutaris / AFP)
Jean Asselborn voit le modèle européen en danger. La crise des réfugiés a divisé l’Union européenne avec notamment la montée en puissance des forces nationalistes. « Ce n’est pas l’Europe que nous voulons et dont nous avons besoin », a-t-il déclaré mardi à la Chambre des députés à l’occasion de sa déclaration sur la politique étrangère et européenne.
8.3.IPO / Chamber/ Jean Asselborn , Bericht Aussen- und Europapolitik Foto:Guy Jallay
Nouvelle intervention du gouvernement
De nombreux Luxembourgeois se sont adressés au Premier ministre pour savoir comment ils peuvent venir en aide aux réfugiés qui affluent. Ils sont prêts à les accueillir chez eux. Xavier Bettel a missionné la ministre de la Famille pour voir dans quel cadre légal ce serait possible.