Changer d'édition

Ultimes discussions entre Johnson et l'Irlande
International 4 min. 10.10.2019

Ultimes discussions entre Johnson et l'Irlande

Boris Johnson est à 21 jours de la date fatidique du Brexit.

Ultimes discussions entre Johnson et l'Irlande

Boris Johnson est à 21 jours de la date fatidique du Brexit.
Photo: AFP
International 4 min. 10.10.2019

Ultimes discussions entre Johnson et l'Irlande

Le Premier ministre britannique rencontre ce jeudi son homologue irlandais Leo Varadkar, pour trouver un arrangement sur la question de la frontière irlandaise sur laquelle butent toujours les négociations du Brexit.

(AFP) - Les discussions sont dans l'impasse à une semaine d'un sommet européen crucial pour éviter une sortie de l'UE sans accord aux conséquences douloureuses le 31 octobre, ou un troisième report prolongeant l'incertitude sur le chemin que prendra le Royaume-Uni après 46 ans dans le giron européen. 

Organisée à la veille d'une visite à Bruxelles du ministre britannique du Brexit, la rencontre entre MM. Johnson et Varadkar «sera privée afin de permettre aux deux dirigeants et à leurs équipes d'avoir des discussions détaillées», a indiqué Downing Street.

Un calendrier serré

Elle aura lieu «dans le nord-ouest de l'Angleterre», sans plus de précisions, et aucun accès n'est prévu pour les médias. L'Irlande est une question clé, l'UE et le Royaume-Uni ne parvenant pas à s'accorder sur la manière d'éviter un retour à une frontière physique entre l'Irlande du Nord, une province britannique, et la République d'Irlande, qui restera membre de l'UE, et de préserver la paix sur l'île, qui a connu plusieurs décennies de violences.

Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, rencontre Boris Johnson ce jeudi.
Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, rencontre Boris Johnson ce jeudi.
Photo: AFP

«Nous travaillerons jusqu'au dernier moment pour obtenir un accord, mais certainement pas à n'importe quel prix», a déclaré Leo Varadkar mercredi au Parlement irlandais. Le calendrier est serré.

Concessions mutuelles

L'UE a donné jusqu'à vendredi au gouvernement britannique pour lui présenter un compromis acceptable sur la frontière et arriver à une séparation à l'amiable plus de trois ans après la victoire du «Leave» au référendum de juin 2016. 

Depuis le début de la semaine, les négociations ont lieu sur la base d'un projet présenté la semaine dernière par Boris Johnson et rejeté en l'état par les Européens. Mais aucun progrès majeur n'a été annoncé et Londres et Bruxelles ont appelé ces derniers jours à des concessions mutuelles.

«Le temps presse»

L'eurodéputé libéral belge Guy Verhofstadt, référent sur le Brexit au Parlement européen, s'en est pris mercredi à Boris Johnson: «Tous ceux qui ne jouent pas son jeu sont qualifiés de traîtres, de collaborateurs ou de gens qui capitulent. A mon avis, le véritable traître est celui ou celle qui risque de provoquer une catastrophe pour son pays, son économie et ses citoyens, en poussant le Royaume-Uni hors de l'UE».

Le négociateur de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier.
Le négociateur de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier.
Photo: AFP

Sur un ton plus mesuré, le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier a rappelé mercredi devant le Parlement européen que «le temps presse». «Au moment où je vous parle, nous ne sommes pas au point d'envisager et de trouver un accord», a-t-il constaté.

Rencontre avec Michel Barnier

Le secrétaire d'Etat britannique chargé des entreprises, Kwasi Kwarteng, s'est voulu optimiste jeudi, assurant qu'il y avait une «chance d'obtenir à un accord». Leo Varadkar et Boris Johnson «sont extrêmement concentrés pour résoudre ce problème et d'essayer de parvenir à un accord», a déclaré M. Kwarteng.

Vendredi, le ministre britannique du Brexit, Steve Barclay, se rendra à Bruxelles pour rencontrer Michel Barnier. D'abord annoncée pour jeudi, la réunion a été repoussée à vendredi matin sous la forme d'un «petit déjeuner», a dit une source européenne à l'AFP.

Report de trois mois

Et dimanche, Emmanuel Macron recevra à dîner à l'Elysée la chancelière allemande Angela Merkel, à quelques jours du sommet clé des 17 et 18 octobre à Bruxelles, présenté comme celui de la dernière chance pour arriver à un accord. 

Faute d'accord le 19 octobre, une loi impose en effet au Premier ministre de demander un report de trois mois, bien qu'il ait promis un Brexit «coûte que coûte» le 31 octobre.

Elections anticipées inévitables

Selon plusieurs médias britanniques, le gouvernement compte convoquer une session extraordinaire du Parlement pour le 19 octobre quelle que soit l'issue du sommet européen. Ce serait la première fois que les députés siégeraient un samedi depuis la guerre des Malouines en 1982.

Les anti-Brexit dans les rues de Bruxelles.
Les anti-Brexit dans les rues de Bruxelles.
Photo: AFP

Dans tous les cas, des élections anticipées semblent inévitables vu la profondeur de la crise politique dans laquelle le Brexit a plongé le Royaume-Uni, et tous les partis s'y préparent activement.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le sort du Brexit se joue cette semaine
D'ultimes et laborieuses tractations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne auront lieu dans les jours à venir, pour tenter de parvenir à un accord de divorce, à 17 jours de la sortie prévue du bloc européen.
A picture taken on October 11, 2019 shows the flag of the United Kingdom and the European Union waves outside at the EU headquarters in Brussels on October 11, 2019 for a meeting with EU ambassadors. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Johnson et Varadkar ravivent l'espoir d'un accord
Le Premier ministre britannique et son homologue irlandais assurent entrevoir «un chemin» vers un compromis sur la question clé de la frontière irlandaise, dans le cadre du Brexit d'ici à sa date prévue le 31 octobre.
La poignée de mains est franche et ferme entre le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar (à g.) et son homologue britannique, Boris Johnson
Johnson ne convainc toujours pas les Européens
Le compromis du Premier ministre britannique sur le Brexit s'est heurté jeudi à un scepticisme grandissant de l'Irlande et de ses alliés européens, renforçant les craintes d'un divorce sans accord dans quatre semaines.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Britain's Prime Minister Boris Johnson speaking about the government's proposed Brexit deal in the House of Commons in central London on October 3, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson met his senior ministers on Thursday before setting out on a delicate mission to convince sceptical EU leaders to back his new Brexit plan. (Photo by HO / PRU / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS
Juncker prêt à discuter avec Johnson de ses propositions
Le président de la Commission européenne a prévu de s'entretenir ce mercredi avec le Premier ministre britannique après avoir pris connaissance de ses nouvelles propositions pour parvenir à une sortie négociée du Royaume-Uni de l'UE.
01.10.2019, Großbritannien, London: Zwei Frauen demonstrieren vor dem britischen Parlament. Auf dem Schild steht «Ein verrückter Kult ist an der Macht, verdammt sie». Foto: Mateusz Slodkowski/ZUMA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Déjeuner à Luxembourg entre Juncker et Johnson
Six semaines avant le divorce avec l'Union européenne, le Premier ministre britannique échangera ce lundi à Luxembourg avec des négociateurs européens. Ils sont très réservés sur ses annonces et peu optimistes sur les chances d'une séparation concertée.
Jean-Claude Juncker unterzieht sich einer Gallenblasen-OP.