Changer d'édition

Trump sous hydroxychloroquine depuis dix jours
International 2 min. 19.05.2020

Trump sous hydroxychloroquine depuis dix jours

Donald Trump a obtenu le feu vert de son médecin pour prendre le traitement dont aucune preuve d'efficacité n'a été apportée.

Trump sous hydroxychloroquine depuis dix jours

Donald Trump a obtenu le feu vert de son médecin pour prendre le traitement dont aucune preuve d'efficacité n'a été apportée.
Photo : AFP
International 2 min. 19.05.2020

Trump sous hydroxychloroquine depuis dix jours

Le président des Etats-Unis a révélé lundi qu'il prenait ce médicament à titre préventif contre le coronavirus. Et cela au mépris des recommandations des autorités sanitaires américaines. De quoi soulever une nouvelle polémique.

(AFP) - «J'en prends depuis une semaine et demie (...) je prends un comprimé par jour», a déclaré M. Trump lors d'un échange avec des journalistes à la Maison Blanche au sujet de l'hydroxychloroquine. Utilisé de longue date contre le paludisme, l'éventuelle efficacité contre le coronavirus de ce traitement n'a, à ce jour, été démontrée par aucune étude rigoureuse. Pas de quoi entamer la détermination du locataire de la Maison Blanche.

Fin avril, l'Agence américaine des médicaments (FDA) a mis en garde contre l'utilisation de cet antipaludéen «en dehors d'un milieu hospitalier ou d'essais cliniques». Elle a en particulier mis en avant «le risque de troubles du rythme cardiaque». Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, a estimé que ce n'était «pas une bonne idée (...) Il est notre président et je préférerais qu'il ne prenne pas quelque chose qui n'a pas été approuvé par les scientifiques, particulièrement dans sa catégorie d'âge et, disons, dans sa catégorie de poids, appelée obésité morbide».

Au moment même où le président américain faisait cette annonce inattendue, l'université Johns Hopkins, qui fait référence, annonçait que les Etats-Unis avaient franchi lundi la barre des 90.000 décès liés au Covid-19

Depuis plusieurs mois, Donald Trump se montre très enthousiaste sur les possibles effets de ce médicament pour lutter contre le nouveau coronavirus. «C'est très excitant. Je pense que cela pourrait changer la donne. Ou peut-être pas. Mais d'après ce que j'ai vu, cela pourrait changer la donne», déclarait-il mi-mars. Devant les journalistes, M. Trump a longuement expliqué son choix d'utiliser ce médicament à titre préventif. «Vous seriez surpris de découvrir combien de personnes en prennent, en particulier celles qui sont en première ligne. Avant de l'attraper (le virus)», a-t-il assuré. «Cela ne va pas me faire de mal», a-t-il poursuivi.


(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.

Le président de la première puissance mondiale a souligné qu'il s'agissait d'une initiative personnelle mais qu'il avait obtenu le feu vert du médecin de la Maison Blanche. Preuve qu'il était content de son effet de surprise, l'ancien homme d'affaires de New York s'est lui-même amusé de son annonce devant les journalistes. «J'attendais de voir vos yeux s'illuminer quand j'ai dit ça... Oui, j'en prends depuis une semaine et demie et je suis toujours là!» 



Sur le même sujet

La lueur d'espoir du remdevisir contre le Covid-19
Le gouvernement américain a rapporté mercredi que le remdevisir, naguère développé contre Ebola, semblait avoir prise sur le nouveau coronavirus. Le médicament accélèrerait de plusieurs jours le rétablissement des cas les plus graves dans un grand essai clinique.
(FILES) In this file photo one vial of the drug Remdesivir is viewed during a press conference about the start of a study with the Ebola drug Remdesivir in particularly severely ill patients at the University Hospital Eppendorf (UKE) in Hamburg, northern Germany on April 8, 2020, amidst the new coronavirus COVID-19 pandemic. - Gilead Science's remdesivir, one of the most highly anticipated drugs being tested against the new coronavirus, showed positive results in a large-scale US government trial, the company said on april 29, 2020."We understand that the trial has met its primary endpoint and that NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) will provide detailed information at an upcoming briefing," the company said. (Photo by Ulrich Perrey / POOL / AFP)
La chloroquine, traitement miracle ou faux espoir?
Si certains veulent généraliser l'antipaludique chloroquine comme traitement contre la pandémie de covid-19, les autorités sanitaires, dont l'OMS, appellent à la prudence. Point sur l'état des connaissances actuelles sur cette substance.
Donald Trump face aux électeurs, Acte II
Son nom ne sera inscrit sur aucun bulletin de vote mais sera dans tous les esprits: Donald Trump se prépare à des élections cruciales au Congrès, qui donneront le ton de la deuxième partie de son mandat à la présidence des Etats-Unis.
Trump dit que sa langue a fourché face à Poutine
Le président américain Donald Trump a tenté mardi de limiter les dégâts causés par sa rencontre avec Vladimir Poutine, en revenant totalement sur ses propos jugés trop conciliants à l'égard du maître du Kremlin.
US President Donald Trump speaks about his meeting with Russian President Vladimir Putin ahead of a meeting with Republican lawmakers and cabinet members on tax cuts at the White House in Washington, DC, on July 17, 2018. / AFP PHOTO / NICHOLAS KAMM