Changer d'édition

Un accord à portée de main?
International 4 min. 09.12.2015 Cet article est archivé
Conférence sur le climat

Un accord à portée de main?

Des zones d'ombres subsistent encore quant à la signature d'un protocole d'accord sur le climat.
Conférence sur le climat

Un accord à portée de main?

Des zones d'ombres subsistent encore quant à la signature d'un protocole d'accord sur le climat.
REUTERS
International 4 min. 09.12.2015 Cet article est archivé
Conférence sur le climat

Un accord à portée de main?

Un nouveau projet de texte, pour sceller un pacte contre les conséquences les plus dramatiques du réchauffement de la planète, est attendu mercredi à l'issue de tractations entre les 195 pays et permettra de mesurer le chemin à parcourir avant l'accord final.

(AFP) - Un nouveau projet de texte, pour sceller un pacte contre les conséquences les plus dramatiques du réchauffement de la planète, est attendu mercredi à l'issue de tractations entre les 195 pays et permettra de mesurer le chemin à parcourir avant l'accord final.

"On attend beaucoup de ce nouveau texte, c'est le premier depuis samedi", a commenté Matthieu Orphelin de la Fondation Nicolas Hulot.

"Il va falloir en évaluer le niveau d'ambition car si la méthode de travail, saluée par tous, est bonne, mais que l'accord n'est pas à la hauteur, ce ne sera pas du tout satisfaisant", a ajouté le porte-parole de l'ONG.

Selon Pierre Cannet du WWF, "la France se montre habile, ménage les susceptibilités des uns et des autres et il n'y a pas eu de clash sur la manière de procéder". "Mais si cette fluidité sert la conclusion d'un accord, elle ne sert pas forcément son ambition", prévient-il également.

"Nos experts craignent que les négociateurs se mettent d'accord sur le plus petit dénominateur commun sur plusieurs sujets clés", a même avancé Oxfam dans un communiqué.

La nouvelle mouture du projet d'accord a été couchée sur le papier dans la nuit par la présidence française, à partir des rapports des facilitateurs qui ont dirigé depuis dimanche soir plusieurs groupes de travail.

"Je me suis engagé à remettre à 13h un nouveau texte, plus court, comprenant moins d'options et sur lequel mes collaborateurs et moi même travailleront toute la nuit", avait indiqué mardi soir à la presse Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères et président de cette COP21.

Mercredi matin, le secrétariat de la Convention climat de l'ONU a annoncé que le texte ne serait finalement présenté qu'à 15h, sans donner d'explications.

L'accueil du nouveau document constituera un test pour la présidence française de la conférence du Bourget, dont tous les pays ont salué jusqu'ici la manière de conduire les débats.

Si les pays acceptent de négocier sur la base de ce nouveau document, un long tunnel de discussion va s'engager mercredi après-midi, une fois que les ministres l'auront analysé et qu'ils se retrouveront pour trancher les nombreux points encore en débat.

Longue nuit en perspective

"On fera en fin d'après-midi une réunion du 'comité de Paris' (séance plénière avec tous les pays) et ensuite on doit se préparer à avoir des négociations dès ce soir, cette nuit", a déclaré à l'AFP Laurent Fabius, mercredi matin.

Le ministre français compte sur une adoption finale de l'accord de Paris vendredi à 17h.

Selon James Fletcher, ministre de l'Energie de Sainte-Lucie et l'un des facilitateurs des groupes de travail thématiques, "c'est un jour décisif et je pense que la nuit va être très longue".

De nombreux points restent en effet problématiques.

Quels objectifs de long terme inscrire dans l'accord concernant la trajectoire vers une économie bas carbone? Quand revoir les objectifs d'émissions de gaz à effet de serre des Etats, qui sont à ce jour insuffisants pour limiter la hausse de la température en deçà de 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle? Comment garantir la transparence des actions des nations?

Autre sujet majeur de friction: l'aide financière aux pays du Sud pour faire face au réchauffement dont ils sont les premières victimes. Comment la comptabiliser (prêts, dons...) et quels pays doivent contribuer?

Les pays émergents, Inde en tête, ont dit mardi être déçus de l'ambition affichée par les pays développés, en particulier sur les financements.

Les pays développés, eux, ne démordent pas de leur volonté de voir d'autres pays, dont le niveau de vie s'est beaucoup amélioré, devenir des donateurs. Cela vise par exemple des pays du Golfe, la Corée du Sud, le Brésil, etc.

L'accord de Paris doit définir un cadre général à l'action des pays pour les 15 à 20 prochaines années, qui seront décisives pour l'avenir de la planète.

Il doit donner un coup d'accélérateur à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement, qui passe par le développement des énergies renouvelables et l'abandon progressif des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) et une gestion différente des forêts et des terres agricoles.

Le thermomètre mondial a déjà gagné 0,85 degré depuis l'ère pré-industrielle, ce qui aggrave déjà des phénomènes météorologiques comme les inondations ou les sécheresses et met en péril, dans de nombreuses régions, la production agricole et les ressources marines.


Sur le même sujet

Six ans après le rendez-vous manqué de Copenhague, les intenses tractations pour limiter le réchauffement de la planète étaient toutes proches samedi de la ligne d'arrivée. La présentation d'un projet d'accord final est attendue en fin de matinée.
Des activistes de l'ONG Avaaz déguisés en Maître Yoda et en stormtrooper tiennent leur revendication à bout de bras et des journaux ou l'on peut voir le Premier ministre indien, Narendra Modi, la chancellière allemande, Angela Merkel, le président chinois, Xi Jinping, la présidente brésilienne, Dilma Rousseff et Barack Obama vêtus en Jedi, les personnages de fiction de la saga Star Wars.
L'accord universel contre le réchauffement de la planète attendra samedi: à l'issue d'une nouvelle nuit de négociations, la présentation d'une version finale a été reportée pour surmonter les ultimes points de friction.
An illustration picture taken on December 10, 2015 in Paris shows a draft for the outcome of the COP21 United Nations conference on climate change next to the logo of the summit.
Sleep-deprived ministers tasked with saving mankind from a climate catastrophe headed into a second night of non-stop talks Thursday, battling to overcome a rich-poor divide in search of a historic accord. Eleven days of UN talks in Paris have failed to achieve agreement on key pillars of the planned post-2020 climate pact, aimed at sparing future generations from worsening drought, flood, storms and rising seas.
 / AFP / Belga / BENOIT DOPPAGNE