Changer d'édition

Un 23ème acte des «gilets jaunes» qui promet des tensions
International 1 3 min. 19.04.2019

Un 23ème acte des «gilets jaunes» qui promet des tensions

Un 23ème acte des «gilets jaunes» qui promet des tensions

AFP
International 1 3 min. 19.04.2019

Un 23ème acte des «gilets jaunes» qui promet des tensions

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Plus de 60.000 policiers et gendarmes seront mobilisés en France samedi pour l'acte 23 des «gilets jaunes», a annoncé vendredi Christophe Castaner, qui affirme que les «casseurs seront à nouveau au rendez-vous».

Avec AFP - Depuis fin mars, les «gilets jaunes» appellent à une nouvelle mobilisation d'importance pour ce samedi 20 avril. En effet, Emmanuel Macron devait livrer dans la semaine, les conclusions du grand débat organisé depuis trois mois.

L'incendie ravageur de la cathédrale Notre-Dame en aura décidé autrement, mais les appels à manifester se multiplient tout de même sur les réseaux sociaux. Eric Drouet notamment, l'une des figures du mouvement, a posté une vidéo incitant le gouvernement à se préparer et à «organiser la sécurité» pour ce samedi.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

«Monsieur Macron, monsieur Castaner, c'est le 20 avril que la France remonte ou redescend à Paris. Donc organisez-vous comme vous voulez, mais tout simplement ne faites pas passer les "gilets jaunes" pour des cons. Organisez-vous, c’est votre métier de faire le maintien de l’ordre».

Un appel qui semble avoir été entendu du côté de l'exécutif, qui assure que «plus de 60.000 policiers et gendarmes seront mobilisés dans toute la France pour accomplir leur mission: assurer la sécurité des Français et garantir la liberté de manifester sans danger», a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, lors d'une conférence de presse.

Reproduire le 16 mars

Selon M. Castaner, les «casseurs se sont à nouveau donné rendez-vous samedi, dans certains villes de France, à Toulouse, à Montpellier, à Bordeaux et en particulier à Paris».


La copie de la statue de la Liberté à Colmar a été habillée d'un vêtement semblable à un gilet jaune, à l'occasion de la manifestation samedi.
16e acte pour les "gilets jaunes"
Les "gilets jaunes" ont manifesté samedi dans plusieurs grandes villes de France, près de quatre mois après le début du mouvement.

«Leur objectif affiché est clair: reproduire le 16 mars», a poursuivi le ministre en référence à l'acte 20 des «gilets jaunes», pendant lequel les Champs-Elysées avaient été l'objet de saccages et de scènes de chaos, entraînant le limogeage du préfet de police de Paris.

Dans la capitale, deux secteurs seront interdits à la manifestation samedi: les Champs-Elysées mais aussi Notre-Dame et ses abords après l'incendie qui a en partie détruit la cathédrale.

Présent lors de la conférence de presse, le préfet Lallement a également annoncé avoir interdit deux manifestations, dont le trajet initial prévoyait un départ depuis le secteur de Bercy, dans l'est de la capitale pour rejoindre les Halles ou la place de l'Etoile.

Les dons pour Notre-Dame irritent

Nos confrères de France Info font également état d'une grogne qui monte sur les réseaux sociaux. Jeudi après-midi, un groupe Facebook baptisé «Acte 23, Ultimatum 2. Appel National Et International Tous A Paris !!!» comptait déjà plus de 5.000 participants.


«Les dons atteindront un milliard d'euros ce jeudi»
Dans un entretien sur RMC ce jeudi matin, Stéphane Bern assure que la collecte de dons, pour la restauration de la cathédrale Notre-Dame, dépassera dans la journée les 900 millions déjà promis.

Et le ton employé sur la page ne laisse aucune place au doute: «Nous appelons tous nos citoyens à se rendre à Paris de manière non pacifique et jaune... Quant à "Notre-Dame", c'est bon les milliardaires ont su trouver 1 milliard, mais 140.000 sdf, tout le monde s'en fout!».

Plusieurs autres groupes du même type pullulent sur le réseau social et promettent un samedi mouvementé du côté de la capitale française.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le mouvement des "gilets jaunes"
La grogne est montée d'un cran en 2018 en France avec l'émergence du mouvement dit des "gilets jaunes", des citoyens qui ont décidé de protester contre la hausse prévue des taxes sur le carburant, finalement abandonnée par le gouvernement.
La mobilisation des «gilets jaunes» s'essouffle
Une mobilisation en net recul, des échauffourées dans quelques villes mais pas de casse: le mouvement des «gilets jaunes» s'est essoufflé samedi en France, contrastant avec les violents heurts des semaines précédentes pour réclamer à Emmanuel Macron plus de pouvoir d'achat.
TOPSHOT - A protester wearing a yellow vest (gilet jaune) waves the French national flag during a demonstration against rising costs of living blamed on high taxes on the Champs-Elysees in Paris, on December 15, 2018. - The "Yellow Vests" (Gilets Jaunes) movement in France originally started as a protest about planned fuel hikes but has morphed into a mass protest against President's policies and top-down style of governing. (Photo by Valery HACHE / AFP)